FacebookTwitter
mercredi, 01 mars 2017 06:00

Que pensez-vous de kekchose?

La Ville du Grand Sudbury veut connaitre l’opinion de ses citoyens sur l’avenir de ses services d’urgence. Commençant cette semaine, la Ville tiendra une série de rencontres publiques avant de présenter un rapport sur l’optimisation de ces services au conseil municipal le 22 mars prochain. Le problème, c’est qu’on nous demande notre avis alors que nous ne savons pas quels sont les plans d’optimisation proposés par le personnel.

Ce que nous savons, c’est que les services d’incendie et d’ambulance n’ont jamais été rationalisés depuis la fusion municipale. Les services d’urgence sont inégaux selon l’endroit où vous vivez dans le Grand Sudbury et sont déficitaires. Par exemple, l’ancienne ville de Sudbury a un service de pompiers à plein temps alors que certaines communautés environnantes doivent compter sur des pompiers volontaires. De plus, plusieurs stations sont vieilles et nécessitent d’importants travaux de réfection. De là la volonté du conseil municipal «d’optimiser» ces services. Mais qu’est-ce que ça veut dire, «optimiser»?

En 2015, le conseil a demandé au personnel de rédiger un plan d’optimisation et c’est de ce rapport qu’on doit discuter lors des rencontres publiques. Mais le rapport n’a jamais été rendu public. Ce qu’on en sait repose sur un reportage, lui-même basé sur une pétition d’opposition lancée par une citoyenne. La pétition affirme que la Ville veut déménager certaines casernes de pompiers et d’en couper le nombre de 24 à 15. Les opposants disent aussi que le nombre de pompiers à plein temps passera de 166 à 108 et que le nombre de pompiers bénévoles sera réduit de moitié d’ici 10 ans.

Toujours selon la pétition, les changements proposés déclencheront une hausse d’impôts de quelque 6 millions $. Cette augmentation serait répartie sur l’ensemble du territoire alors que, maintenant, les résidents des localités environnantes paient moins d’impôts parce qu’ils ont moins de services d’urgence.

De leur côté, les administrateurs municipaux maintiennent que le plan augmentera l’efficacité du service d’incendie. Ils prétendent que les services d’urgence pourront couvrir 90 % de la région en 9 minutes, comparé à seulement 69 % actuellement.

Nous ne savons toujours pas si les chiffres présentés dans ce reportage et cette pétition sont véridiques, puisque la Ville refuse de rendre le rapport public. Il sera apparemment dévoilé lors des consultations citoyennes. Le problème avec cette stratégie est que plusieurs citoyens sont déjà en train de se faire une opinion basée sur des allégations plutôt que sur des faits. Les allégations de la pétition sont peut-être correctes, mais il est clair qu’il aurait été beaucoup plus sain de dévoiler les recommandations du rapport avant les rencontres. Quitte à indiquer que ce ne sont que des suggestions et que le plan final présenté aux conseillers tiendra compte des réactions des citoyens.

Une telle stratégie de communication aurait incité les contribuables à s’informer avant de grimper dans les rideaux sur les réseaux sociaux. Une fois informés, ils auraient pu approuver ou opposer certaines initiatives et même proposer des alternatives en connaissance de cause. C’est ça la vraie transparence. La transparence, ce n’est pas juste des réunions citoyennes mal organisées juste pour pouvoir dire qu’on en a tenues.

Lu 1331 fois Dernière modification le mardi, 28 février 2017 16:53
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login