FacebookTwitter
mercredi, 27 février 2019 09:34

Populaire? Jusqu’à quel point?

À quelques mois d’une élection, tous les journalistes et autres mordus de politique s’amusent à jauger les chances de succès des principaux partis. Dans cet exercice, les nouveaux partis sont souvent scrutés de près et le parti de droite de Maxime Bernier, le Parti populaire du Canada, ne fait pas exception. Il est difficile de prédire ses chances dans le Nord ontarien, puisqu’il ne répond même pas aux demandes des journalistes.

Dans un discours prononcé le 8 novembre dernier à Calgary, le chef Maxime Bernier affirmait que son parti aurait des associations dans toutes les 338 circonscriptions fédérales à la fin de 2018. Il ajoutait que les candidats de chaque circonscription seraient choisis en début d’année. Or des demandes répétées au parti pour obtenir la liste des membres des exécutifs de ces associations dans le Nord-Est ontarien sont toujours sans réponse. On ne sait donc pas si le parti est organisé dans Algoma-Manitoulin, Nickel Belt, Nipissing-Témiskaming, Sudbury et Timmins-Baie James.

Le site web du parti n’aide pas non plus. La question «associations de circonscription» dans le moteur de recherche du site ne donne qu’une copie du discours de Calgary. Sous la rubrique «Notre Parti», il n’y a que trois sous-titres : «Programme», «Notre chef», «Dossier de presse». C’est évidemment la section «Notre chef» qui est la plus complète.

Mais la section la plus intéressante, c’est celle qui définit le programme du parti. Elle comprend sept sous-sections qui expliquent la vision libertaire, antigouvernement, critique de l’immigration et proarmes à feu de Bernier. Ironiquement, on y voit clairement que Bernier et son parti utilisent la politique pour exploiter le mécontentement de certains Canadiens envers tout ce qui s’appelle politique. C’est du populisme rétrograde, ça ne correspond pas aux valeurs centristes et progressistes de la grande majorité des Canadiens.

Alors, comme dirait l’autre, la question qui tue : ce parti a-t-il des chances de gagner des sièges en octobre prochain?

Probablement.

On voit de plus en plus qu’il y a une partie de l’électorat canadien qui est motivée par la crainte des gouvernements et de l’avenir. Des électeurs qui ont peur de l’autre, de l’ouverture sur le monde et qui, disons-le, sont carrément racistes. Ce n’est pas pour rien qu’on retrouve aux rencontres publiques du parti populaire plusieurs membres de groupes nationalistes blancs. Qui se ressemble s’assemble.

Qu’en est-il cependant du Nord-Est ontarien? D’abord on ne sait même pas s’il y a ici des associations de comté. Mais donnons la chance au coureur et imaginons qu’il y en aura et que des candidats seront choisis avant l’élection. Ont-ils des chances de remporter des sièges ici?

Absolument pas.

Bien sûr, le nord de la province a souvent tendance à voter pour des partis un peu rebelles comme le NDP. Mais, justement, le NPD est un parti de gauche. Il est difficile d’imaginer comment un électorat qui favorise depuis des décennies les politiques progressistes néodémocrates votera tout à coup pour un parti carrément à droite. Mais il reste huit mois avant l’élection et, en politique, c’est une éternité.

Abonnez vous
Lu 907 fois
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Fermeture de la paroisse de L’Annonciation
    Fermeture de la paroisse de L’Annonciation Sudbury — Certains paroissiens de L’Annonciation sont toujours indécis quant à la paroisse qu’ils fréquenteront après la fermeture de leur paroisse le 29 juillet. Le 3 juin, le diocèse de Sault-Ste-Marie annonçait l’intégration de cette paroisse créée en 1953 à la paroisse…
    Ecrit le mercredi, 17 juillet 2019 09:40
  • Départ des Filles de la Sagesse
    Départ des Filles de la Sagesse Sudbury — La congrégation religieuse des Filles de la Sagesse a définitivement quitté le diocèse de Sault-Ste-Marie en juin. Les deux sœurs membres qui demeuraient à Sudbury ont pris leur retraite et ont maintenant élu résidence à la maison mère…
    Ecrit le mardi, 16 juillet 2019 10:29
  • Bientôt à la recherche de pouces verts
    Bientôt à la recherche de pouces verts Opasatika — Une nouvelle ferme agricole hydroponique commence à prendre de la verdure dans les anciens locaux de la ferme Curé Noël à Opasatika. Le projet du propriétaire de Truly Northern, Stéphane Lanteigne, et son partenaire, Jeremy Gillanders, pourrait ouvrir…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:34
  • La communauté répond à l’appel du CIFS
    La communauté répond à l’appel du CIFS Sudbury — Le Contact interculturel francophone de Sudbury (CIFS) continue sa reconstruction et le niveau d’optimisme de ses dirigeants semble être à son plus haut niveau depuis plusieurs années. Des démarches ont entre autres déjà été entreprises auprès du gouvernement…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:11
  • Un affrontement amical pour le bien des enfants
    Un affrontement amical pour le bien des enfants Sudbury — Le quatrième affrontement entre les joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) et les médecins du Grand Sudbury aura lieu le 11 aout à 14 h à l’aréna de Sudbury. Les profits du match seront remis à la Fondation…
    Ecrit le mercredi, 10 juillet 2019 17:09
  • 22e Semaine de la Fierté
    22e Semaine de la Fierté Sudbury — La 22e Semaine de la Fierté de Sudbury aura lieu du 8 au 14 juillet. Encore cette année, le nombre d’activités semble s’être multiplié avec des discussions, des ateliers d’art, des spectacles, du yoga, un match de roller derby et…
    Ecrit le jeudi, 04 juillet 2019 09:54
  • Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie
    Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie New Liskeard — L’École secondaire catholique Ste-Marie de New Liskeard fêtera bientôt sa cinquantième année d’existence. Du 2 au 4 aout, les anciens Apollos vont se rassembler à l’école et ailleurs dans la communauté pour prendre part aux célébrations du…
    Ecrit le mercredi, 03 juillet 2019 14:05

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login