FacebookTwitter
mercredi, 13 mars 2019 14:00

Plus de jeunes, moins de problèmes?

Écrit par 
Lors de la soirée d'information, les participants pouvaient laisser des suggestions sous l’un des domaines que YPWGS aimerait influencer. Lors de la soirée d'information, les participants pouvaient laisser des suggestions sous l’un des domaines que YPWGS aimerait influencer. Photo : Julien Cayouette
Grand Sudbury — Un nouveau groupe d’engagement communautaire a vu le jour au cours de la dernière année dans le Grand Sudbury : Young people who give a sh*t (YPWGS). Si le nom semble provocateur, c’est plutôt la façon que ses membres fondateurs, un groupe d’amis dans la vingtaine, ont choisi pour attirer l’attention des plus jeunes qui ont la réputation de ne pas s’intéresser à leur communauté.

Le groupe vise surtout à recruter des gens entre 20 et 40 ans, mais «ne refusera pas les jeunes de cœur». Leur idée est d’augmenter la présence de cette tranche d’âge dans diverses sphères de la société sudburoise. On vise la politique oui, mais aussi les comités, les conseils d’administration, les sondages en ligne, le vote, etc.

Le nom anglophone cache également un noyau de fondateurs en grande partie francophone et bilingue. L’une des membres fondatrices, Janik Guy, raconte que leur gout d’agir est né de leur incrédulité face à ce qui se passait à Sudbury et qui éloignait la ville de leurs valeurs.


Photo : Julien Cayouette

Les membres de YPWGS ne veulent pas non plus d’une structure trop rigide qui peut effrayer ceux qui évitent les conseils d’administration pour cette raison. Il y a un conseil d’administration qui se réunit environ une fois par mois, mais les six autres comités d’action (voir la liste) ont une structure moins fixe.

Un autre membre fondateur, Gaëtan Godin, a expliqué pendant la présentation du 27 février qu’ils ne demandent pas non plus de temps d’engagement minimum. Ils invitent simplement les gens à offrir ce qu’ils peuvent offrir dans le domaine qui les intéresse. L’important, c’est de garder une atmosphère conviviale et agréable, mais tout en faisant avancer les objectifs.

La première action de YPWGS a été la production d’un questionnaire remis à tous les candidats de l’élection municipale du Grand Sudbury en 2018 — et dont les résultats sont encore disponibles sur leur site web whogiveasht.ca. Ils n’ont pas arrêté depuis, mais cherchent surtout en ce moment à recruter de nouveaux membres afin de pouvoir en faire plus. C’était d’ailleurs l’objectif de leur première rencontre publique le 27 février, à laquelle ils avaient invité Amanda Kingsley Malo à livrer un discours pour motiver l’engagement.

Ultimement, ils espèrent prouver que les jeunes ne sont pas inactifs dans le Grand Sudbury.

Les six domaines visés par YPWGS
  • Santé mentale et bienêtre : appuyer les organismes en place et accroitre la sensibilisation au sujet des sites d’injections supervisées et le sans-abrisme;
  • Politique : encourager les jeunes à voter et à s’engager dans les débats et auprès des politiciens afin de créer un milieu plus propice à leur épanouissement;
  • Embellissement public : conserver ce qui reste comme vieux bâtiments à Sudbury et poursuivre les efforts de développement architectural et de création d’espaces publics;
  • Transports : améliorer la circulation de tous types de moyens de transport dans un système sécuritaire, inclusif et efficace;
  • Vie urbaine : augmenter la densité de la population dans tous les centres-villes du Grand Sudbury et créer des milieux où il fait bon vivre sans avoir à se déplacer en voiture;
  • Croissance économique : stabiliser l’économie locale en encourageant l’innovation, le tourisme et un approvisionnement alimentaire éthique.


Abonnez vous
Lu 327 fois Dernière modification le mardi, 12 mars 2019 15:44
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario
    Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario Sudbury et Timmins — Valérie Demers de Timmins, Miss South Porcupine, sort grande gagnante du concours Miss North Ontario Regional Canada Pageant 2019 qui a été présenté à Sudbury du 9 au 11 mai. Mme Demers n’est pas la seule Franco-Ontarienne…
    Ecrit le lundi, 13 mai 2019 10:10
  • Quelle est la différence entre une IP et une IA?
    Quelle est la différence entre une IP et une IA? Le médecin est loin d’être le seul professionnel de la santé qui peut vous soigner. En raison d’une pénurie de médecins il y a quelques années, le système de santé de l’Ontario a fait une plus grande place aux divers…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 15:45
  • Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé
    Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé Timmins — Le futur Centre de santé communautaire de Timmins a trouvé sa première directrice générale en la personne de Julie Béchard. Elle entrera en fonction le 21 mai. Mme Béchard est la directrice générale et fondatrice du Centre Passerelle…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 11:46
  • La Place des Arts a trouvé son premier directeur général
    La Place des Arts a trouvé son premier directeur général Sudbury — Léo Therrien a été choisi comme directeur général fondateur de la Place des Arts du Grand Sudbury. M. Therrien quittera donc la direction de la Maison McCulloch, qu’il dirige depuis 20 ans, et prendra les rênes de l’organisme le 15 mai.…
    Ecrit le mardi, 07 mai 2019 10:00
  • 100 ans de présence francophone à Kirkland Lake
    100 ans de présence francophone à Kirkland Lake Kirkland Lake — Les élèves et le personnel de l’École secondaire catholique Jean-Vanier ont présenté une soirée de reconnaissance des fondateurs francophones qui se sont installés à Kirkland Lake au début du XXe siècle. Dans le cadre du 100e anniversaire de la…
    Ecrit le jeudi, 02 mai 2019 13:00
  • Il y a plus de théâtre en français que l'on pense
    Il y a plus de théâtre en français que l'on pense Sudbury — L’École secondaire catholique l’Essor de Tecumseh repart du Festival Théâtre action en milieu scolaire (FTAMS) avec le prix Première ligne pour le meilleur texte pour leur pièce Au-delà du cadre. Cependant, le jury a tenu à remettre une…
    Ecrit le mardi, 30 avril 2019 15:44
  • Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle
    Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle Bonfield et North Bay — Natalie Daoust, une jeune femme de 24 ans qui demeurait à Bonfield jusqu’à tout récemment, commence tranquillement à regagner ses forces à la suite d’une greffe des deux poumons. Souffrant de problèmes pulmonaires depuis quelques années,…
    Ecrit le mercredi, 24 avril 2019 14:00

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login