FacebookTwitter
mardi, 04 décembre 2018 22:26

Le Voyageur se rappelle - Michel Galipeau

Écrit par  Camille Contré


Pendant la période du Nouveau Louvre à la Galerie du Nouvel-Ontario (GNO), nous avons cru intéressant de revisiter se remémorer l’artiste visuel Michel Galipeau. Il était très présent sur la scène artistique, entre autres en tant que vice-président de la GNO. Après avoir été diagnostiqué d’une rare forme de cancer, il a eu sa première exposition en solo à la GNO en 2002 qui s’intitulait Los An Geles Azules, ayant jusqu’alors fait que des expositions de groupe, dont une avec Normand Fortin en 1978.

Dans l’article publié dans Le Voyageur du 9 octobre 2002, lors du lancement de l’exposition, on pouvait lire :
«Même s’il est atteint d’une forme de cancer rare, l’artiste sudburois Michel Galipeau promet de créer encore plusieurs œuvres au cours des prochaines années. «Si les médecins me donnent un ou deux ans à vivre, je vais vous casser les oreilles pendant au moins 20 autres années», lance-t-il avec confiance.»

Nous lui donnons raisons aujourd’hui.

L’article que nous avons reproduit ici est un hommage à Michel Galipeau, par les témoignages de ses amis, suite à son décès survenu en avril 2006.


Photo : Archives



Article du 19 avril 2006

Un grand artiste nord-ontarien s’éteint



Michel Galipeau, artiste visuel originaire de Sturgeon Falls, est décédé le 13 avril [2006], à la suite d’une longue bataille contre un cancer lymphatique. «Michel, même atteint du cancer, n’a jamais joué la carte de la pitié, même quand son système immunitaire était à son plus bas», affirme Stef Paquette, un ami de M. Galipeau.

L’artiste luttait contre ce cancer depuis au moins huit ans. «Au début, on lui donnait environ un an à vivre. Son combat est une grande leçon pour ceux et celles qui ne se laissent pas abattre», confie M. Paquette.

Un artiste accompli

Le plus éloquent dans les œuvres de M. Galipeau est qu’elles étaient très diversifiées. «Il changeait tout le temps de style, que ce soit pour peindre une série de toiles aux allures grecques, dans ses sculptures ou dans la réalisation de pochettes d’albums ou de livres», décrit M. Paquette. «Il essayait tout le temps quelque chose de nouveau et il réussissait. J’envie ce talent et cette réussite.»

Pour France Gélinas, également une grande amie de M. Galipeau, le domaine artistique perd un grand homme. «Michel était bénévole au Centre de santé communautaire de Sudbury depuis plusieurs années en donnant des cours d’art. Il était un homme très simple et charmant», exprime-t-elle. «Tous ceux qui ont rencontré Michel l’ont aimé et apprécié. Il n’avait aucun ennemi.»

Elle décrit M. Galipeau comme un des plus grands artistes visuels de Sudbury, voire même de l’Ontario. «Il est le créateur de plusieurs projets, dont celui de peindre sur scène lors du Festival Boréal, pendant que les artistes chantaient et jouaient de la musique», dit Mme Gélinas.






Abonnez vous



Lu 291 fois Dernière modification le mardi, 04 décembre 2018 22:34

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login