FacebookTwitter
jeudi, 14 septembre 2017 15:36

Fêter ses 12 ans à dos de taureau

Écrit par 
Fêter ses 12 ans à dos de taureau Photos : Courtoisie
Timmins — Le rodéo n’est pas une activité exclusive aux adultes. Wil Little de Timmins a pratiquement fait le tour de l’Ontario cet été pour participer à plusieurs compétitions de chevauchée de taureau. L’élève de 7e année de l’École catholique Anicet-Morin a d’ailleurs fêté son 12e anniversaire dans une arène de rodéo à Exeter, Ontario, en aout.

Au début, ses amis ne le croyaient pas. Ils ont été convaincus après avoir vu les vidéos des exploits de Wil tournées au cours de l’été.

Wil s’est découvert une passion pour l’équitation il y a quelques années. Après maintes leçons, l’idée d’avoir un jour un cheval pour faire du rodéo a commencé à germer dans sa tête l’année dernière. Mais son objectif a changé au cours de l’été 2016. «Je l’ai amené à un rodéo à Exeter pour qu’il puisse voir les évènements. Aussitôt qu’il a vu les cowboys chevaucher des taureaux, il s’est tourné vers moi et m’a dit que c’est ce qu’il voulait faire», raconte sa mère, Monique Meunier.

Elle a tenté de ramener son attention vers les jolis chevaux, mais Wil ne démordait pas. «Je voulais le faire», déclare Wil, conscient du fait que, comparativement au cheval, le taureau est revanchard et cherche à faire basculer celui qui ose monter sur son dos.


Courte préparation

Pour concrétiser son rêve, Wil s’est d’abord rendu au Halloween Rodeo à Clinton, en Ontario, pour en faire l’essai. Ceci l’a amené à suivre une formation à Hillsburgh, en Ontario, en mai dernier. «L’entraineur est un champion et il m’a montré à faire tout ça.» Wil a donc enfilé ses bottes et a participé, en juin, à son tout premier rodéo à La Sarre, au Québec.

«Pour moi, le plus grand défi, c’est quand le taureau buck et spin. C’est plus difficile de se tenir dessus. Sur nos bottes, il y a des petits éperons et quand le taureau spin, je mets un éperon dedans et ça me garde sur le taureau», explique-t-il.

«Il faut essayer de rester assis sur le taureau pendant 8 secondes. Si tu tiens bon pendant 8 secondes, tu peux juste sauter pour descendre», indique Wil. «Je n’ai pas eu mon 8 secondes encore. J’ai atteint les 7,5 secondes.» Il ajoute qu’outre le chronométrage, il est entre autres jugé sur son style et son agilité.

Après avoir bravé deux rodéos à Arnprior, suivi de deux autres à Picton et un à Peterborough, il est retourné à Exeter — où est née sa passion.

«Il y a des personnes qui le font pour l’argent, moi je le fais pour le plaisir», mentionne Wil. Pour l’instant, ce dernier souhaite atteindre ses buts personnels pour éventuellement monter à dos de taureaux de plus grande taille et devenir un professionnel.

Engagée à aider Wil à atteindre ses objectifs, malgré les émotions fortes ressenties dans les gradins, sa famille a été amenée à voyager des milliers de kilomètres au cours de l’été avec leur roulotte. Même son petit frère l’appuie en portant une chemise à carreaux et des petites bottes de cowboy. Wil espère que son petit frère sera un jour aussi passionné que lui.

Risques du métier

En plus des émotions fortes que fait vivre ce sport, le cavalier n’est pas à l’abri des risques et des blessures. De passage au rodéo de Forest, toujours en Ontario, la chevauchée de Wil s’est terminée à l’hôpital après avoir été heurtée par un taureau à la suite d’une chute.

«Je me suis fait mal. Ma main est restée prise, je suis tombé et il a piétiné sur mes côtes et mon épaule. Je ne pouvais plus respirer», explique-t-il. «Je suis allé à l’hôpital pour passer des rayons X, mais je n’avais rien de cassé.»

Cet incident ne l’a pas empêché de se retrousser ses manches et de participer à trois rodéos à Roseneath, suivi de deux à Powassan et d’un à Port Perry. Il sera à Clinton, en Ontario, le 7 octobre pour un autre rodéo.

Faisant désormais partie de deux associations — International Professional Rodeo Association et Ontario Highschool Rodeo Association —, Wil accumule des points lors de chaque évènement, ce qui pourrait être payant lors de la remise de bourses à la fin de ses études secondaires.

Comme n’importe quel autre sport compétitif où il faut se déplacer pour participer à toute sorte de compétition, l’aventure de Wil coute cher. Il a déjà des commanditaires, mais est toujours à la recherche d’autres donateurs qui voudraient l’aider à aller jusqu’au bout de ses rêves.

Pour suivre les aventures de Wil, consultez sa page Facebook. «Les gens peuvent voir les photos et les vidéos de mes rodéos, les commanditaires aussi», conclut Wil.

Lu 2608 fois Dernière modification le jeudi, 14 septembre 2017 16:09
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée
    Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée North Bay — Kiku Ng, bientôt une élève de la 12e année de l’École secondaire catholique Algonquin, a décidé de combiner sa passion pour les bonbons et sa culture en démarrant son propre commerce. Avec l’aide d’une bourse de 3000 $ du…
    Ecrit le vendredi, 13 juillet 2018 16:10
  • Si vous allez à l’urgence, apportez une collation
    Si vous allez à l’urgence, apportez une collation Sudbury — Les médecins Hospitalistes — spécialistes des interventions d’urgence et des patients orphelins — sont inquiets du manque d’intérêt et d’empathie de la direction d’Horizon Santé Nord (HSN) par rapport à leur travail et leurs patients. Malgré les fonds…
    Ecrit le mercredi, 11 juillet 2018 16:13
  • Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux
    Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux Sudbury — Jenny Migneault dénonce depuis plusieurs années le manque d’appui du gouvernement canadien pour les aidants naturels des anciens combattants souffrant d’un syndrome de stress posttraumatique (SSPT). Avec son conjoint, Orlando Fantini, elle parcourt présentement l’ouest du Canada afin…
    Ecrit le mardi, 10 juillet 2018 15:42
  • 20 ans de popote
    20 ans de popote Sudbury — Les trois dames qui préparaient les bons repas du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis plusieurs années, Cécile Levac, Irène McLaughlin et Roxanne Blais, ont décidé de prendre leur retraite en même temps. Le diner…
    Ecrit le vendredi, 06 juillet 2018 16:38
  • La communauté semble favorable à une COOP à Earlton
    La communauté semble favorable à une COOP à Earlton Sudbury — Les premières réactions des participants à une rencontre d’information semblent favorables à la création d’une coopérative alimentaire à Earlton après la fermeture il y a deux semaines de la seule épicerie, Earlton Grocery King, qui desservait toute cette…
    Ecrit le vendredi, 29 juin 2018 11:39
  • Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne
    Deux prix Coup de cœur pour des diplômées de la Laurentienne Sudbury — Martine Belanger, diplômée du programme francophone de sciences infirmières de l’Université Laurentienne de Sudbury depuis le mois de mai, a remporté l’un des trois prix Coup de cœur du jury lors du 7e Congrès mondial des infirmières et infirmiers…
    Ecrit le jeudi, 28 juin 2018 12:42
  • Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements?
    Centre de counselling : Mauvais changements ou résistance aux changements? Sudbury — «Un environnement de travail toxique» : le terme a été utilisé plus d’une fois par des employés et la clientèle lors de l’assemblée générale annuelle du Centre de counselling de Sudbury (CCS) samedi dernier. Les relations entre la…
    Ecrit le mercredi, 27 juin 2018 10:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login