FacebookTwitter
mercredi, 05 décembre 2018 14:00

Se renseigner sur le sport local en français, est-ce toujours possible?

Écrit par 
Les Voyageurs de la Laurentienne Les Voyageurs de la Laurentienne Photo : Éric Boutilier
Nord ontarien — Les amateurs de sports du Nord de l’Ontario se renseignent de leurs équipes et leurs sports préférés principalement dans une langue, en anglais. Le contenu publié en français par les nombreuses formations de différents calibres se fait plutôt, rare malgré une présence de partisans francophones dans les collectivités et campus de la région.

Depuis le début du nouveau millénaire, la couverture du sport au niveau local, régional et professionnel est en pleine transformation. Il y a près de 15 ans, les amateurs syntonisaient à la télévision La Soirée du hockey de Radio-Canada — une émission qui a été présentée pour la dernière fois sur les ondes du diffuseur public en 2004. Les mordus de sports devaient autrefois avoir un ordinateur pour consulter le site web de leur équipe ou apprendre des résultats le lendemain matin dans un des médias quotidiens.

Aujourd’hui, les amateurs ont amplement de choix pour obtenir les nouvelles sportives qui les intéressent. Grâce aux téléphones intelligents, ces gens peuvent s’informer sur les résultats de matchs, interagir avec les athlètes vedettes de leurs équipes préférées par la voie de Facebook, Twitter, Instagram, etc., voir même écouter un match en direct presque n’importe où.

Certaines ligues et formations en provenance des maritimes, du Québec et de l’Est ontarien publient du contenu dans les deux langues officielles malgré qu’elles ne soient pas toujours dans l’obligation de le faire. On retrouve entre autres sur cette liste la Ligue de hockey junior majeure du Québec (LHJMQ) et trois de ses équipes — les Wildcats de Moncton, le Titan d’Acadie-Bathurst et les Olympiques de Gatineau —, le Blizzard d’Edmundston et les Rapides de Grand Sault de la Ligue de hockey junior A des Maritimes, et même au niveau des écoles secondaires de l’Association sportive interscolaire du Nouveau-Brunswick.

Certains institutions postsecondaires et circuits consacrent du temps à la publication d’articles en français sur la toile, dont les Coyotes de la Cité Collégiale, les Gee Gees de l’Université d’Ottawa, les Paladins du Collège militaire royal de Kingston, les Aigles Bleus de l’Université de Moncton, les Dragons de l’Université Ste-Anne de la Nouvelle-Écosse, l’Association canadienne du sport collégial (ACSC) et USports.

Les Vipères du Collège Boréal et les Lynx de l’Université de Hearst sont parmi les rares formations du Nord de l’Ontario à avoir un site web ou une page sur les réseaux sociaux entièrement dans la langue de Molière.

Mises à jour sur le tard

Les Voyageurs de l’Université Laurentienne sont membres des Sports universitaires de l’Ontario (SUO) qui doivent publier leur contenu en anglais et en français de façon courante. Pourtant, depuis plusieurs mois, certaines pages du site francophone de cette institution postsecondaire, dont la page d’accueil, n’ont pas été traduites. Par contre, une fois informée de la situation par Le Voyageur, l’université a indiqué qu’elle réglait la situation rapidement.

«Nous n’étions pas au fait que certaines pages du site des Voyageurs n’avaient pas été traduites. Nous avons contacté les personnes responsables et la situation sera corrigée d’ici la fin de la semaine. Soyez assuré que nous avons entrepris une révision de nos processus pour que cette situation ne se produise plus», explique la gestionnaire des communications de l’Université Laurentienne, Cindy Demontigny.

«Entretemps, j’aimerais vous confirmer que toutes les unités administratives de l’Université Laurentienne doivent se conformer à la Politique sur le bilinguisme et présenter des communications dans les deux langues officielles. Des manquements au processus de mise en ligne ont conduit à cette situation irrégulière et inacceptable sur le site web des Voyageurs.»

Un manque de moyens pour les plus petites équipes

Les Lumber Jacks de Hearst, une équipe de la Ligue de hockey junior A du Nord de l’Ontario (NOJHL), offrent à ses partisans une expérience bilingue à ses matchs. Le club, qui dispute ses matchs dans la communauté majoritairement francophone de la route 11, a un annonceur maison qui renseigne les spectateurs dans les deux langues officielles. Toutefois, en raison d’un manque de ressources et d’une main-d’œuvre bénévole, les Lumber Jacks ne sont pas en mesure de publier des nouvelles en français sur leur site web.

«Notre site est administré par la [NOJHL] et la compagnie HockeyTech. Malheureusement, la plateforme a été conçue en anglais seulement, ce qui veut dire qu’on ne peut pas avoir l’option française, du moins pour l’instant. C’est certain qu’on essaie de faire notre gros possible [de mettre ça bilingue] lorsqu’on fait des affiches ou de la publicité sur Facebook et Twitter. Mais, parfois, c’est un peu plus difficile, car on travaille sur une base volontaire», explique le président des Lumber Jacks, Patrick Vaillancourt.


Site web des Voyageurs de la Laurentienne (en anglais et en français)

«C’est garanti que ça prend plus de temps à produire du contenu bilingue. Il ne faut pas s’en cacher que notre équipe et nos joueurs sont à 80 % [ou] 90 % anglophones. Mais il ne faut pas [non plus] oublier nos amateurs, surtout à Hearst. Nous savons que la majorité de la population est francophone et nous avons ça à cœur. Si on avait les ressources nécessaires et des gens qui se porteraient bénévoles pour faire la traduction, peut-être que ça irait mieux.»

Une lueur d’espoir : Kapuskasing

Les Flyers de Kapuskasing sont l’une des rares équipes de la région avec un diffuseur officiel de leurs matchs en français. Les amateurs des Flyers peuvent écouter les matchs à l’extérieur de la ville, en direct, en syntonisant la station de radio CKGN. Depuis les six dernières saisons, un animateur de cette radio communautaire embarque dans l’autocar des Flyers et se présente aux nombreux centres sportifs du Nord-est ontarien pour décrire les matchs de cette équipe membre de la Ligue de hockey midget AAA du Grand Nord (GNML).

«Nous avions embarqué dans le projet puisque c’était une chance d’ajouter non seulement du contenu sportif à la station, mais du contenu local qui électrise les gens. Dans la région de Hearst-Kapuskasing, tout le monde est un passionné de hockey. L’équipe est souvent formée d’un mélange de joueurs provenant de Kapuskasing, Moonbeam, Mattice, Hearst, Iroquois Falls et Cochrane, ce qui nous permet d’aller chercher des auditeurs de partout dans le Nord», précise l’animateur et directeur de la programmation de la radio CKGN, Chris St-Pierre.


À droite, Chris St-Pierre. Ci-dessus, les Flyers à l'entrainement — Photo : Chris St-Pierre

«Les gens qui écoutent les matchs sont parfois de l’extérieur de la région. À 15, 16 et 17 ans, les joueurs sont suivis de près par leurs parents. Tant pour les équipes adverses que les Flyers, les parents utilisent [l’émission] Le Hockey des Flyers comme moyen de suivre leur fils. Pour les citoyens de la région de Kapuskasing, ils ont un sentiment de fierté envers leur formation. À l’image des Lumberjacks de Hearst de la NOJHL, les Flyers sont parmi les équipes les plus regardées du circuit, attirant 500+ personnes par rencontre. Leur réputation, leur impact et leur importance pour la communauté kapuskoise est probablement la plus grosse raison pourquoi nous diffusons toujours presque 6 ans plus tard», explique-t-il.

Du côté professionnel, les ligues et les équipes sportives prennent plus de place dans la production de leur propre contenu pour alimenter leurs sites web. La Ligue nationale de hockey (LNH) publie ses articles dans huit langues, dont le français. Les amateurs des Canadiens de Montréal et des Sénateurs d’Ottawa peuvent aussi consulter le site web de leur équipe dans les deux langues officielles du pays. C’est aussi le même son de cloche du côté des Alouettes de Montréal et du Rouge et Noir d’Ottawa, deux équipes de la Ligue canadienne de football (LCF), sans oublier les Champions d’Ottawa, une équipe professionnelle de baseball de la Ligue Can-Am.

Abonnez vous
Lu 519 fois
Éric Boutilier

Correspondant

North Bay et Nipissing

Sports

eric.boutilier@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login