FacebookTwitter
mercredi, 11 avril 2018 06:30

CSF : Le gouvernement doit protéger les médias francophones

Écrit par  Julien Cayouette et Andréanne Joly
Ontario — Dans un nouveau rapport publié le 11 avril, le Commissariat aux services en français de l’Ontario (CSF) fait six recommandations qui visent l’établissement d’une meilleure équité dans les placements publicitaires faits par le gouvernement, en anglais et en français, dans les journaux, les radios et le web.

D’avril 2014 à mars 2016, le CSF a reçu «plus de 30 plaintes portant sur la diffusion de publicités unilingues anglaises», alors qu’elles auraient dû aussi être publiées dans les médias de langue française. Parmi les entités visées, le commissaire révèle GO Transit, la Société des loteries et des jeux de l’Ontario (OLG), la Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) et le Centre des sciences de l’Ontario.

Selon le CSF, «tous les acteurs qui interviennent dans les placements publicitaires, tant au sein du gouvernement que chez ses fournisseurs, ne connaissent pas toujours les responsabilités et obligations que leur confère la Loi sur les services en français», ce qui explique les enfreintes à la Loi. Certains, comme l’OLG, croient même qu’ils n’ont pas à les respecter.

Dans son rapport, le commissaire François Boileau note également l’existence d’un «Fonds des communications ministérielles, une enveloppe budgétaire destinée à financer la diffusion de publicités gouvernementales auprès des communautés autochtones et culturelles.» Aucune enveloppe du genre n’existe pour les médias francophones. Le rapport Une directive sans direction : les défis des placements publicitaires dans les médias francophones en Ontario souligne également le manque de ressources financières des journaux et des radios en milieu minoritaire pour s’inscrire à des services de cueillette de données statistiques, alors que les agences gouvernementales veulent voir ces chiffres avant d’annoncer.

Essentiels à la francophonie

Comme d’autres rapports avant lui, dont celui du Commissariat aux langues officielles du Canada, Une directive sans direction fait la démonstration que les médias francophones sont essentiels à la culture et à l’identité francophone et affirme que le mandat de protection de la langue et de la culture francophone que la Loi sur les services en français impose au gouvernement vise aussi les médias francophones de la province.

«La situation précaire des médias francophones repose certainement sur plusieurs facteurs, mais l’un d’eux est sans doute le non-respect de la Loi et la Directive lors de placements publicitaires», peut-on lire.

Le Commissariat rappelle que ce ne sont pas les grands médias anglophones, ou même les grands médias francophones comme La Presse+, qui informent les francophones des enjeux concernant «l’éducation, la petite enfance et les services de santé en français».

Recommandations

Le commissaire relève que les «manquements répétés à la Loi sur les services en français lors de placements publicitaires privent les médias francophones de l’Ontario de fonds nécessaires à leur survie.»

Ainsi, le commissaire incite le gouvernement ontarien à régler la situation en mettant en place diverses mesures qui assureront une meilleure diffusion en français :
  • La Recommandation 1 demande une modification des Lignes directrices sur les communications en français afin d’y inclure un mécanisme de vérification des dépenses afin d’évaluer si les campagnes respectent les directives de communication en français;
  • La Recommandation 2 suggère au ministère des Affaires francophones l’adoption d’un règlement sur les communications en français dès 2018-2019;
  • La Recommandation 3 demande la publication annuelle d’un rapport sur le taux de conformité aux nouvelles Lignes directrices;
  • La Recommandation 4 s’attaque au formulaire de justification des campagnes publicitaires — qui existe uniquement en anglais. On recommande d’y ajouter des espaces pour les exigences linguistiques;
  • La Recommandation 5 propose d’offrir régulièrement, aux responsables des communications et aux agences publicitaires, de la formation sur les nouvelles exigences;
  • La Recommandation 6 recommande à la ministre des Affaires francophones de créer, d’ici mars 2019, un comité consultatif composé de représentants du gouvernement et des médias qui mettrait en place une stratégie pour «assurer le développement et la pérennité des médias francophones de l’Ontario, mettre en place des mesures positives, pragmatiques et réalistes, incluant l’établissement d’un fonds de soutien des médias régionaux francophones pour la presse écrite, les radios communautaires et la présence web, et établir un fonds d’appui à la transition vers le numérique.
Internet

Le fonds d’appuis à la transition vers le numérique mentionné à la Recommandation 6 est la seule proposition qui touche la diffusion sur le web et l’inexorable modification des habitudes de consommation de l’information.

«Plusieurs experts consultés ont affirmé que la plupart des médias francophones doivent impérativement trouver des solutions originales afin de bonifier leur offre numérique et d’être plus attrayants aux yeux des publicitaires en général. Cette modernisation de l’offre numérique peut se révéler un enjeu de taille pour les médias francophones établis dans des régions où l’accès à Internet haute vitesse est restreint, voire inexistants.» Ajoutez à cela le manque de capitaux pour la création de plateformes originales ainsi que le manque de revenue et de ressources humaines pour les produire.

Économie versus philosophie

Le CSF pose la question : «Doit-on annoncer en français pour satisfaire aux exigences de la Loi sur les services en français ou doit-on d’abord et avant tout annoncer en français tout en cherchant à joindre le citoyen et la citoyenne dans son milieu de vie? Pour le commissaire, il ne peut y avoir de doutes qu’une interprétation tant de la lettre que de l’esprit de la Loi invite le gouvernement et les organismes gouvernementaux à annoncer en français au niveau local, là où se trouvent les francophones».

Sa conclusion est tout autant sans équivoque : «Le droit des citoyens francophones d’être informés dans leur langue doit avoir préséance sur toute logique économique. […] Ignorer les difficultés auxquelles sont confrontés les médias francophones enverrait un message sans équivoque à la communauté francophone quant à la protection de son patrimoine ainsi qu’à sa pérennité.»

Lu 1020 fois Dernière modification le mardi, 10 avril 2018 16:45

Actualité du Nord

  • Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée
    Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée North Bay — Kiku Ng, bientôt une élève de la 12e année de l’École secondaire catholique Algonquin, a décidé de combiner sa passion pour les bonbons et sa culture en démarrant son propre commerce. Avec l’aide d’une bourse de 3000 $ du…
    Ecrit le vendredi, 13 juillet 2018 16:10
  • Si vous allez à l’urgence, apportez une collation
    Si vous allez à l’urgence, apportez une collation Sudbury — Les médecins Hospitalistes — spécialistes des interventions d’urgence et des patients orphelins — sont inquiets du manque d’intérêt et d’empathie de la direction d’Horizon Santé Nord (HSN) par rapport à leur travail et leurs patients. Malgré les fonds…
    Ecrit le mercredi, 11 juillet 2018 16:13
  • Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux
    Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux Sudbury — Jenny Migneault dénonce depuis plusieurs années le manque d’appui du gouvernement canadien pour les aidants naturels des anciens combattants souffrant d’un syndrome de stress posttraumatique (SSPT). Avec son conjoint, Orlando Fantini, elle parcourt présentement l’ouest du Canada afin…
    Ecrit le mardi, 10 juillet 2018 15:42
  • 20 ans de popote
    20 ans de popote Sudbury — Les trois dames qui préparaient les bons repas du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis plusieurs années, Cécile Levac, Irène McLaughlin et Roxanne Blais, ont décidé de prendre leur retraite en même temps. Le diner…
    Ecrit le vendredi, 06 juillet 2018 16:38
  • La communauté semble favorable à une COOP à Earlton
    La communauté semble favorable à une COOP à Earlton Sudbury — Les premières réactions des participants à une rencontre d’information semblent favorables à la création d’une coopérative alimentaire à Earlton après la fermeture il y a deux semaines de la seule épicerie, Earlton Grocery King, qui desservait toute cette…
    Ecrit le vendredi, 29 juin 2018 11:39
  • Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne
    Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne Sudbury — Martine Belanger, diplômée du programme francophone de sciences infirmières de l’Université Laurentienne de Sudbury depuis le mois de mai, a remporté l’un des trois prix Coup de cœur du jury lors du 7e Congrès mondial des infirmières et infirmiers…
    Ecrit le jeudi, 28 juin 2018 12:42
  • Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements?
    Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements? Sudbury — «Un environnement de travail toxique» : le terme a été utilisé plus d’une fois par des employés et la clientèle lors de l’assemblée générale annuelle du Centre de counselling de Sudbury (CCS) samedi dernier. Les relations entre la…
    Ecrit le mercredi, 27 juin 2018 10:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login