FacebookTwitter
jeudi, 13 février 2014 10:16

Plus intelligent, plus riche à cause de… ÇA ? Qui l’aurait cru ?

Écrit par 
La sexologie est une science qui date du XXe siècle. Cependant, elle n’a pas toujours été prise au sérieux. Certains diront que l’étude d’un tel sujet «manque de sérieux». Après tout, ce n’est pas comme si on tente de trouver la cure contre le cancer. On a souvent dit, d’un ton quelque peu moqueur, que la sexologie ne consiste pas en une véritable science, ou encore, que l’on devrait plutôt la jumeler avec la psychologie. Le principal raisonnement souvent avancé à cet égard repose sur le fait que les recherches entreprises dans le domaine de la sexualité sont menées auprès de gens qui répondent de façon subjective, et non objective. Il est vrai que ceci se produit assez souvent, mais ça ne veut pas dire que lesdites recherches ne font pas avancer nos connaissances dans le domaine de la sexualité et du comportement humain.

La publication récente de deux études sur la sexualité fait jaser les gens, puisqu’on présente des résultats intéressants et qu'on relance le débat sur le caractère «sérieux» de l’étude de la sexualité.

Étant donné que plusieurs d’entre nous sommes en train de préparer nos retours d’impôt, la première étude, publiée en Allemagne par l’Institute for the Study of Labor, semble très appropriée. Le professeur Nick Drydakis, de l’Université Angila Ruskin en Angleterre, en est l’auteur. Il avance l’hypothèse suivante : les relations sexuelles (qui font partie des activités physiques d’une personne) ont un impact sur le salaire de la personne qui y participe. Son étude portait sur 7 500 individus (un mélange de gais et d’hétérosexuels) qui habitaient en Grèce. On a demandé à ces gens de tenir un journal de bord sur leurs activités sexuelles pendant plusieurs semaines. Il conclut, à base des résultats de sondage obtenus, que le groupe de gens âgés de 26 à 50 ans est celui qui profitera le plus en termes de salaire élevé vis-à-vis le nombre de relations sexuelles par semaine. En d’autres mots, ils profiteront d’un retour sur leur investissement «physique». La question qui vient sans doute à l’esprit est la suivante : combien de fois par semaine mène à quel retour ? Eh bien… selon le professeur Drykakis, afin d’en profiter à fond, on doit avoir des relations sexuelles au moins quatre fois par semaine. L’étude démontre qu’il n’y a aucun impact financier si c’est moins souvent que cela. Ceci dit, on a remarqué que ceux qui participaient quatre fois et plus par semaine avaient, en moyenne, un salaire de 5 % plus élevé que les autres qui avaient des relations sexuelles moins fréquemment. Au cas où vous vous demandiez quel est l’impact sur un salaire si vous n’avez pas de relations sexuelles… ces gens gagnaient un salaire inférieur de 3,2 % à celui des gens qui avaient des relations sexuelles. Il faut comprendre que les gens qui ont une vie sexuelle active ont tendance à être en meilleure santé. Les gens en meilleure santé s’absentent moins souvent du travail, ce qui fait en sorte qu’on leur assigne souvent des postes plus payants. En effet, les gens heureux ont souvent des promotions. Le professeur Drykakis va plus loin en disant que les gens qui font un salaire plus élevé ont souvent plus d’argent pour des sorties. Plus on sort, plus on a de chances de rencontrer quelqu’un et d’avoir des relations sexuelles. Il faut croire qu’un salarié qui est lié aux limites d’une convention collective aurait de la difficulté à recevoir un salaire plus élevé que son collègue simplement du fait qu’il a des relations sexuelles quatre fois par semaine.

La deuxième étude porte sur l’impact du sexe sur l’intelligence d’une personne. Il est à remarquer qu’on se sert souvent des singes, des rats et des souris pour mettre à l’épreuve nos hypothèses, puisque leurs comportements ressemblent à ceux des humains. Des chercheurs du Maryland et de la Corée du sud qui ont mené des études sur des rats et des souris ont découvert que ces animaux qui avaient librement des relations sexuelles amélioraient leurs fonctions cognitives ainsi que leur mémoire à long terme. Et nous savons depuis un bon moment déjà que les activités sexuelles sont bonnes pour la santé, mais l’impact sur notre intelligence ouvre les portes sur une toute une nouvelle dimension à ce sujet.

Certains chercheurs ont alors tenté d’examiner si le fait de visionner de la pornographie mène au même résultat, ou du moins, à des résultats semblables. Cependant, il semblerait que l’on ne peut pas s’entendre à cet égard. Les chercheurs de l’Université du Texas ainsi que de l'UCLA se lancent des flèches intellectuelles depuis un bon moment sur le sujet. Donc, de toute évidence, ce sont les relations sexuelles qui comprennent de l’interaction avec une autre personne qui ont généré le plus grand impact sur l’intelligence.

L’ironie du sort est que même si les études indiquent que le fait d’avoir des relations sexuelles cause une augmentation de l’intelligence, ça ne signifie pas que plus on est intelligent, plus on aura de relations sexuelles. Au contraire, plusieurs études démontrent que les gens avec un quotient intellectuel assez élevé sont ceux qui ont le moins de partenaires et de relations sexuelles. Ceci dit, tout n’est pas perdu pour les intellectuels. Si on se penche sur les deux études qui font l’objet de ce blogue, une personne intelligente court de bonnes chances d'atteindre un salaire plus élevé (en raison de son intelligence), ce qui lui permettra possiblement d’avoir plus de relations sexuelles.

On comprendra pourquoi de telles études peuvent susciter les commentaires mentionnés au début de ce texte. Néanmoins, ce sont des recherches importantes qui mènent à la conclusion suivante : le contact humain, sous forme de relations sexuelles, fait plus de bien que de mal. Alors, pourquoi ne pas tenter de reproduire les résultats des études mentionnées précédemment afin de voir si vous aurez une augmentation salariale et/ou deviendrez plus intelligent(e) ? Si le résultat n’est pas ce à quoi vous vous attendiez, vous n’en serez point perdant, car vous aurez néanmoins contribué à votre santé aussi bien mentale que physique.
Lu 4077 fois Dernière modification le jeudi, 13 février 2014 10:45
Jacques Babin, Ph.D.

Professeur au Collège Boréal et sexologue clinicien.

Actualité du Nord

  • Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario
    Une Franco-Ontarienne de Timmins est Miss Northern Ontario Sudbury et Timmins — Valérie Demers de Timmins, Miss South Porcupine, sort grande gagnante du concours Miss North Ontario Regional Canada Pageant 2019 qui a été présenté à Sudbury du 9 au 11 mai. Mme Demers n’est pas la seule Franco-Ontarienne…
    Ecrit le lundi, 13 mai 2019 10:10
  • Quelle est la différence entre une IP et une IA?
    Quelle est la différence entre une IP et une IA? Le médecin est loin d’être le seul professionnel de la santé qui peut vous soigner. En raison d’une pénurie de médecins il y a quelques années, le système de santé de l’Ontario a fait une plus grande place aux divers…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 15:45
  • Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé
    Une femme de Timmins à la tête du futur Centre de santé Timmins — Le futur Centre de santé communautaire de Timmins a trouvé sa première directrice générale en la personne de Julie Béchard. Elle entrera en fonction le 21 mai. Mme Béchard est la directrice générale et fondatrice du Centre Passerelle…
    Ecrit le mercredi, 08 mai 2019 11:46
  • La Place des Arts a trouvé son premier directeur général
    La Place des Arts a trouvé son premier directeur général Sudbury — Léo Therrien a été choisi comme directeur général fondateur de la Place des Arts du Grand Sudbury. M. Therrien quittera donc la direction de la Maison McCulloch, qu’il dirige depuis 20 ans, et prendra les rênes de l’organisme le 15 mai.…
    Ecrit le mardi, 07 mai 2019 10:00
  • 100 ans de présence francophone à Kirkland Lake
    100 ans de présence francophone à Kirkland Lake Kirkland Lake — Les élèves et le personnel de l’École secondaire catholique Jean-Vanier ont présenté une soirée de reconnaissance des fondateurs francophones qui se sont installés à Kirkland Lake au début du XXe siècle. Dans le cadre du 100e anniversaire de la…
    Ecrit le jeudi, 02 mai 2019 13:00
  • Il y a plus de théâtre en français que l'on pense
    Il y a plus de théâtre en français que l'on pense Sudbury — L’École secondaire catholique l’Essor de Tecumseh repart du Festival Théâtre action en milieu scolaire (FTAMS) avec le prix Première ligne pour le meilleur texte pour leur pièce Au-delà du cadre. Cependant, le jury a tenu à remettre une…
    Ecrit le mardi, 30 avril 2019 15:44
  • Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle
    Une jeune franco-ontarienne regagne son souffle Bonfield et North Bay — Natalie Daoust, une jeune femme de 24 ans qui demeurait à Bonfield jusqu’à tout récemment, commence tranquillement à regagner ses forces à la suite d’une greffe des deux poumons. Souffrant de problèmes pulmonaires depuis quelques années,…
    Ecrit le mercredi, 24 avril 2019 14:00

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login