FacebookTwitter
mercredi, 16 mai 2018 00:00

Roubidou - partie 2

Écrit par  Chloé Thériault
Le journal Le Voyageur, en association avec le Collège Boréal, a préparé quelque chose de très spécial à l’occasion du Salon du livre du Grand Sudbury.

Voici la deuxième partie d’une histoire écrite par l’étudiante en théâtre et jeune auteure Chloé Thériault. La particularité de cette histoire : VOUS choisissez la suite. L’histoire sera divisée en quatre parties et prendra fin dans l’édition du 13 juin.

À la fin des trois premières parties, les lecteurs choisissent la prochaine action du personnage principal, ce qui influencera la création de la suite de l’histoire. Chloé écrira la suite à partir du choix qui aura reçue le plus de votes.

Pour cette deuxième partie, vous avez jusqu’au 24 mai 2018 à midi pour voter :
  • par courriel à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . Mettez Roubidou 1 ou Roubidou 2 comme sujet, selon votre choix. Si vous utilisez un logiciel pour vos courriels, vous pouvez cliquer sur la réponse pour nous l'envoyer;
  • par le biais du sondage sur la page Facebook du Voyageur;
  • par le formulaire que vous retrouverez à la fin du texte.
Cliquez ici pour relire la première partie. Les lecteurs ont choisi : 1) Dominik répond que les pitbulls ne sont pas tous méchants et que le code rouge était exagéré...




Wow, un code rouge à cause d’un pitbull… Je réponds :

«Les pitbulls sont même pas dangereux monsieur Grégoire. Y’a toutes sortes de lois qui interdissent l’adoption des pitbulls, mais j’pense que c’est l’amour que tu donnes au chien qui détermine son caractère et ses actions. Vot’e code rouge était exagéré.» Et là, j’ai vu la fin de mes jours dans les yeux de monsieur Grégoire.

«Si mon code rouge est exagéré, ta retenue ce soir ne l’est pas. Mais on s’y voit quand même mademoiselle.»

Ugh. Nooooooon. Pas une retenue… Monsieur me fait signe de retourner en classe pour la dernière demi-heure d’école. Je marche tranquillement, jusqu’à temps que je tourne le coin et je sors de l’école.

Rendu dehors, mon sentier préféré m’attend. Celui qui passe entre l’école et ma subdivision. Je marche assez vite pour me sentir moins mal de quitter l’école trop de bonheur quand, tout à coup, je fige. Tous les muscles de mon corps sont paralysés de terreur. On dirait que mon cerveau ne croit pas vraiment ce qu’il y a devant moi, mais mon cœur oui, car il bat plus vite que Flash. Le pitbull. Le freaking pitbull est là. Drette là, devant moi.

Il a la queue raide et le corps engagé, comme s’il s’apprête à tuer sa proie… moi! Il n’a pas de collet… un sauvage en plus! Dans cette instance, j’ai compris le code rouge, j’ai compris Monsieur Grégoire, j’ai compris que j’aurais dû rester à l’école, même si je ne trouve pas ma place, même si personne ne me regarde avec des beaux yeux. Je sens les larmes qui montent et qui s’échappent de mes yeux. J’essaie de ne pas faire de bruit, mais le pitbull se rapproche de moi très lentement. Je me sens comme dans un cauchemar où j’essaie de courir, mais mon corps ne bouge pas.

«As if que c’est comme ça que je vais mourir».

C’est là que je pleure plus fort.

«Pleurrrrre pas.»

J’ouvre mes yeux. Le chien, yé assis devant moi avec la bouche ouverte.

«Roufff, pleurrre pas!»

Ok... C’est sûr que je suis en train de virer folle!

«Es-tu corrrect? Je ne morrds pas.»

Je n’arrive pas à parler. L’adrénaline a figé tout mon corps. What the heck…

«Je m’appelle Roubidou.»

OMG, un chien qui parle. Je SAVAIS que les animaux pouvaient parler!!! Mais c’te chien icitte est pas très bon pour cacher le secret… J’suis pas trop sure quoi dire. J’relaxe un peu.

«Moi je m’appelle Dominik… Merci d’avoir causé un code rouge, j’ai pu manquer ma dernière période.»

«Un code rouge?! Ah, même à Norrrdburrdy ils ont peur de moi! Oh, je n’ai pas de chance!», Réponds Roubidou, qui commence à pleurer.

À ce temps-là, j’entends la cloche de l’école pas trop loin qui sonne. Je fais signe à Roubidou de me suivre en courant pour ne pas qu’il terrorise les p’tits 7e années. Je cours jusqu’au Macs pas loin de chez moi, puis on se cache derrière.

«Tu vois, il faut toujourrrs que je me cache! Comme si je suis une matièrrre illégale.»

J’allais corriger Roubidou pour lui dire qu’il EST illégal, mais, au lieu, je réponds :

«Moi, j’ai pas peur de toi, Roubidou. Bin, avant oui, pis tu es quand même un chien qui parle et c’est bizarre, mais moi aussi je suis la personne bizarre de l’école. Personne me parle plus que ça, parce que je ne suis pas comme eux.»

«Qu’est-ce que tu veux dirrre “pas comme eux”? Tu me sembles êtrrre parfaitement norrrmale!»

Je lui explique que moi, j’suis pas trop sociale à l’école. J’ai de la misère à me faire des amis parce que j’me sens comme si tout le monde me juge, ou que j’porte pas des choses à la mode ou whatever. Alors je me suis donné l’image rebelle, genre «parle-moi pas», pour me protéger.

«C’est bizarrrrre ça, toi tu te donnes l’allure ‘“dangerrreuse” pis moi j’essaie de m’en débarrrrrasser!»

«Roubidou, t’as pas de collet… tu viens d’où? Des fermes dans vallée? Le bois?»

«Dans la Vallée de Pâquesville, y’a une mine secrète pour les réfugiés comme moi qui ne sont pas acceptés dans la société… qui ne trouvent pas leur place.»

Choisissez la suite de l’histoire! Quelle sera la prochaine action de Dominik?
(Si vous utilisez un logiciel pour vos courriels, vous pouvez cliquer sur la réponse pour nous l'envoyer.)

1) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

2) Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lu 2238 fois Dernière modification le mercredi, 16 mai 2018 09:02

Actualité du Nord

  • Une cicatrice encore visible
    Sudbury — Cette photo prise du haut des airs montre bien l’étendue de forêt qui a été dévastée par l’incendie Parry Sound 33 l’été dernier. Ce feu qui a forcé l’évacuation d’une Première Nation et de Killarney en plus de…
    Ecrit le mercredi, 14 août 2019 15:21
  • Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée
    Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée Sudbury — La circulation sur le boulevard Lasalle à l’entrée du Collège Boréal risque d’être perturbée pour la rentrée. Afin de terminer la construction de la route et du nouveau carrefour giratoire qui remplacera l’intersection devant le collège, les automobilistes…
    Ecrit le mardi, 13 août 2019 16:23
  • Earlton se bat pour son développement
    Earlton se bat pour son développement Earlton — Les dirigeants du canton d’Armstrong ont récemment réduit le prix de vente de certains terrains municipaux à 20 000 $ pour stimuler le développement de nouveaux domiciles dans le secteur du chemin Airport et du croissant Jules-Gravel. Les obstacles au…
    Ecrit le jeudi, 08 août 2019 13:00
  • Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario?
    Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario? Ontario — En Ontario, les maisons de soins palliatifs sont l’un des endroits désignés par la loi où il est permis d’administrer l’aide médical à mourir (AMM). La grande majorité des institutions préfèrent par contre diriger les patients à l’hôpital…
    Ecrit le mardi, 06 août 2019 13:00
  • Tournoi annuel au profit du Club Alidor
    Tournoi annuel au profit du Club Alidor St-Charles — Même si les organisateurs Colette et Gaetan Roy ont dû changer la date du tournoi annuel de pêche Ron Sénécal West Arm Pike Tournment en raison du niveau de l’eau trop élevé, les participants ont afflué en grand…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 13:00
  • Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf
    Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf Sudbury — Mgr Jean-Paul «J.P.» Jolicœur, prêtre de la paroisse St-Jean-de-Brébeuf dans le Moulin à Fleur, quittera le poste de curé de la paroisse le 1er aout pour prendre d’autres responsabilités au sein du diocèse. Ses paroissiens et amis l’ont cependant…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 09:00
  • Des femmes qui restent pour des femmes qui partent
    Des femmes qui restent pour des femmes qui partent Timmins et Sudbury — Le Centre Passerelle pour femmes du Nord de l'Ontario à Timmins a reçu 211 627 $ du gouvernement fédéral afin de tenter de contrer le roulement de personnel. Le Centre Passerelle est le seul organisme francophone qui a…
    Ecrit le jeudi, 25 juillet 2019 11:14

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login