FacebookTwitter
mercredi, 10 juillet 2019 09:47

Avoir du «guts», version 2

NDLR : Cette version de l’éditorial est différente de celle que l’on retrouve dans Le Voyageur du 10 juillet 2019.

Au cours des dernières semaines, en francophonie canadienne, la nouvelle qui a fait couler le plus d’encre est certainement l’entente entre les communautés francophones de l’Ontario, du Nouveau-Brunswick et l’association anglophone du Québec.

Les médias sociaux et traditionnels s’enflamment depuis que les présidents de l’Assemblée de la francophonie de l’Ontario, de la Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick et le Québec Community Groups Network ont signé cet accord de coopération. Jusqu’à présent, l’entente a reçu plus de roches que de fleurs, mais il faut prendre tout ça avec un grain de sel.

Selon les signataires, l’entente vise à faire de la refonte de la Loi sur les langues officielles (LLO) un enjeu de la prochaine élection fédérale. Là-dessus, presque tout le monde s’entend que les trois parties ont un intérêt commun, soit la protection de leurs droits face à des gouvernements provinciaux peu chauds à les défendre. Les récentes déclarations et actions de Ford, Higgs et Legault donnent effectivement à réfléchir sur leur engagement envers leurs minorités linguistiques. Dans ce contexte politique, une alliance visant à inciter le fédéral à donner plus de muscle à la LLO est non seulement comprenable, mais souhaitable.

La plupart des opposants à cette entente croient qu’elle est un couteau dans le dos du Québec. Ils affirment que le Québec est l’allié naturel des francophones hors Québec (FHQ) et que de s’allier avec les anglophones du Québec risque de nuire à cette relation.

Quelle relation? En fait, le Québec est un petit peu notre allié, sauf quand il ne l’est pas du tout. Rappelons que le gouvernement du Québec, quel que soit le parti au pouvoir, ne s’est jamais gêné pour intervenir en cour contre les droits scolaires des minorités francophones de l’ouest. À plusieurs reprises. Tout ça pour soi-disant préserver son champ de compétences en éducation. Ben oui, pour pouvoir enlever deux écoles aux anglophones de Montréal! Imaginez si Ford nous faisait ça.

Les opposants soulignent également le fait que la situation des Anglo-Québécois est particulièrement enviable lorsque comparés à celle des FHQ. Ils ont bien sûr raison, mais leurs commentaires dénotent une espèce de malaise, de jalousie envers cette minorité bien traitée. En filigrane, on lit dans leur propos que la minorité anglophone du Québec devrait être rabaissée au niveau de la minorité franco-canadienne la plus démunie pour que l’entente de la semaine dernière ait un sens.

Ce n’est pas en abaissant les autres qu’on crée l’égalité. Il semblerait beaucoup plus profitable de créer des liens d’entraide entre minorités disparates afin d’élever les standards de tous au niveau des mieux nantis. D’autres affirment qu’au lendemain d’un supposé rapprochement entre les forces indépendantistes du Québec l’AFO a mal planifié son timing.

Mais la grande question, c’est pourquoi les FHQ ne pourraient pas avoir plus d’un allié? Pourquoi ne pourrait-on pas être allié naturellement avec la majorité francophone du Québec et être aussi allié dans certains dossiers avec les Anglos Québécois qui partagent notre minoritude? Pourquoi les opposants à cette entente ne comprennent-ils pas que, dans certains dossiers, l’appui des Anglos du Québec pourrait avoir un poids bien plus lourd auprès de la majorité anglo-canadienne que celle d’un Québec de plus en plus ethniciste?

Et pourquoi cette entente offusquerait-elle le Québec francophone? Ce n’est pas comme si le Québec ne s’était jamais allié avec des provinces anglaises pour obtenir certains gains politiques. Et si le Québec francophone s’offusque, ça ne veut dire qu’une chose : sa supposée alliance avec les FHQ n’est pas ben, ben solide. Ou est-ce que les projecteurs dirigés sur les «pauvres» FHQ avaient seulement comme but de montrer aux Québécois comment le Canada les traite mal et comment seul un Québec indépendant peut sauver la langue française.

Pendant que certains opposants ne semblent pas comprendre la politique, pendant que les grandes langues indépendantistes du Québec s’offusquent, nous devons continuer à faire avancer nos droits. Par tous les moyens qui nous semblent bons. C’est ça, avoir du «guts».

Abonnez vous
Lu 1967 fois
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Fermeture de la paroisse de L’Annonciation
    Fermeture de la paroisse de L’Annonciation Sudbury — Certains paroissiens de L’Annonciation sont toujours indécis quant à la paroisse qu’ils fréquenteront après la fermeture de leur paroisse le 29 juillet. Le 3 juin, le diocèse de Sault-Ste-Marie annonçait l’intégration de cette paroisse créée en 1953 à la paroisse…
    Ecrit le mercredi, 17 juillet 2019 09:40
  • Départ des Filles de la Sagesse
    Départ des Filles de la Sagesse Sudbury — La congrégation religieuse des Filles de la Sagesse a définitivement quitté le diocèse de Sault-Ste-Marie en juin. Les deux sœurs membres qui demeuraient à Sudbury ont pris leur retraite et ont maintenant élu résidence à la maison mère…
    Ecrit le mardi, 16 juillet 2019 10:29
  • Bientôt à la recherche de pouces verts
    Bientôt à la recherche de pouces verts Opasatika — Une nouvelle ferme agricole hydroponique commence à prendre de la verdure dans les anciens locaux de la ferme Curé Noël à Opasatika. Le projet du propriétaire de Truly Northern, Stéphane Lanteigne, et son partenaire, Jeremy Gillanders, pourrait ouvrir…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:34
  • La communauté répond à l’appel du CIFS
    La communauté répond à l’appel du CIFS Sudbury — Le Contact interculturel francophone de Sudbury (CIFS) continue sa reconstruction et le niveau d’optimisme de ses dirigeants semble être à son plus haut niveau depuis plusieurs années. Des démarches ont entre autres déjà été entreprises auprès du gouvernement…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:11
  • Un affrontement amical pour le bien des enfants
    Un affrontement amical pour le bien des enfants Sudbury — Le quatrième affrontement entre les joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) et les médecins du Grand Sudbury aura lieu le 11 aout à 14 h à l’aréna de Sudbury. Les profits du match seront remis à la Fondation…
    Ecrit le mercredi, 10 juillet 2019 17:09
  • 22e Semaine de la Fierté
    22e Semaine de la Fierté Sudbury — La 22e Semaine de la Fierté de Sudbury aura lieu du 8 au 14 juillet. Encore cette année, le nombre d’activités semble s’être multiplié avec des discussions, des ateliers d’art, des spectacles, du yoga, un match de roller derby et…
    Ecrit le jeudi, 04 juillet 2019 09:54
  • Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie
    Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie New Liskeard — L’École secondaire catholique Ste-Marie de New Liskeard fêtera bientôt sa cinquantième année d’existence. Du 2 au 4 aout, les anciens Apollos vont se rassembler à l’école et ailleurs dans la communauté pour prendre part aux célébrations du…
    Ecrit le mercredi, 03 juillet 2019 14:05

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login