FacebookTwitter
mercredi, 03 avril 2019 14:40

Entrevue avec la ministre Caroline Mulroney

Écrit par 
La ministre Caroline Mulroney a aussi participé au dévoilement du design de la Place des Arts pendant son passage à Sudbury. La ministre Caroline Mulroney a aussi participé au dévoilement du design de la Place des Arts pendant son passage à Sudbury. Photo : Julien Cayouette
Sudbury — La procureure générale et ministre des Affaires francophones de l’Ontario, Caroline Mulroney, était de passage à Sudbury le vendredi 29 mars afin de participer à différents évènements. Le Voyageur l’a rencontrée et en a profité pour avoir une mise à jour sur les différends qui opposent encore le gouvernement de la province et les Franco-Ontariens.

Le Voyageur : Est-ce que vous êtes écouté dans le caucus en tant que ministre des Affaires francophones?
Caroline Mulroney : Oui. Les membres du caucus viennent me voir pour me dire ce qui se passe dans la francophonie dans leur circonscription. Il y a en plusieurs déjà bilingues qui essaient de représenter la francophonie aussi au sein du caucus. Il y en a plusieurs qui suivent des cours de français. Donc, je peux vous dire que oui, les intérêts de la francophonie sont bien représentés au sein du caucus.
Je suis devenue la ministre des Affaires francophones, donc j’ai une voix aussi forte à la table du conseil des ministres que les autres ministres. Mais il n’y a pas juste moi, il y a aussi plusieurs intervenants très importants de la francophonie ontarienne avec lesquels je travaille de très près.

LV : Même si le service de plaintes pour les services en français a été transféré chez l’ombudsman, ce que les francophones ont l’impression d’avoir perdu, c’est le côté proactif du Commissariat aux services en français. Est-ce que le gouvernement va trouver une façon de remplacer cette possibilité d’étudier la situation des francophones sans plaintes?
CM : Tous les pouvoirs du commissaire [aux services en français] vont être transférés, y compris le pouvoir de faire des enquêtes. Le commissaire représente une voix importante pour la francophonie et le gouvernement le sait. Donc, on va regarder ce qui se passe avec le transfert des responsabilités. Nous avons au sein du bureau du ministère des Affaires francophones un grand groupe de gens qui travaillent sur les politiques et on va travailler avec eux pour identifier les défis de la francophonie ontarienne. Je pense qu’on va essayer de le faire au sein du bureau du ministère.

LV : Le gouvernement fédéral vous a plusieurs fois tendu une perche pour vous aider à financer l’Université de l’Ontario français. Où en êtes-vous rendu dans ce dossier?
CM : Le financement de l’éducation postsecondaire est une compétence provinciale. Donc, il faut absolument que la province soit en mesure de financer l’université de façon durable. On travail toujours sur cela du côté des finances, mais on travail toujours sur le projet du côté du ministère de la Formation et des Collèges et Universités et au ministère des Affaires francophones.

LV : Est-ce qu’il y a quand même une volonté de ne pas laisser tout tomber et de devoir tout recommencer à zéro plus tard?
CM : C’est essentiel que le projet continu à se développer. C’est un très bon projet d’avoir une université pour et par les francophones, c’est essentiel pour la francophonie, mais je pense qu’on a la chance d’étudier le projet qui a été proposé pour voir si ça répond vraiment aux besoins de toute la communauté.

Abonnez vous
Lu 1331 fois Dernière modification le mercredi, 03 avril 2019 14:55
La voix du Nord

info@lavoixdunord.ca

Actualité du Nord

  • Une cicatrice encore visible
    Sudbury — Cette photo prise du haut des airs montre bien l’étendue de forêt qui a été dévastée par l’incendie Parry Sound 33 l’été dernier. Ce feu qui a forcé l’évacuation d’une Première Nation et de Killarney en plus de…
    Ecrit le mercredi, 14 août 2019 15:21
  • Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée
    Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée Sudbury — La circulation sur le boulevard Lasalle à l’entrée du Collège Boréal risque d’être perturbée pour la rentrée. Afin de terminer la construction de la route et du nouveau carrefour giratoire qui remplacera l’intersection devant le collège, les automobilistes…
    Ecrit le mardi, 13 août 2019 16:23
  • Earlton se bat pour son développement
    Earlton se bat pour son développement Earlton — Les dirigeants du canton d’Armstrong ont récemment réduit le prix de vente de certains terrains municipaux à 20 000 $ pour stimuler le développement de nouveaux domiciles dans le secteur du chemin Airport et du croissant Jules-Gravel. Les obstacles au…
    Ecrit le jeudi, 08 août 2019 13:00
  • Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario?
    Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario? Ontario — En Ontario, les maisons de soins palliatifs sont l’un des endroits désignés par la loi où il est permis d’administrer l’aide médical à mourir (AMM). La grande majorité des institutions préfèrent par contre diriger les patients à l’hôpital…
    Ecrit le mardi, 06 août 2019 13:00
  • Tournoi annuel au profit du Club Alidor
    Tournoi annuel au profit du Club Alidor St-Charles — Même si les organisateurs Colette et Gaetan Roy ont dû changer la date du tournoi annuel de pêche Ron Sénécal West Arm Pike Tournment en raison du niveau de l’eau trop élevé, les participants ont afflué en grand…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 13:00
  • Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf
    Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf Sudbury — Mgr Jean-Paul «J.P.» Jolicœur, prêtre de la paroisse St-Jean-de-Brébeuf dans le Moulin à Fleur, quittera le poste de curé de la paroisse le 1er aout pour prendre d’autres responsabilités au sein du diocèse. Ses paroissiens et amis l’ont cependant…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 09:00
  • Des femmes qui restent pour des femmes qui partent
    Des femmes qui restent pour des femmes qui partent Timmins et Sudbury — Le Centre Passerelle pour femmes du Nord de l'Ontario à Timmins a reçu 211 627 $ du gouvernement fédéral afin de tenter de contrer le roulement de personnel. Le Centre Passerelle est le seul organisme francophone qui a…
    Ecrit le jeudi, 25 juillet 2019 11:14

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login