FacebookTwitter
jeudi, 13 septembre 2018 16:16

Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren

Écrit par 
Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren Photo : Archives
Markstay-Warren — Les électeurs de Markstay-Warren devront choisir entre deux candidats expérimentés le mois prochain pour choisir leur nouveau maire. Le maire sortant, Steve Salonin, veut privilégier la remise à neuf de plusieurs infrastructures routières de sa communauté tandis que Sonya Flynn, qui a été mairesse de Markstay-Warren entre 2011 et 2014, espère miser sur une bonne gestion administrative.

Les deux candidats reconnaissent aussi les défis de préserver les services offerts aux résidents. La municipalité de 2 600 résidents située entre North Bay et Sudbury est un amalgame de trois anciennes collectivités — Hagar, Markstay et Warren —, réparties sur un territoire de plus 500 km2. Le Voyageur a posé les mêmes questions au deux candidats.

Pourquoi avez-vous décidé de vous présenter à la mairie?

S. Salonin : Je me présente encore pour la mairie de Markstay-Warren, car, depuis les quatre dernières années, le conseil municipal a complété un bon nombre de ses projets dont la communauté bénéficie [entre autres le centre communautaire de Markstay, la reconstruction de la rue Rutland et du chemin du lac Kukagami]. Nous venons de commencer des projets de réfection du chemin Main et du remplacement du pont Nepewassi. Lorsqu’on travaille fort sur ces projets, on espère les compléter. Je crois que j’ai eu une bonne influence sur la qualité de vie des résidents de Markstay-Warren et il y a encore plus que j’aimerais accomplir.

S. Flynn : En tant qu’ancienne mairesse, je me suis toujours considérée comme une simple contribuable qui soulève les enjeux d’autres contribuables lors des réunions du conseil municipal. Ce sont des gens qui font partie de l’équipe. Lorsqu’on prépare un budget ou que l’on fait des changements aux règlements municipaux, il faut prendre en compte l’impact que ça va avoir sur la municipalité. Si c’est bien pour les contribuables, c’est bien pour moi aussi.

Que comptez-vous réaliser en tant que maire?

S. Salonin : Markstay-Warren est une belle communauté où vivre et élever une famille. Nous avons une bonne qualité de vie. Je veux promouvoir notre communauté en réduisant les impôts tout en augmentant les services offerts aux résidents. Avec l’aide d’un nouveau logo, j’aimerais pouvoir mettre en vitrine les nombreuses activités et foires de la municipalité lors du Concours international de labour et exposition rurale de Nipissing Ouest l’an prochain. Je veux démontrer à la planète que Markstay-Warren est une communauté moderne et progressiste, ouverte pour les entreprises. C’est en développant des ententes de services partagés que j’espère pouvoir améliorer nos services sans augmenter les impôts.

S. Flynn : J’aimerais inviter d’autres municipalités pour réviser les tâches administratives de notre conseil municipal afin que nous puissions mieux comprendre nos fonctions en tant qu’élus. Ce serait aussi une occasion de former le nouveau greffier et de comprendre ses fonctions auprès du conseil. Je crois fermement que l’éducation et la conservation sont une bonne recette pour le développement d’une équipe forte.

Quels sont les dossiers importants?

S. Salonin : L’enjeu qui est de plus grande importance serait l’état de nos infrastructures et les couts élevés des mises à niveau. Nous n’avons pas beaucoup de contribuables. Pour pouvoir exécuter ces travaux, nous dépendons des subventions de la province et du fédéral, qui sont souvent difficiles à obtenir. Mais c’est important de maintenir les mêmes niveaux de services tout en maitrisant notre taux d’imposition.

S. Flynn : Un ancien conseiller m’a dit que les enjeux principaux sont les impôts et les chemins. À la fin de la journée, ce sont la plupart des besoins [de la communauté]. Il faut vérifier nos dépenses et assurer que nos chemins sont en bon état.

Quels sont les enjeux de la communauté francophone?

S. Salonin : La plupart de nos services municipaux sont disponibles en français et en anglais. Je crois qu’un enjeu clé des francophones est que nous n’avons pas de garderie de langue française dans notre communauté. J’ai été en contact avec la communauté francophone et nous avons déjà un emplacement possible pour accueillir une garderie. Au cours de mon prochain mandat, j’espère pouvoir travailler avec la communauté pour régler cette situation. De plus, nous devons améliorer l’offre de livres en français dans nos bibliothèques. C’est quelque chose dont je vais discuter avec le personnel de la bibliothèque et je crois que c’est atteignable.

S. Flynn : Je crois qu’il faut promouvoir l’anglais et le français. J’aimerais ça vivre dans une municipalité bilingue. Les francophones apportent une contribution à travers de leur culture, de leur patrimoine et à travers des groupes bénévoles. Nous sommes chanceux d’avoir des écoles catholiques et publiques dans les deux langues, car les gens n’ont pas à voyager ailleurs pour obtenir l’éducation de leur choix. Alors je ne crois pas que c’est vraiment un en enjeu majeur dans notre municipalité.

Abonnez vous
Lu 1839 fois
Éric Boutilier

Correspondant

North Bay et Nipissing

Sports

eric.boutilier@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login