FacebookTwitter
mercredi, 01 novembre 2017 06:00

Parce qu’on est en 2017, monsieur Trudeau

La semaine dernière, le parlement du Canada a voté contre une motion qui aurait obligé les juges de la Cour Suprême du Canada à être bilingues. Près de 50 ans après l’adoption de la Loi sur les langues officielles, ce vote est une honte. Et le pire c’est que la plupart des députés du parti au pouvoir, les libéraux, ont voté contre. Le très honorable Justin Trudeau doit avoir oublié que nous sommes en 2017.

Mais ceci n’est que ce que l’on voit en surface. Le fond de l’histoire est encore plus désolant. La raison pour laquelle une majorité de libéraux a voté contre ce projet relève de la petite politique partisane. Vous voyez, le projet avait été mis de l’avant par François Choquette, député néodémocrate de Drummond, au Québec. Or, il parait que les libéraux n’ont pas apprécié de se voir doubler par le NPD dans ce dossier des langues officielles, qu’ils voient comme leur chasse gardée. Ce gouvernement qui, en campagne électorale, promettait une plus grande collaboration à la Chambre des Communes, aurait donc préféré piler sur ses principes plutôt que de jouer fair play.

Il y a peut-être quand même une lueur d’espoir pour le bilinguisme des juges à la Cour Suprême. Certains affirment que le gouvernement avait déjà l’intention de présenter son propre projet de loi à cet effet et que c’est pour cette raison qu’il s’est opposé au projet néodémocrate.

Un deuxième bon point à l’horizon dans le dossier Cour Suprême : le premier ministre Trudeau doit bientôt annoncer la nomination d’un juge pour remplacer la juge en chef Beverley McLachlin, qui prendra sa retraite à la fin de l’année. On dit qu’il favoriserait la nomination d’un juge autochtone. Or les deux juges autochtones que l’on dit présentement en tête de liste sont bilingues.

Il faut aussi souligner le courage de certains députés libéraux qui ont voté pour le projet de loi. On pense notamment à la députée d’Ottawa-Vanier, Mona Fortier, et au représentant de Glengarry-Prescott-Russell, Francis Drouin. Quant à nos députés du Nord-Est ontarien, seul le néodémocrate Charlie Angus a voté pour. Les députés libéraux Marc Serré de Nickel Belt et Anthony Rota de Nipissing ont voté contre. La néodémocrate Carole Hughes d’Algoma et le libéral Paul Lefebvre de Sudbury n’étaient pas présents pour le vote. Le député Lefebvre indique qu’il aurait voté pour, mais qu’il était à une rencontre du comité parlementaire sur les langues officielles, planifiée depuis deux mois, dans les Maritimes.

Il est clair qu’en 2017, le Canada a maintenant plusieurs juges et avocats éminents qui sont bilingues. Si les Libéraux présentent effectivement un nouveau projet de loi, ce sera la sixième fois depuis 2008 que les députés voteront sur cette question. Comme les libéraux sont majoritaires, espérons que cette fois sera la bonne.

Lu 1607 fois Dernière modification le mardi, 31 octobre 2017 14:37
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login