FacebookTwitter
mercredi, 21 février 2018 06:00

Ne vous noyez pas dans votre bulle

L’Association de la presse francophone a publié l’automne dernier la Charte de la presse écrite de langue française en situation minoritaire au Canada. On y retrouve une série de Valeurs fondamentales des journalistes, dont celle-ci :

« La rigueur : ce qui les mène à chercher la vérité,
à examiner les différentes facettes d’une situation et
à présenter les faits avec exactitude et discernement. »

Le temps serait-il venu d’adopter une Charte du bon citoyen qui contiendrait un article similaire?

Nous nous attaquerons ici aux bulles d’information que créent les algorithmes de Facebook, Google et autres entreprises aux visées de domination mondiale — ou du moins de contrôle de votre vie. Ces micro-univers centrés autour des opinions et des idées préconçues des utilisateurs et contrôlés par leurs émotions et leur liste de magasinage.

Dans un monde où Facebook devient la principale source d’information de beaucoup de gens, et où ils se contentent de lire un titre pour se faire une opinion, les bulles d’information deviennent de plus en plus opaques et difficiles à crever. Parce que Facebook vous présente des sujets selon ce que vous « aimez », il évitera de vous présenter ce qui risque de vous déplaire ou d’ébranler vos opinions.

Exemple : supposons que l’une de vos connaissances Facebook croit déjà que les vaccins sont du poison et partage régulièrement des articles et des vidéos pour réaffirmer son point de vue. Si vous avez le malheur de regarder — ou pire encore, aimer — la vieille vidéo d’un acteur américain qui jappe contre la vaccination, vous êtes fait. Facebook croira que vous êtes antivaccination aussi et fera tout en son pouvoir pour que vous le restiez.

Ici, comme avec n’importe quelle drogue, il faut faire un effort pour s’en sortir. Il faut quitter pendant quelques minutes le cocon réconfortant de Facebook, entrer dans celui un peu plus inquiétant de Google et regarder ce qu’il y a de l’autre côté de la médaille.

Et nous attirons particulièrement votre attention sur le mot « faits », contenu dans la valeur ci-dessus. Il faut aller vérifier les faits. Le sujet qui a lancé votre recherche, peu importe l’émotion qu’il vous a initialement fait vivre, peut être vrai ou faux. L’important, c’est de ne pas croire la première chose qu’on lit et de vérifier les faits, ce qui a été prouvé, scientifiquement ou d’une autre façon.

Pour boucler notre exemple, il est facile de trouver sur le web que celui qui a écrit la recherche sur laquelle se base le mouvement antivaccination a lui-même avoué qu’il a menti dans sa recherche, il a inventé des cas d’autismes qui n’existaient pas.

Vous nous demanderez comment faire confiance aux scientifiques s’ils se mettent à mentir eux aussi? Et vous avez raison. Le doute est de toute façon à la base de la science. Mais quand quelqu’un avoue son mensonge, on n’a plus raison de croire ce qu’il a dit auparavant.

Ce que nous voulons que vous reteniez ici, c’est de ne pas vous fier à une seule source d’information, surtout lorsque le sujet est controversé. Allez voir à gauche, à droite, au Canada, en Europe ou aux États-Unis, lisez plus d’un journal, consultez plus qu’un site web de nouvelles afin d’avoir une meilleure idée de l’univers dans lequel vous vivez.

Un peu comme les coupons rabais qui vous font chercher la meilleure aubaine, cherchez la meilleure information. Non pas celle qui vous fait le plus plaisir, mais celle qui est objectivement plus plausible.

Et vous, que mettriez-vous dans une Charte du bon citoyen?

Lu 1680 fois Dernière modification le mardi, 20 février 2018 15:21
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Une cicatrice encore visible
    Sudbury — Cette photo prise du haut des airs montre bien l’étendue de forêt qui a été dévastée par l’incendie Parry Sound 33 l’été dernier. Ce feu qui a forcé l’évacuation d’une Première Nation et de Killarney en plus de…
    Ecrit le mercredi, 14 août 2019 15:21
  • Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée
    Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée Sudbury — La circulation sur le boulevard Lasalle à l’entrée du Collège Boréal risque d’être perturbée pour la rentrée. Afin de terminer la construction de la route et du nouveau carrefour giratoire qui remplacera l’intersection devant le collège, les automobilistes…
    Ecrit le mardi, 13 août 2019 16:23
  • Earlton se bat pour son développement
    Earlton se bat pour son développement Earlton — Les dirigeants du canton d’Armstrong ont récemment réduit le prix de vente de certains terrains municipaux à 20 000 $ pour stimuler le développement de nouveaux domiciles dans le secteur du chemin Airport et du croissant Jules-Gravel. Les obstacles au…
    Ecrit le jeudi, 08 août 2019 13:00
  • Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario?
    Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario? Ontario — En Ontario, les maisons de soins palliatifs sont l’un des endroits désignés par la loi où il est permis d’administrer l’aide médical à mourir (AMM). La grande majorité des institutions préfèrent par contre diriger les patients à l’hôpital…
    Ecrit le mardi, 06 août 2019 13:00
  • Tournoi annuel au profit du Club Alidor
    Tournoi annuel au profit du Club Alidor St-Charles — Même si les organisateurs Colette et Gaetan Roy ont dû changer la date du tournoi annuel de pêche Ron Sénécal West Arm Pike Tournment en raison du niveau de l’eau trop élevé, les participants ont afflué en grand…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 13:00
  • Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf
    Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf Sudbury — Mgr Jean-Paul «J.P.» Jolicœur, prêtre de la paroisse St-Jean-de-Brébeuf dans le Moulin à Fleur, quittera le poste de curé de la paroisse le 1er aout pour prendre d’autres responsabilités au sein du diocèse. Ses paroissiens et amis l’ont cependant…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 09:00
  • Des femmes qui restent pour des femmes qui partent
    Des femmes qui restent pour des femmes qui partent Timmins et Sudbury — Le Centre Passerelle pour femmes du Nord de l'Ontario à Timmins a reçu 211 627 $ du gouvernement fédéral afin de tenter de contrer le roulement de personnel. Le Centre Passerelle est le seul organisme francophone qui a…
    Ecrit le jeudi, 25 juillet 2019 11:14

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login