Imprimer cette page
jeudi, 16 octobre 2014 11:03

Scolaires : les élections de l'ombre

Écrit par 

Nord ontarien — Les élections scolaires se déroulent souvent dans l'ombre des élections municipales. Pourtant, la tâche de ses conseillers n'est pas peu mince : les conseils scolaires gèrent de gros budgets et emploient beaucoup de Nord-Ontariens.

Encore, cette année, le nombre d'élections par acclamation est étonnant : pour 52 sièges à combler, 34 seront occupés par des conseillers élus par acclamation. Quinze postes font l'objet d'une élection et deux restent vides.

Aux urnes Conseil scolaire catholique de district des Grandes Rivières : 3 sièges en élections sur 10 (tous dans Timmins, Foleyet, Gogama) Conseil scolaire catholique de district Franco-Nord : 5 sur 6 (2 à North Bay et 3 dans le secteur ouest) Conseil scolaire catholique de district du Nouvel-Ontario  : 6 sur 12, à Sudbury et dans la Vallée et à Dubreuilville et Hornepayne Conseil scolaire public du Nord-Est : aucune élection. 2 sièges sur 12 à combler dans le secteur Cochrane, Iroquois Falls, Black-River Matheson Conseil scolaire public du Grand Nord de l'Ontario 2 sur 10 (à Sault Sainte-Marie et Sudbury) Source : http://elections.ontarioschooltrustees.org/fr/elections/2014/

«Je me dis qu'un conseiller scolaire, c'est aussi important qu'un conseiller municipal», lance Langis Dion, jusqu'ici président du Conseil scolaire catholique de district des Grandes Rivières. «On voit à tout : on autorise le fonctionnement de l'administration, de réunion en réunion. C'est une grosse machine, un conseil scolaire. [Le Conseil scolaire catholique de district de Grandes Rivières] a quand même un budget de 115 millions, qui est un plus gros budget que la Ville de Timmins.» Environ 70 pour cent de ce budget est consacré au personnel.

Reste qu'il y a généralement élections, et pour Monique Ménard, directrice de l'éducation du Conseil scolaire catholique Franco-Nord, il est prépondérant que la population s'exprime. «La table politique est un lien direct entre la communauté et nos écoles. Elle a la responsabilité d'adopter les orientations stratégiques [ce que le conseil veut devenir pour les élèves et les familles, dans un futur rapproché et éloigné] qui guident l'administration. Un conseil qui contribue activement, ça rallie, ça assure les connexions entre le conseil et la collectivité.»

Pour lire l'article complet, procurez-vous une copie papier du journal Le Voyageur!

Abonnez vous

Lu 1663 fois Dernière modification le jeudi, 16 octobre 2014 11:46
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca