FacebookTwitter
mercredi, 09 janvier 2019 02:01

Trop tard, mais pas totalement

Écrit par 
La commissaire à l’environnement de l’Ontario, Dianne Saxe, lors de sa conférence à Sudbury le 8 janvier La commissaire à l’environnement de l’Ontario, Dianne Saxe, lors de sa conférence à Sudbury le 8 janvier Photo : Julien Cayouette
Sudbury — La commissaire à l’environnement de l’Ontario, Dianne Saxe, n’a pas été tendre à l’égard du gouvernement conservateur dans son plus récent rapport sur les changements climatiques. Selon son analyse, l’Ontario était en voie de devenir un chef de fil mondial. Maintenant, plus rien n’est en place après les premiers mois au pouvoir du Parti conservateur.

Mme Saxe a tenu trois assemblées publiques dans le Moyen Nord du 7 au 9 janvier afin de présenter le rapport publié en septembre, mais aussi pour parler un peu plus des effets des changements climatiques sur la région. En fait, insiste-t-elle, les effets se sont déjà fait amplement ressentir au cours de la dernière année.

À l’aide de cartes, elle a démontré que les régions de la province qui se sont le plus asséchées sont également celles qui ont eu le plus d’incendies de forêt à l’été 2018. S’ajoute entre autres à cela les tempêtes de vents plus nombreuses, et ce, dans toute la province.

Le changement de culture reste possible

Mme Saxe est catégorique : il est trop tard pour revenir aux températures du siècle dernier. Il n’est par contre pas trop tard pour mettre en place des mesures qui pourront tout de même avoir de gros impacts.

Le champ d’activités où les plus grandes améliorations sont encore possibles, c’est du côté des transports. Les véhicules personnels sont encore ceux qui en produisent le plus au total. Donc, achetez une plus petite voiture ou une électrique, faites du covoiturage «pour aller à l’église», utilisez les transports en commun et votre contribution sera significative.

Si elle n’est pas en droit de dicter aux citoyens les actions à prendre contre le gouvernement, elle lance tout de même le message que la province n’est pas la seule instance qui peut légiférer : le fédéral, les municipalités, les entreprises, les universités, etc., ont aussi du pouvoir.

Rappelons que le Commissariat à l’environnement de l’Ontario a été aboli par l’énoncé économique du 15 novembre. Une partie de ses responsabilités se retrouvent au Bureau de la vérificatrice générale, l’autre partie relèvera directement du gouvernement.

Plus de détails dans Le Voyageur du 16 janvier 2019.

Abonnez vous
Lu 429 fois Dernière modification le mercredi, 09 janvier 2019 02:10
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login