FacebookTwitter
mercredi, 29 novembre 2017 06:00

Pour la neutralité du réseau

Si vous lisez Le Voyageur sur une tablette ou sur votre ordinateur, soyez reconnaissants de vivre au Canada. Vous n’êtes pas — pour l’instant et du moins en principe — à la merci de grandes compagnies qui pourraient un jour restreindre ce que vous lisez ou regardez sur internet. Mais un mouvement aux États-Unis visant à annuler le principe de la «neutralité du réseau» pourrait venir chambouler vos habitudes.

Le mois prochain, la Commission fédérale américaine sur les communications (FCC) tiendra un vote sur la neutralité du réseau et plusieurs commentateurs prévoient qu’elle abolira cette politique en vigueur depuis 2015.

Mais qu’est-ce que la neutralité du réseau? C’est une politique qui enjoint les fournisseurs d’accès internet (FSI) à traiter tout contenu web également. Par exemple, un FSI ne peut vous faire payer plus qu’un autre client juste parce que vous écoutez Spotify alors que l’autre client n’est pas abonné à cette application de musique. Une compagnie comme Bell ne peut réduire la vitesse de votre internet quand vous visionnez Netflix et l’augmenter quand vous regardez le réseau CTV qu’elle possède.

Cette politique commune en Europe et, jusqu’à présent, en Amérique du Nord donne donc le contrôle du net aux consommateurs et aux créateurs de contenu. Autrement dit, les FSI ne sont que les propriétaires du «highway». Ils peuvent vous imposer un péage, mais ils ne peuvent y établir la limite de vitesse ou le type de véhicule qui peut y circuler.

Au Canada, ce principe est encore dans la règlementation. Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a statué l’an dernier en faveur de la neutralité du net. Et, dernièrement, le premier ministre Justin Trudeau et la ministre du Patrimoine canadien, Mélanie Joly, ont indiqué qu’ils défendraient ce principe de neutralité. Certains activistes internet voudraient cependant qu’ils aillent plus loin et adoptent une loi garantissant la neutralité du net.

Entretemps, la bataille qui se joue présentement aux États-Unis pourrait quand même avoir un effet sur les habitudes des Canadiens. Les grands producteurs américains de contenus comme Google, Netflix, Facebook et autres s’opposent évidemment à l’abolition de la neutralité du net. Mais qu’arrivera-t-il si la FCC ne les écoute pas? Tous les analystes croient que ces grandes sociétés n’auront alors pas le choix. Ils devront payer les FSI pour qu’ils continuent à diffuser leur contenu sans entraves et ils passeront ces nouveaux couts aux consommateurs. Comme la plupart des internautes canadiens consomment des produits internet américains, nous serons donc touchés par cette décision. L’impact sera plus direct chez les producteurs auxquels nous devons nous abonner, comme Apple Music ou Netflix.

Mais le plus grand risque auquel nous faisons face, c’est que nos propres gros FSI comme Rogers ou Bell regardent les Américains et se mettent à avoir des signes de piastres dans les yeux. Il nous faudra contrer un tel désir en alertant nos dirigeants à l’importance de la neutralité du réseau pour le débat et la démocratie.

Lu 2029 fois Dernière modification le mardi, 28 novembre 2017 23:45
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Une cicatrice encore visible
    Sudbury — Cette photo prise du haut des airs montre bien l’étendue de forêt qui a été dévastée par l’incendie Parry Sound 33 l’été dernier. Ce feu qui a forcé l’évacuation d’une Première Nation et de Killarney en plus de…
    Ecrit le mercredi, 14 août 2019 15:21
  • Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée
    Construction devant le Collège Boréal pour la rentrée Sudbury — La circulation sur le boulevard Lasalle à l’entrée du Collège Boréal risque d’être perturbée pour la rentrée. Afin de terminer la construction de la route et du nouveau carrefour giratoire qui remplacera l’intersection devant le collège, les automobilistes…
    Ecrit le mardi, 13 août 2019 16:23
  • Earlton se bat pour son développement
    Earlton se bat pour son développement Earlton — Les dirigeants du canton d’Armstrong ont récemment réduit le prix de vente de certains terrains municipaux à 20 000 $ pour stimuler le développement de nouveaux domiciles dans le secteur du chemin Airport et du croissant Jules-Gravel. Les obstacles au…
    Ecrit le jeudi, 08 août 2019 13:00
  • Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario?
    Quelle est la relation entre l’aide médicale à mourir et les soins palliatifs en Ontario? Ontario — En Ontario, les maisons de soins palliatifs sont l’un des endroits désignés par la loi où il est permis d’administrer l’aide médical à mourir (AMM). La grande majorité des institutions préfèrent par contre diriger les patients à l’hôpital…
    Ecrit le mardi, 06 août 2019 13:00
  • Tournoi annuel au profit du Club Alidor
    Tournoi annuel au profit du Club Alidor St-Charles — Même si les organisateurs Colette et Gaetan Roy ont dû changer la date du tournoi annuel de pêche Ron Sénécal West Arm Pike Tournment en raison du niveau de l’eau trop élevé, les participants ont afflué en grand…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 13:00
  • Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf
    Changement de garde à la paroisse St-Jean-de-Brébeuf Sudbury — Mgr Jean-Paul «J.P.» Jolicœur, prêtre de la paroisse St-Jean-de-Brébeuf dans le Moulin à Fleur, quittera le poste de curé de la paroisse le 1er aout pour prendre d’autres responsabilités au sein du diocèse. Ses paroissiens et amis l’ont cependant…
    Ecrit le jeudi, 01 août 2019 09:00
  • Des femmes qui restent pour des femmes qui partent
    Des femmes qui restent pour des femmes qui partent Timmins et Sudbury — Le Centre Passerelle pour femmes du Nord de l'Ontario à Timmins a reçu 211 627 $ du gouvernement fédéral afin de tenter de contrer le roulement de personnel. Le Centre Passerelle est le seul organisme francophone qui a…
    Ecrit le jeudi, 25 juillet 2019 11:14

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login