FacebookTwitter
mercredi, 17 juillet 2019 09:00

L’anglais dans nos écoles

Trois conseils scolaires de langue française de l’Ontario pourraient bientôt se retrouver devant les tribunaux pour défendre le fait qu’ils acceptent trop d’élèves qui ne parlent pas français. Un ex-conseiller scolaire de la région de Penetanguishene, Basile Dorion, a obtenu des fonds afin de poursuivre les conseils scolaires Viamonde, Mon Avenir et Providence. Cette question aura des répercussions dans toute la province, puisqu’elle touche la qualité de l’éducation en français dans tous nos conseils scolaires.

Les statistiques du ministère de l’Éducation indiquent qu’en 2017-18 le français n’était pas la langue maternelle de 45 % des élèves dans nos écoles. C’est une augmentation de 11 % dans les derniers 10 ans. Selon Monsieur Dorion et plusieurs parents francophones, trop c’est trop.

La question est complexe. Dans la loi, deux types d’élèves anglophones ont le droit d’aller dans les écoles de langue française. La Charte des droits indique qu’un élève dont un des parents a fréquenté une école de langue française peut aussi y être inscrit, qu’il parle français ou non. À ce chapitre, les conseils n’ont pas de choix. Mais la loi ontarienne donne aussi aux conseils scolaires le droit d’admettre un élève qui a déjà une certaine compréhension du français. Et c’est là que le bât blesse.

La loi ontarienne s’applique évidemment aux nouveaux arrivants francophones qui n’ont pas fréquenté une école canadienne, mais dont les enfants parlent français. Mais elle ouvre aussi la porte à nos conseils scolaires toujours en quête d’élèves afin d’obtenir plus de fonds. Les conseils sont censés avoir des comités d’admission qui revoient chaque demande de la part d’élèves anglophones, mais en fait, ils n’en refusent pas beaucoup. C’est une question de cash.

Les conseils présentent un autre argument. Alors que les écoles d’immersion sont pleines à craquer, les conseils francophones expliquent qu’en admettant des anglophones, ils les bilinguisent et contribuent ainsi à augmenter le nombre de parlant français au Canada. Un objectif noble, bien sûr, mais à quel prix?

Le prix, ce sont nos enfants francophones qui le paient. C’est d’abord un retard dans leur propre apprentissage en français. Il est clair qu’un.e enseignant.e de maternelle qui est obligé.e d’apprendre le français à 45 % de ses élèves n’a pas autant de temps pour enseigner toutes les matières. Mais le vrai fléau, c’est l’anglicisation plus rapide des élèves dont la langue maternelle est le français.

L’ex-conseiller scolaire Dorion résume bien la situation. «Ils viennent dans nos écoles pour apprendre le français, pas pour apprendre EN français», dit-il. C’est le nœud du problème.

Il y aurait pourtant une solution assez simple. Le Voyageur la propose en éditorial depuis 20 ans. Nos conseils scolaires doivent créer des écoles de «francisation». Dans les communautés qui n’ont qu’une école, ce pourrait être des classes de francisation. Ces écoles ou classes accueilleraient les élèves anglophones pendant quelques années scolaires jusqu’à ce qu’ils soient capables de suivre l’enseignement normal en français. Ils pourraient alors être intégrés aux classes des franco-dominants.

Cette solution ne règle pas tous les problèmes, mais il nous semble que c’est mieux que de se retrouver en cour.

Lu 1069 fois Dernière modification le mardi, 16 juillet 2019 10:26
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Une cicatrice encore visible
    Sudbury — Cette photo prise du haut des airs montre bien l’étendue de forêt qui a été dévastée par l’incendie Parry Sound 33 l’été dernier. Ce feu qui a forcé l’évacuation d’une Première Nation et de Killarney en plus de…
    Ecrit le mercredi, 14 août 2019 15:21
  • Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée
    Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée Sudbury — La circulation sur le boulevard Lasalle à l’entrée du Collège Boréal risque d’être perturbée pour la rentrée. Afin de terminer la construction de la route et du nouveau carrefour giratoire qui remplacera l’intersection devant le collège, les automobilistes…
    Ecrit le mardi, 13 août 2019 16:23
  • Earlton se bat pour son développement
    Earlton se bat pour son développement Earlton — Les dirigeants du canton d’Armstrong ont récemment réduit le prix de vente de certains terrains municipaux à 20 000 $ pour stimuler le développement de nouveaux domiciles dans le secteur du chemin Airport et du croissant Jules-Gravel. Les obstacles au…
    Ecrit le jeudi, 08 août 2019 13:00
  • Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario?
    Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario? Ontario — En Ontario, les maisons de soins palliatifs sont l’un des endroits désignés par la loi où il est permis d’administrer l’aide médical à mourir (AMM). La grande majorité des institutions préfèrent par contre diriger les patients à l’hôpital…
    Ecrit le mardi, 06 août 2019 13:00
  • Tournoi annuel au profit du Club Alidor
    Tournoi annuel au profit du Club Alidor St-Charles — Même si les organisateurs Colette et Gaetan Roy ont dû changer la date du tournoi annuel de pêche Ron Sénécal West Arm Pike Tournment en raison du niveau de l’eau trop élevé, les participants ont afflué en grand…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 13:00
  • Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf
    Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf Sudbury — Mgr Jean-Paul «J.P.» Jolicœur, prêtre de la paroisse St-Jean-de-Brébeuf dans le Moulin à Fleur, quittera le poste de curé de la paroisse le 1er aout pour prendre d’autres responsabilités au sein du diocèse. Ses paroissiens et amis l’ont cependant…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 09:00
  • Des femmes qui restent pour des femmes qui partent
    Des femmes qui restent pour des femmes qui partent Timmins et Sudbury — Le Centre Passerelle pour femmes du Nord de l'Ontario à Timmins a reçu 211 627 $ du gouvernement fédéral afin de tenter de contrer le roulement de personnel. Le Centre Passerelle est le seul organisme francophone qui a…
    Ecrit le jeudi, 25 juillet 2019 11:14

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login