FacebookTwitter
jeudi, 28 février 2019 09:59

Un livre pour la santé mentale des hommes

Écrit par  Mark Robinson
Sudbury — Les maladies mentales affectent environ 20 % des Canadiens chaque jour. De plus, 8 % d’entre eux ont déjà fait face à une dépression majeure à un point dans leur vie. Une des maladies mentales les plus courantes est la dépression postpartum (DPP). Elle affecte principalement les femmes à la suite d’une naissance, mais peut aussi, plus rarement, affecter le père.

David Daigle, originaire de Sturgeon Falls et vivant maintenant à Ottawa, a vécu et surmonté une DDP il y a environ 4 ans. Sa sœur, Brigitte Daigle, raconte que lors de la naissance du fils de David, sa femme a rapidement développé des complications. En raison du stress élevé pendant ce traumatisme intense, M. Daigle a développé une dépression, une bataille qu’il allait mener pendant plus de 3 ans.

Cette période a été bien difficile pour M. Daigle, qui explique que les évènements de cette journée n’étaient pas les seuls qui ont déclenché sa dépression. «J’avais des inquiétudes au niveau de mon travail, quelques stress financiers, incluant un enfant maintenant à la maison. J’avais maintenant beaucoup de nouvelles responsabilités et d’inquiétudes. Je ne dormais pas bien et j’avais plein de symptômes physiques, tels que mal à l’estomac. Mon cerveau n’arrêtait jamais d’être inquiet», raconte M. Daigle.

Il ajoute qu’après quelques semaines, les troubles de sommeil se sont traduits en insomnie, et ce, durant plusieurs mois. Il a pris un congé de son emploi afin de trouver une solution. «J’ai commencé à marcher, plusieurs kilomètres par jour, tout autour de la ville. J’essayais, dans le fond, de me fatiguer afin de retrouver le sommeil.»

Ceci n’a malheureusement pas mené à la bonne solution. M. Daigle explique qu’il a commencé à avoir de fortes émotions, telles que le découragement, et à penser au suicide.

Ce n’est que lorsqu’un ami l’a approché, lors d’une de ses marches, que M. Daigle a décidé de dévoiler ses démons. «Quand je lui ai tout expliqué, il a tenté de faire du sens de tout cela. Il a appelé ma famille et ils ont compris que j’étais vraiment dans le fond.» C’est à ce moment où M. Daigle est entré volontairement à l’hôpital pour recevoir de l’aide professionnelle.

Raconter pour aider

À la suite de l’aide qu’il a reçue pendant son combat, M. Daigle a décidé d’écrire un livre dans le but d’aider d’autres hommes qui vivent les mêmes traumas. Le livre, intitulé Enduring Insanity, parle de ses propres difficultés avec la DPP, l’anxiété et la dépression. L’information partagée dans le livre pourrait devenir une ressource importante pour ceux qui sont affectés par ces luttes de santé mentale.

«Lorsque quelques personnes m’ont approché, ils ont mentionné qu’ils auraient de la difficulté à reconnaitre les signes et les symptômes de ces maladies. Il y a de la confusion. Les gens cherchent de l’aide et, en partageant mon expérience, ça pourrait possiblement aider d’autres gens qui essaient de trouver des solutions eux-mêmes», affirme M. Daigle.

M. Daigle donne aussi des raisons plus personnelles pour sa production : «J’ai aussi écrit ce livre pour mon fils. Je ne peux pas le protéger pour toute sa vie, mais j’aimerais lui expliquer ce qui m’est arrivé lorsqu’il aura l’âge de comprendre.»

Certains symptômes de la dépression incluent un sentiment de découragement, de perte de confiance en soi, penser être un mauvais parent, de l’anxiété, de l’épuisement et bien plus. En plus de ces effets psychologiques, des maux de tête, des engourdissements et de l’hyperventilation peuvent aussi faire surface.

Les effets chez les pères sont moins explorés dans les recherches et les statistiques. Il y a, par contre, de plus en plus d’études qui creusent le sujet en profondeur.

Travaillant aujourd’hui comme conseiller en communications numériques au gouvernement fédéral, il tente de fournir un voyage rétrospectif face à ses propres expériences ainsi que d’ouvrir une nouvelle porte à ceux qui ne savent plus quoi faire.

Il ajoute qu’une grande partie de ceux qui souffrent de ces maladies est, en effet, les jeunes hommes et les nouveaux pères. «On dit que 10 % de ce groupe d’âge souffre d’une dépression à un moment. Si je peux en aider même juste un avec ce livre, je crois que c’est déjà un succès».

Aider à sa façon

Une campagne de sociofinancement a été mise en ligne sur GoFundMe afin de prélever des fonds pour publier le livre. Après la première semaine, près d’un tiers du but de 12 000 $ avait été prélevé. M. Daigle explique qu’il espère publier à la fois des copies électroniques du livre et des copies papier lorsque la demande sera suffisante.

«Peu importe le don lors de la campagne, on se rapproche de plus en plus d’aider quelqu’un qui souffre», affirme M. Daigle. Dans un message récent sur le site, M. Daigle souligne que les fonds lui permettront non seulement de terminer le livre, mais aussi de préparer un site internet qui contiendra un blogue afin de donner encore plus de conseils.

Il suggère de visiter la page pour plus de renseignements et pour visionner une courte vidéo résumant son histoire et son but ultime en publiant le livre. Plus de détails sont disponibles à l’adresse www.gofundme.com.

Abonnez vous
Lu 2610 fois Dernière modification le jeudi, 28 février 2019 13:39

Actualité du Nord

  • 90 ans de jardinage
    90 ans de jardinage Kapuskasing — La Société d’horticulture de Kapuskasing célèbre ses 90 ans d’existence cette année et, pour l’occasion, elle tenait sa foire annuelle de fleurs et de légumes la fin de semaine du 17 aout au Centre Civique. Le Voyageur a pu rencontrer…
    Ecrit le jeudi, 22 août 2019 16:22
  • Le militantisme par la culture
    Le militantisme par la culture Chapleau — Diane Jean, l’ancienne directrice générale du Centre culturel Louis-Hémon, a récemment choisi de tirer sa révérence après avoir travaillé pendant deux décennies auprès de Chapleau. Abitibienne d’origine, elle s’est installée dans cette collectivité rurale du Nord de l’Ontario…
    Ecrit le mercredi, 21 août 2019 16:09
  • Visite d’Elizabeth May à Sudbury
    Visite d’Elizabeth May à Sudbury Sudbury — Première visite à saveur électorale dans le Grand Sudbury, la chef du Parti vert du Canada, Elizabeth May, était de passage à l’École d’architecture McEwen hier soir pour répondre aux questions des Sudburois. Il s’agissait d’un 33e arrêt d’une…
    Ecrit le mercredi, 21 août 2019 00:00
  • Une cicatrice encore visible
    Sudbury — Cette photo prise du haut des airs montre bien l’étendue de forêt qui a été dévastée par l’incendie Parry Sound 33 l’été dernier. Ce feu qui a forcé l’évacuation d’une Première Nation et de Killarney en plus de…
    Ecrit le mercredi, 14 août 2019 15:21
  • Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée
    Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée Sudbury — La circulation sur le boulevard Lasalle à l’entrée du Collège Boréal risque d’être perturbée pour la rentrée. Afin de terminer la construction de la route et du nouveau carrefour giratoire qui remplacera l’intersection devant le collège, les automobilistes…
    Ecrit le mardi, 13 août 2019 16:23
  • Earlton se bat pour son développement
    Earlton se bat pour son développement Earlton — Les dirigeants du canton d’Armstrong ont récemment réduit le prix de vente de certains terrains municipaux à 20 000 $ pour stimuler le développement de nouveaux domiciles dans le secteur du chemin Airport et du croissant Jules-Gravel. Les obstacles au…
    Ecrit le jeudi, 08 août 2019 13:00
  • Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario?
    Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario? Ontario — En Ontario, les maisons de soins palliatifs sont l’un des endroits désignés par la loi où il est permis d’administrer l’aide médical à mourir (AMM). La grande majorité des institutions préfèrent par contre diriger les patients à l’hôpital…
    Ecrit le mardi, 06 août 2019 13:00

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login