FacebookTwitter
jeudi, 06 mars 2014 09:46

La destruction de notre patrimoine scientifique

Dans sa guerre contre l’information, le gouvernement conservateur a procédé à la fermeture de sept bibliothèques de Pêches et Océans Canada qui se trouvent un peu partout au pays.

La ministre des Pêches et Océans, Gail Shea, assure que les ouvrages appartenant aux bibliothèques fermées seraient numérisés ou offerts à d’autres bibliothèques, à des tiers, au personnel du Ministère et à la population avant d’être envoyés au recyclage.

Malheureusement, cette affirmation ne tient tout simplement pas la route. Des employés des bibliothèques ont carrément contredit la ministre et la lettre que m’a envoyée le gouvernement indique que son ministère n’était pas en mesure de déterminer ce qui a été numérisé et n’a aucune idée du sort réservé aux milliers de livres et de revues que les bibliothèques fermées abritaient. On ne pouvait gérer la situation de manière plus confuse.

Or, ces dernières années, le gouvernement a dépensé des milliers de dollars à la réfection de plusieurs de ces bibliothèques, puis décide soudainement de les fermer, ce qui lui coûte encore au moins des dizaines de milliers de dollars. Les conservateurs prétendent faire économiser 400 000 $ aux contribuables, une goutte d’eau pour un gouvernement qui vient de dépenser 548 millions $ pour faire sa propre promotion auprès des Canadiens.

Pour couronner le tout, le gouvernement conservateur ne se contente pas de fermer des bibliothèques et de détruire une bonne partie de l’information qu’elles contenaient. Il a aussi sabré aussi le financement du Laboratoire de recherches atmosphériques sur l’environnement polaire (PEARL), a fermé la Fondation canadienne pour les sciences du climat et de l’atmosphère, a vidé de sa substance la Loi sur les pêches, a aboli des milliers de postes à Pêches et Océans, dont une multitude d’emplois de chimistes, de biologistes et autres importants chercheurs et scientifiques, a supprimé le programme sur la toxicologie marine et les contaminants de l’océan, s’est retiré du programme sur la Région des lacs expérimentaux de renommée internationale et a muselé de très respectés scientifiques du gouvernement.

Il s’agit que de la pointe de l’iceberg. Le gouvernement conservateur a des desseins bien plus funestes et beaucoup plus fondés sur une idéologie que la ministre de Pêches et Océans Canada ne le laisse entendre. En fait, il est en passe de détruire notre patrimoine scientifique et d’écarter toute personne qui se mettrait au travers de son chemin, ce qui aura un effet dévastateur pour notre pays.

Lawrence MacAulay, député de Cardigan (Île-du-Prince-Édouard) et porte-parole du Parti libéral du Canada en matière des Pêches et Océans

Lu 2757 fois
La voix du Nord

info@lavoixdunord.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login