FacebookTwitter
mardi, 13 mars 2018 15:33

Les affaires : un monde d’hommes?

Écrit par  Témoignage de Julie Tremblay; propos recueillis par Andréanne Joly
Les affaires : un monde d’hommes? Photo : Courtoisie
Kapuskasing — Julie Tremblay est sur le marché du travail depuis 2000 et à la barre de JT&Co depuis 11 ans. Lorsqu’elle s’est lancée en affaires, elle travaillait deux fois à plein temps, ou presque : de jour dans une entreprise web, le soir à la pige, de la maison. Alors à Ottawa, elle a pu rentrer à Kapuskasing, où elle a retrouvé sa famille, sa belle-famille et des amis d’enfance. Elle nous livre ses observations sur l’entrepreneuriat au féminin en 2018.

Quand je suis arrivée sur le marché du travail en design et en développement web, en 2000, il y avait 12 hommes et deux femmes dans l’équipe dans laquelle je travaillais. Avec mon entreprise JT&Co., j’ai ajouté tout un volet de communications et, dans ce secteur, il y a beaucoup plus de femmes. Je sens que ça s’équilibre lentement dans la technologie, il y a maintenant beaucoup plus de femmes et elles sont bonnes!

Malgré cela, la majorité des gestionnaires d’entreprise reste des hommes. Selon le gouvernement du Canada, près de 36 % des sociétés ouvertes n’ont aucun cadre supérieur féminin.

L’authenticité d’abord

Je pense que les affaires demeurent perçues comme un monde d’hommes, mais il y a eu beaucoup de sensibilisation par rapport à l’entrepreneuriat dans nos communautés. Il y a eu un changement de perception. Il faut foncer et il faut s’adapter à l’environnement et savoir mettre une touche personnelle dans nos relations professionnelles. Il faut savoir être une femme dans un milieu d’hommes.

Un jour, j’ai lu dans Forbes que les femmes dirigeantes d’entreprise conseillent à celles qui aspirent à le devenir de jouer au golf. Croyez-le ou non, ce conseil m’a servi. Ce qu’elles veulent dire, je pense, c’est que les ententes ne se font pas en restant au bureau. Elles se font quand les clients croient dans tes compétences, mais aussi quand ils savent qu’ils peuvent te faire confiance. Il faut être humain, simplement.

À mon avis, l’authenticité est numéro un en affaires, du moins dans le domaine des communications. Il n’y a pas tant de place pour la féminité ou la masculinité sur le marché du travail. On est d’abord des professionnels. Mais on a des traits particuliers, qu’on le veuille ou non, comme femme ou comme personne.

Les femmes innovent

Parmi ces traits particuliers, je remarque que les femmes s’embarquent plus souvent dans des projets créatifs. Elles se tournent plus vers des marchés nichés, offrent des services personnalisés et leur taux de succès est plus élevé.

Des recherches démontrent que 60 % des entrepreneurs sont des femmes, en Ontario.

Il y a beaucoup d’exemples dans la région de Kapuskasing et de Hearst. Pensons d’abord à Isabelle Francœur, qui a lancé une cordonnerie à Kapuskasing — un métier traditionnellement masculin. Elle a un produit personnalisé, canadien, de haute qualité. Elle innove pour avoir un marché plus national que local.

Il y a aussi le studio de yoga Namaste, à Kapuskasing. Le yoga est un exercice physique, mais il y a tout un aspect spirituel qui s’y rattache et la boutique exploite bien l’aspect soins et bienêtre. Jessica Lallier travaille dans un marché super spécialisé.

La Glamour Style, de Hearst, mise sur la vente en ligne. Angèle Guindon Brunet, aussi à Hearst, fait des bijoux et vend une collection exclusive à Glamour Style.

Toutes ces femmes innovent. Plusieurs d’entre elles exploitent de plus en plus le web. C’est la direction à prendre — ça permet d’être viable plus longtemps, parce que notre rayonnement dépasse l’économie locale. Mon entreprise peut offrir des services locaux, mais je peux aussi travailler pour des entreprises à l’international et je me compte chanceuse de pouvoir le faire.

S’engager et donner

En affaires, je crois qu’il faut savoir innover, remplir ses obligations, aimer ce que l’on fait et savoir garder son enthousiasme. Je pense aussi qu’il faut faire du bénévolat, offrir ses services pro bono à des organismes qui nous tiennent à cœur et bien faire le travail.

Toutes les fois où j’ai fait du pro bono, ça m’est revenu au centuple. J’ai travaillé deux ans avec la fondation américaine Tug McGraw Foundation. Je leur ai donné beaucoup, beaucoup de temps, la cause [le cancer du cerveau] me tenant à cœur. Mais les membres du conseil d’administration étaient tous des dirigeants d’entreprise. Les relations nouées dans ce cadre sont souvent porteuses. Dans ce cas-ci, elles m’ont permis de faire du design pour des vignobles de la Californie et une compagnie aérienne.

Justement, les conseils d’administration sont un autre moyen de s’engager. Je fais partie du conseil exécutif de la Société économique de l’Ontario (autrefois le RDÉE-Ontario) et, maintenant, du conseil d’administration du RDÉE-Canada. Dans les conseils d’administration, on recherche souvent une perspective féminine et il manque de femmes. Dans ce que j’ai vu, il y a souvent 80 % des sièges occupés par des hommes. Il y a un besoin de femmes et ça apporte une reconnaissance professionnelle.

J’ai hâte de voir ce que les 20 prochaines années réservent aux femmes d’affaires et aux administratrices. Elles prennent leur place et j’espère que les statistiques vont avoir vraiment changé d’ici là. Allons-y, prenons notre place!

Lu 2387 fois Dernière modification le mardi, 13 mars 2018 16:07

Actualité du Nord

  • Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren
    Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren Markstay-Warren — Les électeurs de Markstay-Warren devront choisir entre deux candidats expérimentés le mois prochain pour choisir leur nouveau maire. Le maire sortant, Steve Salonin, veut privilégier la remise à neuf de plusieurs infrastructures routières de sa communauté tandis que…
    Ecrit le jeudi, 13 septembre 2018 16:16
  • Quand la maladie devient le centre d’une vie
    Quand la maladie devient le centre d’une vie Sudbury — Même si l’objectif a été atteint dans la campagne GoFundMe à son nom, Véronique Charbonneau n’en est pas à la fin de son combat contre la douleur chronique. Nous avons eu la chance de la contacter lors d’une…
    Ecrit le mercredi, 12 septembre 2018 13:00
  • Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron
    Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron Papineau-Cameron — Le maire du Canton de Papineau-Cameron, Robert Corriveau, tentera de convaincre les électeurs de lui confier un huitième et dernier mandat à la tête de cette communauté à la porte d’entrée du Nord de l’Ontario. Une seule autre…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 18:31
  • Créer son emploi d’été
    Créer son emploi d’été Sudbury — Quatre jeunes francophones ont reçu l’aide du Centre régional des affaires (CRA) de Sudbury afin de démarrer et exploiter une petite entreprise au cours de l’été par l’entremise du programme Entreprise d’été de l’Ontario. Chacun a reçu une…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 15:19
  • Changement de nom et dévoilement de la programmation du festival du conte de Sudbury
    Changement de nom et dévoilement de la programmation du festival du conte de Sudbury Sudbury — La deuxième édition du festival de contes de Sudbury portera un nouveau nom inspiré par le titre de la collection de livres publiée par le père Germain Lemieux : le festival Les Vieux m’ont conté. Du 9 au 14 octobre,…
    Ecrit le mercredi, 05 septembre 2018 14:00
  • Une rentrée incertaine à l’Université de Sudbury?
    Une rentrée incertaine à l’Université de Sudbury? Sudbury — Les négociations entre l’Université de Sudbury et l’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne (APPUL) sont arrêtées depuis le mois de juillet. Le syndicat rapporte que des progrès importants avaient été réalisés avant l’ajournement pour le mois…
    Ecrit le vendredi, 31 août 2018 12:35
  • Deux visions opposées pour l’avenir de Temiskaming Shores
    Deux visions opposées pour l’avenir de Temiskaming Shores Temiskaming Shores — Le bulletin de vote pour déterminer le prochain maire de Temiskaming Shores aura seulement deux candidats. Les électeurs devront choisir entre Carman Kidd, le maire sortant, et Mike Woods,un résident de longue date, pour diriger cette ville nord-ontarienne au…
    Ecrit le jeudi, 30 août 2018 15:19

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login