FacebookTwitter
mercredi, 08 mai 2019 15:45

Quelle est la différence entre une IP et une IA?

Écrit par 
Mathieu Chartrand, IA, et Anne Despatie, IP Mathieu Chartrand, IA, et Anne Despatie, IP Photo : Julien Cayouette
Le médecin est loin d’être le seul professionnel de la santé qui peut vous soigner. En raison d’une pénurie de médecins il y a quelques années, le système de santé de l’Ontario a fait une plus grande place aux divers types d’infirmiers et d’infirmières, dégageant les médecins de certaines tâches et responsabilités.

Si vous demandez un rendez-vous au Centre de santé communautaire de Sudbury (CSCGGS), par exemple, vous ne rencontrerez pas nécessairement le médecin. Selon les soins requis, vous pourriez rencontrer un infirmier autorisé (IA) ou une infirmière praticienne (IP). Les deux jouent un rôle bien précis pour garder les patients en santé.

Un peu comme un corps policier a différents grades, le système de santé a ses niveaux de professionnels qui ont des responsabilités et un champ d’intervention bien précis.

À la base, il y a l’infirmière auxiliaire que l’on rencontre le plus souvent dans les hôpitaux ou les établissements de soins de longue durée. Juste après, il y les infirmiers autorisés, comme Mathieu Chartrand du CSCGS.

Les tâches de M. Chartrand sont nombreuses et touchent aussi bien la prévention que la guérison. Il peut être la personne que vous voyez avant le médecin, celui qui vient prendre les signes vitaux, qui prend de vos nouvelles et qui peut faire une première évaluation pour guider le médecin dans ses questions. Il fait aussi les suivis pour les soins de maladies chroniques — diabète et hypertension, par exemple. Il a aussi le droit de faire des injections et d’enlever des points de suture, entre autres.

Sa responsabilité s’arrête avant le diagnostic et le choix des traitements. Il ne peut pas déterminer de quel mal le patient souffre, prescrire des médicaments ou demander des tests. Il pourra par contre faire certains suivis après le début du traitement prescrit par le médecin, en personne ou au téléphone.

Si un problème sort de son champ de compétence, il peut transférer le cas à l’infirmière praticienne. Les journées d’Anne Despatie, infirmière praticienne au CSCSGS, se rapprochent un peu plus à ce que l’on imagine de la journée d’une médecin : rendez-vous à la file et beaucoup de paperasse. «On a le droit de poser des diagnostics [, comme un médecin], de demander des tests, prescrire des traitements et des médicaments», précise-t-elle. Tout ça de façon autonome, sans qu’un médecin n’ait besoin de tout confirmer. Après tout, elle a été formée pour cela.

Il y a tout de même quelques diagnostics qu’elle ne peut pas poser ainsi que quelques tests et médicaments qu’elle ne peut pas demander. Comme pour les IA, si un cas sort de son champ de compétences, elle le transfèrera au médecin, un spécialiste ou un autre professionnel, mais pourra faire des suivis par la suite. Mme Despatie donne un exemple d’interaction entre les IA et IP : «Si quelqu’un a besoin de vaccins parce qu’il s’en va au Mexique, les IP prescrivent le vaccin, le client va à la pharmacie le chercher, revient voir l’IA qui va lui injecter le vaccin.»

Rencontrer un IP ou une IA ne réduit en rien la qualité des services reçus. En fait, ils permettent à plus de personnes de recevoir les bons soins plus rapidement. «Le plus de différents professionnels qu’on a, les meilleurs soins qu’on peut donner», explique M. Chartrand.

Vision d’ensemble

Les deux intervenants soulignent qu’il y a une différence entre l’approche des médecins et celle des infirmières. Tandis que les médecins sont très axés sur le traitement  — trouver le mal puis guérir le mal —, les infirmiers et infirmières voient plus large.

M. Chartrand considère que les «infirmières et infirmers [sont] formés sur un modèle qui est plus holistique». «On voit plus la personne comme un tout, prendre en considération les facteurs socioéconomiques, comment ça affecte psychologiquement le client quand ils reçoivent un nouveau diagnostique.»

Mme Despatie appui l’analyse. «[Mes] rendez-vous sont de 30 à 60 minutes, dépendant du cas», révèle-t-elle. De longs rendez-vous permettent de mieux connaitre tous les aspects qui pourraient influencer l’état de santé d’un client.

Publireportage
NDLR : Le féminin et le masculin sont parfois utilisés de façon aléatoire afin d’alléger la lecture.

Abonnez vous
Lu 2228 fois Dernière modification le mercredi, 08 mai 2019 15:49
La voix du Nord

info@lavoixdunord.ca

Actualité du Nord

  • Départ des Filles de la Sagesse
    Départ des Filles de la Sagesse Sudbury — La congrégation religieuse des Filles de la Sagesse a définitivement quitté le diocèse de Sault-Ste-Marie en juin. Les deux sœurs membres qui demeuraient à Sudbury ont pris leur retraite et ont maintenant élu résidence à la maison mère…
    Ecrit le mardi, 16 juillet 2019 10:29
  • Bientôt à la recherche de pouces verts
    Bientôt à la recherche de pouces verts Opasatika — Une nouvelle ferme agricole hydroponique commence à prendre de la verdure dans les anciens locaux de la ferme Curé Noël à Opasatika. Le projet du propriétaire de Truly Northern, Stéphane Lanteigne, et son partenaire, Jeremy Gillanders, pourrait ouvrir…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:34
  • La communauté répond à l’appel du CIFS
    La communauté répond à l’appel du CIFS Sudbury — Le Contact interculturel francophone de Sudbury (CIFS) continue sa reconstruction et le niveau d’optimisme de ses dirigeants semble être à son plus haut niveau depuis plusieurs années. Des démarches ont entre autres déjà été entreprises auprès du gouvernement…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:11
  • Un affrontement amical pour le bien des enfants
    Un affrontement amical pour le bien des enfants Sudbury — Le quatrième affrontement entre les joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) et les médecins du Grand Sudbury aura lieu le 11 aout à 14 h à l’aréna de Sudbury. Les profits du match seront remis à la Fondation…
    Ecrit le mercredi, 10 juillet 2019 17:09
  • 22e Semaine de la Fierté
    22e Semaine de la Fierté Sudbury — La 22e Semaine de la Fierté de Sudbury aura lieu du 8 au 14 juillet. Encore cette année, le nombre d’activités semble s’être multiplié avec des discussions, des ateliers d’art, des spectacles, du yoga, un match de roller derby et…
    Ecrit le jeudi, 04 juillet 2019 09:54
  • Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie
    Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie New Liskeard — L’École secondaire catholique Ste-Marie de New Liskeard fêtera bientôt sa cinquantième année d’existence. Du 2 au 4 aout, les anciens Apollos vont se rassembler à l’école et ailleurs dans la communauté pour prendre part aux célébrations du…
    Ecrit le mercredi, 03 juillet 2019 14:05
  • Malgré les coupes, les conseils scolaires publics du Nord s’en tirent à bon compte
    Malgré les coupes, les conseils scolaires publics du Nord s’en tirent à bon compte Nord-Est de l’Ontario — Les deux conseils scolaires publics du Nord de l’Ontario ne sont pas trop affectés par les nouvelles règles de financement du gouvernement ontarien. La hausse des effectifs à l’élémentaire et la petite taille du Conseil scolaire…
    Ecrit le mardi, 02 juillet 2019 09:00

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login