FacebookTwitter
jeudi, 19 octobre 2017 15:50

Le Nord-Est se dote d’outils contre la traite des personnes

Écrit par 
Le Nord-Est se dote d’outils contre la traite des personnes Photo : iStock
Timmins —Dans le Nord-Est ontarien, 58 % des fournisseurs de services n’ont pas la formation nécessaire pour aborder la traite des personnes, mais 67 % en reconnaissent l’existence. En fait, près de la moitié d’entre eux ont déjà fait face à un cas de traite des personnes.

Dans cette optique, le Centre Passerelle pour femmes du nord de l’Ontario a obtenu près de 135 000 $ du ministère des Services sociaux et communautaires de l’Ontario. De plus, Action ontarienne contre la violence faite aux femmes a reçu 326 774 $ pour «sensibiliser la communauté francophone à cette problématique et pour former les intervenantes qui auront à soutenir les femmes touchées par la traite des personnes». Les projets sont financés pour trois ans.

Nouveau dossier pour le Centre Passerelle

Pour le Centre Passerelle de Timmins, il s’agit d’un nouveau dossier. «En étant un centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel, les femmes ont souvent accès à nos services», explique la coordonnatrice du développement communautaire du Centre, Karine Denis. «On a aussi une maison d’hébergement. On connait les facteurs de risque [de la traite des personnes et de leur exploitation sexuelle]», dit-elle, citant en exemple le manque d’accès à un logement sécuritaire et abordable et un statut socioéconomique précaire.

Pour venir en aide aux victimes, le Centre Passerelle offrira un service d’appui transitoire et de soutien au logement.

Selon les données compilées par le Northeastern Ontario Research Alliance on Human Trafficking (l’alliance de recherche du Nord-Est sur le trafic des personnes, NORAHT), les besoins les plus pressants pour les victimes de traite du Nord-Est sont d’obtenir de l’aide pour se trouver un logement, du soutien social, l’accès à la thérapie, le traitement de dépendances et de l’aide au transport.

Un problème réel dans le Nord

Participant à un atelier à Cochrane, la semaine dernière, Karine Denis a pu mesurer l’ampleur du problème au plan régional. Dans certaines collectivités du corridor du nord, la traite a déjà pris la forme d’un réseau du crime organisé, rapportait-elle.

«Souvent, quand on pense à la traite des personnes, on pense à des femmes qui proviennent d’autres pays et qui se font transporter au Canada», expose Mme Denis. «Mais en réalité, ce que l’on sait, c’est que 90 % des victimes de la traite des personnes sont Canadiens et Canadiennes.» De ce nombre, 71 % sont des femmes ou des filles.

Mme Denis va plus loin : «On dit que de 30 à 50 % sont des femmes autochtones». Et encore : «Pour la communauté autochtone, l’âge moyen des filles qui sont victimes de la traite est de 12 à 13 ans». Comme la population autochtone représente 4 % de la population canadienne, Mme Denis souligne les disproportions de la traite pour ce peuple. En plus, elle croit que les chiffres ne sont que la pointe de l’iceberg.

Au-delà de la population autochtone

Avec les fonds qu’elle a reçus, la NORAHT doit former les organismes de première ligne, mais aussi préciser le portrait de la traite dans le Nord-Est ontarien.

«Typiquement, on pense que ça se passe dans le Sud de l’Ontario ou à Vancouver, dans des centres un peu plus urbains. Mais non, ça se passe ici aussi», constate Mme Denis.

Les fonds versés proviennent de la Stratégie ontarienne pour mettre fin à la traite des personnes, lancée en 2016 par le gouvernement de l’Ontario.

Lu 1620 fois Dernière modification le jeudi, 19 octobre 2017 15:59
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie
    Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie Sault-Ste-Marie — Le Centre francophone de Sault-Ste-Marie (CFSSM) veut remettre l’accent sur la langue française dans cette ville de 75 000 résidents et tenter de rehausser la fierté de s’afficher parmi la communauté franco-ontarienne. L’organisme s’est fixé des objectifs clairs…
    Ecrit le mercredi, 19 septembre 2018 13:08
  • Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren
    Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren Markstay-Warren — Les électeurs de Markstay-Warren devront choisir entre deux candidats expérimentés le mois prochain pour choisir leur nouveau maire. Le maire sortant, Steve Salonin, veut privilégier la remise à neuf de plusieurs infrastructures routières de sa communauté tandis que…
    Ecrit le jeudi, 13 septembre 2018 16:16
  • Quand la maladie devient le centre d’une vie
    Quand la maladie devient le centre d’une vie Sudbury — Même si l’objectif a été atteint dans la campagne GoFundMe à son nom, Véronique Charbonneau n’en est pas à la fin de son combat contre la douleur chronique. Nous avons eu la chance de la contacter lors d’une…
    Ecrit le mercredi, 12 septembre 2018 13:00
  • Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron
    Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron Papineau-Cameron — Le maire du Canton de Papineau-Cameron, Robert Corriveau, tentera de convaincre les électeurs de lui confier un huitième et dernier mandat à la tête de cette communauté à la porte d’entrée du Nord de l’Ontario. Une seule autre…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 18:31
  • Créer son emploi d’été
    Créer son emploi d’été Sudbury — Quatre jeunes francophones ont reçu l’aide du Centre régional des affaires (CRA) de Sudbury afin de démarrer et exploiter une petite entreprise au cours de l’été par l’entremise du programme Entreprise d’été de l’Ontario. Chacun a reçu une…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 15:19
  • Changement de nom et dévoilement de la programmation du festival du conte de Sudbury
    Changement de nom et dévoilement de la programmation du festival du conte de Sudbury Sudbury — La deuxième édition du festival de contes de Sudbury portera un nouveau nom inspiré par le titre de la collection de livres publiée par le père Germain Lemieux : le festival Les Vieux m’ont conté. Du 9 au 14 octobre,…
    Ecrit le mercredi, 05 septembre 2018 14:00
  • Une rentrée incertaine à l’Université de Sudbury?
    Une rentrée incertaine à l’Université de Sudbury? Sudbury — Les négociations entre l’Université de Sudbury et l’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne (APPUL) sont arrêtées depuis le mois de juillet. Le syndicat rapporte que des progrès importants avaient été réalisés avant l’ajournement pour le mois…
    Ecrit le vendredi, 31 août 2018 12:35

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login