FacebookTwitter
mercredi, 09 décembre 2015 08:00

Sudbury, ville internationale?

Une série d’annonces, de rencontres et d’articles m’ont récemment fait réaliser à quel point Sudbury est en train de devenir un joueur important sur l’échiquier national et international. Cette réalisation m’apporte cependant à me demander si Sudbury est prête pour ce rôle. Et sinon, que devrions-nous faire comme collectivité pour relever ce défi avec brio.

Il y a d’abord eu l’annonce qu’Arthur B. McDonald, directeur du projet de détection de neutrinos, SNOLAB, partageait le prix Nobel de physique de 2015. Et si McDonald a reçu le Nobel, c’est bien parce que lui et son équipe de scientifiques de haut niveau ont réussi à détecter et à comprendre les neutrinos. Or ce projet se déroule ici, à deux kilomètres sous terre dans la mine Creighton.

Dimanche dernier, le journal Toronto Star publiait un long article en plusieurs segments sur le projet DEAP-3600, le successeur du projet SNOLAB. Cette fois, les scientifiques tentent de comprendre ce qu’est la matière noire, un des plus grands mystères en physique moderne. L’article est fascinant et nous fait comprendre que, sous nos pieds, se déroulent des recherches qui pourraient révolutionner le monde.

Il y a deux semaines, le conseil municipal de Sudbury rencontrait les promoteurs de divers projets d’envergure visant à améliorer la qualité de vie dans la région. J’ai déjà parlé de ces projets dans un éditorial, mais ce que je n’ai pas mentionné, c’est une présentation par Douglas Morrison, directeur général du centre de recherche minière, CEMI. M. Morrison appuyait une autre initiative qui mérite notre soutien : le projet Synergy, qui verrait la construction d’un centre de conférence et de spectacle à Sudbury pouvant accueillir plus de 3000 personnes. M. Morrison a expliqué aux conseillers qu’il avait beaucoup de difficulté à recruter du personnel de haut niveau parce que Sudbury n’est pas à la hauteur de leurs attentes.

Sudbury a toujours été reconnu comme un leadeur mondial dans le secteur minier. Je me souviens avoir fait des reportages, ici à Sudbury, sur une conférence organisée par les Nations-Unies réunissant des dirigeants d’entreprises minières de partout dans le monde. Tous les grands joueurs du domaine minier savent très bien que la plus importante grappe de sociétés de services miniers est ici, à Sudbury. Mais, maintenant, nous devons accéder à un autre niveau, celui du savoir.

Nous avons déjà développé une grande expertise dans la restauration de sols pollués; nous sommes les hôtes du SNOLAB où se déroule le projet DEAP; l’École de médecine du nord et l’hôpital Horizon santé nord ont créé un important centre de recherche médicale. Tous ces développements attirent ici des sommités, des gens habitués aux services qu’offrent les plus grandes villes du monde.

Bien sûr, plusieurs sont attirés ici par ce qui fait le charme de Sudbury : la forêt avoisinante, nos 350 lacs, des quartiers paisibles où les enfants jouent au hockey-bottine dans les rues, nos écoles et nos institutions culturelles. Mais il faut maintenant que nous offrions plus : de meilleurs magasins et restaurants, des centres de loisirs modernes, des médias moins ringards et surtout une ville accueillante, moins chère à vivre et moins embourbée dans la bureaucratie.

Lu 2360 fois Dernière modification le mardi, 08 décembre 2015 16:37
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login