FacebookTwitter
mercredi, 16 août 2017 07:00

Le Canada et le monde

Alors que deux espèces d’enfants gâtés essaient de propulser le monde vers une guerre atomique; alors que de plus en plus de régimes quasi démocratiques comme le Venezuela, l’Égypte et la Turquie glissent vers l’autocratie; alors que des Néo-Nazis pointent impunément leurs faces de mort aux États-Unis et en Europe, il faut se rappeler qu’il fait vraiment bon vivre au Canada. Et que nos politiciens peuvent améliorer la présente situation mondiale.

Bien sûr, le Canada n’est pas à l’abri des forces négatives qui agitent le monde en ce moment. Souvenons-nous qu’il y a eu des chapitres du Ku Klux Klan et de l’Ordre d’Orange au Canada jusqu’à la fin des années 1950. Qu’il y a plus récemment eu une Charte des valeurs et une prétendante au leadeurship du Parti conservateur qui voulait soumettre les nouveaux arrivants à un test des valeurs. Qu’il existe toujours ici des groupuscules prônant la suprématie des Blancs. Mais jusqu’à présent, ces organisations restent en marge de la société civile et les Canadiens préfèrent toujours voter pour des politiciens qui proposent une société accueillante, stable et basée sur l’espoir.

Voilà pourquoi un récent sondage plaçait le Canada au top des pays de bonne réputation. Voilà pourquoi le monde entier n’a d’yeux que pour notre premier ministre, Justin Trudeau. Voilà pourquoi notre ministre des Affaires mondiales, Chrystia Freeland, peut prendre le téléphone et appeler les leadeurs les plus puissants du monde et être reçue chaleureusement. Voilà pourquoi le monde entier — Europe, Chine, Amérique du Sud — veut faire des affaires avec nous. Il y a bien sûr Trump qui ne comprend rien au libre-échange, mais, même chez lui, il est minoritaire face aux politiciens et gens d’affaires américains de toutes tendances qui aiment et envient le Canada.

De plus, notre pays est vaste et riche. Nous possédons d’immenses richesses naturelles, un secteur manufacturier performant et une force ouvrière instruite et dynamique. À preuve, les dernières données économiques qui prédisent que le Canada connaitra une croissance remarquable dans les prochains mois et années. Eh!, même nos banques que nous nous plaisons à haïr font l’envie du monde entier. Ce n’est pas rien.

Donc, voilà. Nous sommes riches, nous sommes stables, nous jouissons d’une réputation enviable et nous avons des politiciens admirés partout sur la planète. C’est ce qui fait dire à plusieurs penseurs politiques que le Canada peut jouer un rôle mondial beaucoup plus important que le permettrait normalement sa démographie de seulement 35 millions d’habitants.

C’était d’ailleurs un des thèmes développés par la ministre Freeland dans un récent discours à la Chambre des Communes. Elle y indiquait que, les États-Unis se retirant de leur rôle prépondérant dans le monde, le Canada devait prendre une plus grande place. Il faut admirer et encourager son ambition, son courage et sa vision. Peut-être voit-elle trop grand, mais n’ayons pas peur des mots. En paraphrasant le grand premier ministre, Sir Wilfrid Laurier, osons affirmer que le XXIe siècle pourrait appartenir au Canada.
Lu 1487 fois Dernière modification le mardi, 15 août 2017 12:46
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login