Imprimer cette page
vendredi, 21 juillet 2017 10:00

Un jeune a oublié tout son français pendant les Jeux de la Francophonie canadienne

Écrit par 


Sudbury — La mère du jeune Fernand Noël, de Hanmer, est bien désemparée depuis le retour de son fils des Jeux de la Francophonie canadienne à Moncton. Fernand a complètement oublié son français et il peut seulement s’exprimer en anglais.

Fleur Noël dit que c’est d’autant plus étrange, car, à l’école, «l’anglais était la matière où il performait le moins bien. Maintenant, son anglais est parfait. Il me corrige même parfois.»

La transformation soudaine de Fernand est très probablement due à un choc au cerveau. Il faisait partie de l’équipe de volleyball de l’Ontario. Lors d’un match contre le Québec, il a reçu un smash en pleine face, qui l’a fait tomber à la renverse et sa tête a durement frappé le plancher.

«Il a eu une commotion cérébrale», confirme le médecin qui l’a traité à Moncton, Dr Farouk Nadeev. «C’est par contre la première fois que nous voyons ce genre d’effet provoqué par une commotion», ajoute-t-il.

Le médecin ne peut prédire si le jeune Fernand retrouvera son français un jour ou l’autre. Mme Noël note que, en ce moment, il n’est même pas capable de mémoriser des mots de français qu’il connaissait pourtant avant l’accident.

Le seul mot français dont Fernand se rappelle est «fier», peut-être parce qu’il fait partie du slogan des Jeux où son accident est survenu : «Right fiers!».

«Je ne sais pas ce que je vais faire en septembre. Dans l’état où il est en ce moment, il ne serait même pas capable de retourner à l’école française. Est-ce que je vais devoir l’inscrire dans une école anglaise?», se demande sa mère.


La partie du cerveau de Fernand qui a été affecté par le choc. — Photo : iStock

Sécurité linguistique

Le Voyageur a discuté avec les organisateurs afin de savoir s’il y aurait des moyens de mieux protéger les participants lors des divers jeux de la francophonie. «Ça vaudrait peut-être la peine de faire porter un casque à tous les participants, peu importe la discipline?», songe l’un des coordonnateurs des équipes, Nathan Frappier. «Un pinceau bien placé pourrait peut-être avoir le même effet?»

Est-ce que la transformation de Fernand pourrait être due à la trop grande présence de l’anglais hors des compétitions pendant ces jeux dits «de la francophonie»? «C’est possible», avance Dr Nadeev. «Ses parents me disaient qu’il n’aimait pas l’anglais. Puisque tous les jeunes autour de lui parlaient anglais pendant les jeux, il devait vivre une certaine colère et c’est ce qui est resté lors du choc... mais renversée», tente-t-il d’expliquer.

Francophonie mondiale

Alors que les Jeux de la Francophonie internationale s’ouvriront en Côte-d’Ivoire le 21 juillet, les représentants de la délégation canadienne ne s’inquiètent pas trop qu’un évènement semblable survienne là-bas. «La majorité de nos participants sont déjà unilingues anglophones», rapportent-ils avec confiance.

Lu 2715 fois Dernière modification le mercredi, 19 juillet 2017 16:15
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca