FacebookTwitter
mercredi, 07 février 2018 13:00

Assurer un bon développement par la compréhension des émotions

Écrit par  Mélanie Perron



Mélanie Perron, Ph.D., Université Laurentienne

Pour les 25 ans de l’ACFAS-Sudbury, c’est avec plaisir que je présenterai une partie très excitante de mon programme de recherche ici, à l’Université Laurentienne. Celui-ci porte sur la lecture et les émotions chez les enfants.

Ces dernières années, j’ai eu la chance de travailler en étroite collaboration avec des collègues extraordinaires telles que Annie Roy-Charland, Ph.D. (Université de Moncton), et Isabelle Carignan, Ph.D. (Université TÉLUQ), de même que Christian LaForge (étudiant à la maitrise en psychologie à l’Université Laurentienne) et Émilie Roy (enseignante au primaire).

Ensemble, nous avons mis à contribution nos expertises communes pour développer un programme de recherche qui vise à mieux comprendre le développement des compétences socioémotionnelles chez les enfants. Dans le cadre d’un symposium, nous présenterons les résultats d’un projet de recherche qui a été subventionné par le Consortium national de formation en santé - volet Université Laurentienne, visant à évaluer l’effet d’une intervention sur la compréhension des émotions chez des enfants du préscolaire.

Au cours du développement, les relations que l’enfant entretient avec les gens de son entourage deviennent graduellement plus complexes, fréquentes et mieux coordonnées. Dans ses interactions de la vie quotidienne, l’enfant apprend à communiquer avec les autres en utilisant ses mots, mais aussi en exprimant et en régulant ses émotions dans différents contextes.

Ces aptitudes socioémotionnelles reposent sur sa capacité à comprendre ses propres émotions et celles des autres. Des travaux de recherche ont mis en évidence que la compréhension des émotions se développait durant toute l’enfance. De plus, les enfants qui comprennent mieux les émotions ont tendance à mieux s’adapter auprès de leurs pairs, à mieux fonctionner de façon générale et à mieux réussir sur le plan scolaire. À l’inverse, les enfants qui ont des difficultés à comprendre les émotions semblent éprouver plus souvent des difficultés d’adaptation en étant agressifs ou isolés, par exemple.

Pouvons-nous intervenir sur ce type de compréhension afin de promouvoir son développement? La réponse à cette question est oui, mais à quel prix? De nombreux programmes d’intervention visant à développer ce type de compréhension ont été mis sur pied un peu partout à travers le monde, y compris au Canada et plusieurs d’entre eux se sont avérés efficaces.

Cependant, bien que nous puissions nous en réjouir, nous voyons dans ces différents programmes des limites importantes qui empêchent bon nombre de ces derniers d’être facilement accessibles à un grand nombre d’enfants, car ils sont très couteux. Ils exigent souvent une formation spécifique de plusieurs heures pour le corps enseignant, ce qui implique un processus administratif relativement lourd. Notre équipe de recherche a donc voulu élaborer un programme d’intervention simple, peu couteux, facile à gérer et accessible non seulement dans les écoles et les garderies, mais également pour les parents.

Nous avons alors développé une approche qui consiste à enseigner aux enfants à mieux comprendre les émotions à l’aide de la lecture, tout simplement. À cet égard, nous avons constitué une collection de livres pour enfants dans lesquels le contenu a soigneusement été développé pour enseigner à mieux comprendre les émotions dans différents contextes de vie, et ce, sur la base des travaux scientifiques dans le domaine. Ces livres ont été conçus de manière à fournir l’enseignement du concept de façon intégrée. Autrement dit, le lecteur n’a besoin d’aucune expertise, car tout est présent dans les albums jeunesse proposés. Ceux-ci permettent également d’enseigner le vocabulaire sans enseignement formel.

Certains diront peut-être que bon nombre de livres pour enfants abordent la thématique des émotions. C’est un bon point. Cependant, ces livres n’ont pas nécessairement été développés à des fins pédagogiques et ne reposent pas tous sur la littérature scientifique dans le domaine.

L’étude réalisée par notre équipe a mis en évidence l’efficacité de ce mode de fonctionnement. En effet, des enfants de trois ans ont bénéficié d’une exposition répétée aux albums jeunesse que nous avons créés, et ce, de façon significative. Les résultats prometteurs de l’étude seront partagés lors des Journées des sciences et savoirs en avril prochain.

Au plaisir d’en discuter avec vous!


Responsable de la chronique : Isabelle Carignan, Ph. D., Université TÉLUQ

Au cours des prochaines semaines, des préambules de ce qui vous attend lors des Journées des sciences et savoirs 2018 seront partagés sous la forme de chroniques dans le journal Le Voyageur afin de piquer votre curiosité!

L’ACFAS-Sudbury lance donc l’invitation à toute la collectivité pour fêter 25 ans de savoir en français!

Pour de plus amples renseignements, écrivez-nous à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. . N’hésitez pas à vous joindre au groupe ACFAS-Sudbury sur Facebook, à aimer notre page et à gazouiller @AcfasSudbury sur Twitter.

Les Journées des sciences et savoirs, en partenariat avec le Symposium francophone de l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO) et le Consortium national de formation en santé (CNFS), auront lieu du 5 au 7 avril 2018, à l’Université Laurentienne. Soyez des nôtres!


Lu 1320 fois Dernière modification le jeudi, 08 février 2018 13:44

Actualité du Nord

  • Billochet du jongleur 2017 remis à Jean-Pierre Pichette
    Billochet du jongleur 2017 remis à Jean-Pierre Pichette Sudbury — Le professeur à la retraite Jean-Pierre Pichette est le 16e récipiendaire du Billochet du jongleur, prix remis annuellement par le Centre franco-ontarien de folklore (CFOF). M. Pichette a été professeur au département de folklore et ethnologie de l’Université de…
    Ecrit le mardi, 20 février 2018 14:39
  • Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple
    Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple Ontario —La pénurie d’enseignants francophones a gagné le Nord de la province. Le gouvernement a commencé à mettre en place des stratégies de promotion et de recrutement, mais les intervenants en éducation soulignent que les deux années nécessaires à l’obtention…
    Ecrit le mercredi, 14 février 2018 14:59
  • Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan
    Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan Sudbury — Les questions francophones et autochtones ont pris pratiquement toute la place lors d'une discussion ouverte entre la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, et les étudiants de l'Université Laurentienne lundi dernier. On a pu entre autres entendre la…
    Ecrit le lundi, 12 février 2018 15:57
  • Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février
    Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février Mise à jour Sudbury — L’horaire du passage à Sudbury de la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, est maintenant connu. Accompagnée par le député de Sudbury et ministre de l’Énergie, Glenn Thibault, elle visitera les trois institutions postsecondaires du…
    Ecrit le dimanche, 11 février 2018 16:00
  • Un toit pour la patinoire de Field
    Un toit pour la patinoire de Field Field — Dans le cadre de l’ouverture officielle du Carnaval de Field jeudi, les dirigeants de la Caisse populaire Alliance et la Municipalité de Nipissing Ouest ont conjointement annoncé un financement d'un projet de construction d’un toit pour la patinoire…
    Ecrit le vendredi, 09 février 2018 09:32
  • Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale
    Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale Ontario — Le 1er janvier 2018, le salaire minimum a bondi de 11,60 $ de l’heure à 14 $. Alors que certains petits commerces sont déjà touchés négativement par cette hausse, des organismes appréhendent plutôt la hausse à 15 $ le 1er janvier 2019. Le Voyageur…
    Ecrit le lundi, 05 février 2018 14:30
  • Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada
    Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada TimminsAlexya Racicot, élève de 12e année de l’École secondaire catholique Thériault, est la seule ambassadrice du Youth Advisory Board (YAB) de D.A.R.E. America au Canada depuis 2017. Le projet qu’elle a conçu après une conférence à Hawaï en mars est l’un…
    Ecrit le mercredi, 31 janvier 2018 22:30

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login