FacebookTwitter
mercredi, 10 octobre 2018 15:23

Comment une Québécoise en est venue à parler de Hanmer sans y avoir mis les pieds

Écrit par 
Diane-Marie Racicot Diane-Marie Racicot Photos : Courtoisie
Sudbury — Pour la comédienne et conteuse Diane-Marie Racicot, «c’était un rêve d’aller à Hanmer» présenter son spectacle La passion de Marie-Louise. Elle le fera dans le cadre du festival Les vieux m’ont conté. Pour la première fois, elle vient y conter le récit de vie inspiré de la biographie de Marie-Louise Bouchard Labelle, fille de Napoléon Labelle, un des fondateurs de Hanmer.

Elle a trouvé par hasard la biographie écrite par Claire Trépanier et intitulé C’est le temps d’en parler dans la Grande bibliothèque de Montréal. Mme Racicot a été bouleversée par l’histoire de Marie-Louise, mais aussi inspirée par la force de la femme «qui a assumé sa vie [difficile] jusqu’au bout». La comédienne cherchait depuis longtemps une histoire à raconter en spectacle et elle en avait finalement trouvé une sur laquelle elle avait quelque chose à dire.

Marie-Louise Bouchard est née aux Escoumins, sur la Côte Nord au Québec. Sa famille est venue s’installer en Ontario alors qu’elle avait 5 ou 6 ans. En grandissant, elle se sentira de plus en plus étouffée et limitée par son milieu. Elle vivra un grand amour interdit qui la forcera à s’enfuir vers Cache Bay puis Ottawa.

Il ne s’agit pas d’un conte fantastique, mais bien d’une histoire dramatique et inspirante aussi coller sur la réalité de l’époque que possible. Mais Mme Racicot a tout de même dû créer certains évènements et certaines conversations. «J’ai dû imaginer, avec les tempéraments des deux personnages, l’époque et la religion, la situation où [Marie-Louise et son amoureux] se sont touché les mains pour la première fois sans le vouloir», car il n’existait pas de compte rendu de cet évènement précis.

Elle profite aussi de l’occasion pour décrire la vie des gens de Hanmer au début du siècle dernier. «C’était des conditions pas faciles. C’était dans le bois, ils étaient complètement isolés. Il y avait 20 familles au début et ça prenait des heures pour se rendre en charrette jusqu’à Sudbury pour acheter des choses», raconte-t-elle.

La conteuse a présenté le spectacle aux descendants de Marie-Louise à Ottawa. «C’était très émouvant», se souvient-elle. «Ils m’ont dit “même si on en avait appris un peu en lisant le livre, maintenant, en écoutant, on vie tout ce que cette femme-là a vécu à travers les émotions de sa vie”. Ça a été un beau cadeau que j’ai reçu.»


Pour le spectacle, Mme Racicot sera accompagnée par l’accordéoniste Catherine Dostaler. La musique composée par celle-ci ajoute un niveau d’émotion supplémentaire à l’histoire de Marie-Louise.

La passion de Marie-Louise sera présentée le 14 octobre à 14 h au Club d’âge d’or de la Vallée (26, boul. Côté). Les billets sont disponibles au cout de 15 $ et incluent le souper. Pour plus de détails sur le festival Les vieux m'ont conté, cliquez ici.

Abonnez vous
Lu 1061 fois Dernière modification le mercredi, 10 octobre 2018 15:33
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login