FacebookTwitter
vendredi, 10 août 2018 15:39

Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche

Écrit par  Rachel Barber
Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche Photos : Courtoisie
Ville — Jany Scherer, une élève de 12e année de l’École secondaire publique Écho du Nord de Kapuskasing, a été choisie pour participer au programme d’échange étudiant du Club Rotary pour la session d’été. Après avoir vécu avec une famille d’accueil à Rudersdorf, en Autriche, pendant trois semaines, elle est de retour au Canada en compagnie de Tatjiana Stangl, une étudiante en échange de l’Autriche.

Selon Mme Scherer, le processus de sélection et l’organisation du voyage étaient raisonnablement simples. «Premièrement, il fallait que je soumette une mise en candidature. Ensuite j’ai reçu un appel pour dire que j’étais invitée à une entrevue. Je suis allée à l’entrevue puis, après ça, ils ont fait une entrevue avec ma mère pour faire certain qu’elle était confortable qu’on ait quelqu’un qui reste chez nous pendant trois semaines. Plus tard, ils m’ont appelé pour dire que c’était moi qui étais choisie pour y aller. C’est à ce temps-là qu’ils m’ont aussi annoncé dans quel pays j’allais faire l’échange. J’ai pu leur dire les trois pays où je préfèrerais aller et l’Autriche n’était aucunement dans mes choix. J’étais ouverte d’esprit par contre; j’étais prête à aller où l’expérience allait m’amener», raconte-t-elle.



Parmi toutes les expériences qu’elle a vécues en Autriche, sa préférée a été d’apprendre l’allemand, la langue officielle du pays, avec sa famille d’accueil. «J’étais vraiment là pour apprendre la culture puis l’histoire du pays. Pour eux, leur langue est vraiment précieuse. J’étais contente de pouvoir apprendre l’allemand avec eux, puisqu’ils étaient patients et ce n’est vraiment pas évident d’apprendre la langue. Cependant, je pense que je me suis bien intégrée puis je pense que c’était une expérience dont je vais toujours me souvenir», raconte-t-elle.

Après avoir participé au programme d’échange, Mme Scherer est consciente des opportunités qui l’attendent au postsecondaire, grâce à la découverte de nouveaux intérêts. «J’aime beaucoup la loi, mais j’aimerais étudier la loi européenne, parce que j’ai adoré mon expérience en Europe. J’aimerais aussi continuer à apprendre l’allemand, pour éventuellement faire un échange étudiant universitaire», confie-t-elle.

Tatjiana Stangl est au Canada depuis une semaine et s’intéresse déjà à la langue anglaise comme nous le parlons au Canada. «J’adore la langue. J’aime entendre les gens parler l’anglais ici au Canada», dit la jeune voyageuse.


Jany Scherer, à gauche, avec la mère de sa famille d’accueil en Autriche et Tatjiana Stangl, qui est venu passer quelques semaines dans le Nord de l’Ontario.

Jany Scherer et Tatjiana Stangl avouent que la vie quotidienne en Autriche est extrêmement différente de celle du Canada. Tandis que Mme Scherer a remarqué une différence remarquable entre les matériaux de construction des édifices, Mme Stangl souligne la différence de la vie sociale entre les deux pays. «J’ai remarqué que Jany rencontre ses amis presque chaque jour, tandis que je ne vois pas mes amis chaque jour», indique-t-elle.

Malgré les différences entre les deux pays, Mme Scherer indique que la situation des langues en milieu minoritaire en Autriche est très similaire à ce que les francophones hors Québec vivent au Canada. «L’anglais est une langue minoritaire en Autriche. Je dirais que c’est semblable à ce qu’on vit [au Canada], parce que si tu parles l’anglais là-bas, ils vont te dire de parler en allemand. Ça serait comme si un francophone allait quelque part et qu’il se ferait dire de parler en anglais», compare-t-elle.

Abonnez vous 
Lu 1214 fois Dernière modification le vendredi, 10 août 2018 15:45

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login