FacebookTwitter
jeudi, 03 juillet 2014 13:41

Lettre ouverte à Joe Cimino

Monsieur le Député,

Je tiens tout d’abord à vous féliciter pour votre élection en tant que député provincial de Sudbury. Je souhaite que vous puissiez apporter progrès et bienêtre à notre communauté.

En cette semaine de la St-Jean-Baptiste, patron des Canadiens français, je me permets aussi de vous rappeler que vous siègerez désormais en tant que député dans une province qui a une loi sur les services en français. Je vous envoie ce rappel parce que, selon mon expérience personnelle, votre engagement envers le fait français du temps que vous étiez conseiller municipal n’a jamais été très reluisant.

Vous vous souviendrez peut-être d’une conversation que vous et moi avons eue peu de temps après votre première élection en tant que conseiller il y a huit ans. Vous veniez d’envoyer une carte aux résidents de votre quartier faisant état de vos accomplissements depuis votre élection au conseil. Cette carte était rédigée en anglais seulement, d’un seul côté. L’endos était vierge. Je vous ai alors téléphoné pour vous dire que vous veniez de rater une belle occasion de communiquer avec vos électeurs francophones, dont je suis. Vous m’avez alors expliqué que cette carte avait été préparée à la dernière minute, que vous n’aviez pas eu le temps de la faire traduire et, qu’en fait, vous n’y aviez pas pensé. Autrement dit, le charabia habituel que nous servent ceux qui se fichent de nous.

Je vous ai alors rappelé que la Ville du Grand Sudbury a une politique de services en français, mais que je comprenais que, nouveau venu en politique, vous ayez pu oublier. Je vous ai aussi offert de traduire gratuitement votre prochain envoi. Or, en huit ans, je n’ai jamais rien reçu de vous en français.

Lors de votre récente campagne électorale, le français n’a pas été très visible non plus. Votre plus importante communication, un gros dépliant envoyé à tous les foyers de la circonscription, était en anglais seulement et, selon mes recherches, n’était pas disponible en français.

Vous comprendrez donc que je veuille souligner les devoirs d’un nouveau député dans une province qui se targue d’offrir des services en français à ses citoyens. Je vous rappelle que vous représentez une circonscription où nous comptons pour un tiers de la population et que les services d’un député sont à la base de tous les services gouvernementaux.

Je crois que toutes les communications écrites émanant de vos bureaux à Sudbury et à Toronto doivent être bilingues. Il est aussi essentiel que des membres de votre personnel dans ces bureaux soient capables de bien desservir vos commettants francophones dans leur langue. Ceci veut dire être capable de converser, d’écrire, de fournir des formulaires en français et d’être capable de les remplir avec le citoyen.

Si vous avez des difficultés à remplir ces obligations, je vous dirais de demander conseil à votre collègue, France Gélinas, qui n’a jamais eu de difficulté à desservir la population francophone de Nickel Belt. Comme quoi, quand on veut, on peut. Bonne chance.

Réjean Grenier, éditorialiste invité

Lu 1929 fois
La voix du Nord

info@lavoixdunord.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login