FacebookTwitter
vendredi, 14 décembre 2018 11:20

Du coaching en matière de cancer offert dès janvier

Écrit par 
Gabrielle Fecteau Gabrielle Fecteau Photo : Courtoisie
Timmins — Étudiante à Ottawa, Gabrielle Fecteau, qui a été aux prises avec le cancer à l’âge de 19 ans, s’engage à prêter mainforte dans sa communauté d’origine. Maintenant âgée de 23 ans, elle entreprendra dès janvier un projet visant à offrir du coaching aux gens atteints du cancer et leurs soignants. Au cours de la dernière année, dans le cadre de sa maitrise en travail social à l’Université d’Ottawa, Mme Fecteau a travaillé comme bénévole et comme stagiaire à la Fondation du cancer de la région d’Ottawa et fait partie de l’équipe de coaching.

«C’est une pratique qui a été bien documentée à ce jour et qui donne des résultats très positifs. Il s’agit d’un service offert tout au long de l’expérience avec le cancer, donc ça peut être au moment du diagnostic — on a même déjà eu des gens qui attendaient un diagnostic — jusqu’à des années après que la rémission soit déclarée. C’est tout au long du processus qu’on voit les gens.»

La Fondation du cancer de la région d’Ottawa offre son programme de coaching à l’échelle locale, mais éprouve le désir d’élargir l’offre de ses services. Selon Mme Fecteau, Timmins sera l’endroit idéal où lancer ce projet pilote, soit d’offrir du coaching bilingue par vidéoconférence par l’entremise de la plateforme sécurisée en ligne NexJ Connected Wellness, ou encore par téléphone. «C’est notre première tentative. Ça fait sept ans que le programme est en place ici, à Ottawa», mentionne-t-elle.

Le coaching est offert gratuitement. «On offre cinq heures de coaching», précise Mme Fecteau. «On voit vraiment que ces cinq heures-là, c’est tout ce dont les gens ont besoin en général. Ils se sentent confiants à la fin.» Écouter, établir un plan selon les besoins du client, bref les accompagner ou les aider à atteindre leurs objectifs sont des exemples de la raison d’être du programme.

«On voit des gens qui se préparent à rencontrer un oncologue ou un spécialiste. On voit des gens qui ont des questions par rapport à la nutrition et l’exercice, ou encore à la gestion du stress. Il y a des gens qui viennent nous voir qui sont en phase palliative et leur but est de passer plus de temps avec leur famille, donc, vraiment c’est ce qu’il y a de plus important pour le client qui nous importe», détaille Mme Fecteau.

Cette dernière a compris que les effets psychologiques du cancer sont souvent tout aussi importants que les aspects médicaux ou physiques. C’est pour cette raison qu’elle a voulu agir. Le coaching autonomise les bénéficiaires en les encourageant à être proactifs face à leurs soins. «Lorsqu’on reçoit un diagnostic de cancer, on ne perd pas la capacité de s’occuper de soi, mais le choc peut nous déstabiliser et il faut parfois se faire guider vers les ressources qui nous conviennent.»

Mme Fecteau raconte avoir vécu la majeure partie de son expérience aux prises avec le cancer à Timmins. Elle affirme avoir reçu des soins impeccables et être reconnaissante du soutien qu’elle a reçu. «Cependant, de nombreux services spécialisés à l’intention des personnes atteintes de cancer sont parfois loin ou tout simplement difficiles d’accès. Je pense que les gens qui vivent l’expérience du cancer à Timmins ont besoin de ce service» , souligne-t-elle.

Les gens ont jusqu’au 18 janvier pour s’inscrire. Le coaching débutera à la suite de la période d’inscription. Pour vous inscrire, communiquez avec Gabrielle Fecteau en composant le 1-855-247-3527, poste 569, par courriel à l’adresse Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou en consultant le www.ottawacancer.ca/fr/timmins/.

Abonnez vous
Lu 506 fois Dernière modification le vendredi, 14 décembre 2018 11:33
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login