FacebookTwitter
mercredi, 12 juillet 2017 06:00

L'anglais dans nos écoles

Dans une lettre envoyée récemment à trois conseils scolaires du sud de la province, l’ex-conseiller scolaire de Penetanguishene, Basile Dorion, se plaint de la présence accrue d’élèves anglophones dans nos écoles françaises. Il demande aux conseils de restreindre l’accès à nos écoles aux enfants anglophones qui n’y ont pas droit. Voilà une question épineuse qui est souvent soulevée, mais à laquelle il n’y a toujours pas de réponse.

La question est épineuse parce que nous devons être fiers des parents anglophones qui veulent que leurs enfants parlent français, mais parce que nous devons aussi protéger nos enfants francophones de l’assimilation. Trop souvent, nos enfants se retrouvent en minorité dans nos écoles et finissent par ne parler qu’anglais en dehors des salles de classe.

Afin de comprendre la situation, il faut d’abord savoir que la Constitution canadienne dit que des parents ayant fréquenté une école de langue française ont un droit constitutionnel d’envoyer leurs enfants dans une école de langue française, même si les enfants ne parlent pas français lors de l’inscription. C’est souvent le cas dans les familles où un parent est anglophone. Malheureusement, c’est aussi le cas dans certaines familles francophones qui ne parlent qu’anglais à la maison.

Pour ces enfants qu’on appelle des ayants droit, les conseils ne peuvent refuser l’admission. Mais le problème est exacerbé par le fait qu’il n’y a pas assez d’écoles d’immersion dans plusieurs coins de la province et que certains parents anglophones préfèrent une vraie école de langue française. Depuis plusieurs années, ils inscrivent leurs enfants dans nos écoles. Face à cet engouement, certains conseils scolaires ont adopté des politiques d’admission visant à exiger un certain niveau de compréhension du français chez les tout-petits. Mais ces politiques sont quelques fois inefficaces devant l’insistance de certains parents.

Alors, comment les conseils pourront-ils accéder aux demandes de M. Dorion, qui menace de les poursuivre si ils ne le font pas? Il n’y a pas beaucoup de solutions. La première serait de resserrer les critères d’admissibilité, mais dans ce monde où les conseils se livrent une concurrence acharnée pour les élèves, ce n’est que difficilement envisageable.

Les conseils doivent donc imaginer une solution innovatrice. Pourquoi ne pas créer des écoles ou des classes de francisation dans lesquelles on regrouperait les élèves ne sachant pas parler français? Ces écoles ou classes pourraient justement franciser les élèves anglophones jusqu’à ce qu’ils puissent joindre les rangs des élèves francophones. Supposons du jardin jusqu’à la 4e ou 6e année. Ces écoles ou classes fonctionneraient un peu comme des écoles d’immersion, sauf qu’elles seraient gérées par nos conseils, qui pourraient ainsi veiller à ce qu’elles soient vraiment des écoles de langue française.

Cette solution comporte évidemment des problèmes. Que fait-on dans une petite localité où il n’y a qu’une école et que les classes y sont trop petites pour les séparer? Il me semble cependant que nos dirigeants scolaires sont assez débrouillards pour trouver des solutions. Et peut-être que ces écoles ou classes deviendraient-elles assez populaires pour augmenter les effectifs. En tout cas, elles seraient une solution à des écoles françaises qui risquent d’assimiler nos enfants.

Lu 1923 fois Dernière modification le mardi, 11 juillet 2017 15:33
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Prix de la premier ministre pour Julie Béchard
    Prix de la premier ministre pour Julie Béchard Timmins —La directrice générale du Centre passerelle pour femmes de Timmins, Julie Béchard, sera parmi les récipiendaires du gala des Prix du premier ministre de 2017 à Toronto le 27 novembre. Mme Béchard a été nommée dans la catégorie des services communautaires…
    Ecrit le vendredi, 17 novembre 2017 13:00
  • 12 Franco-Ontariens honorés par le sénat
    12 Franco-Ontariens honorés par le sénat Ontario — La sénatrice franco-ontarienne Lucie Moncion a choisi 12 Franco-Ontariennes et franco-ontarien qui recevront une médaille spéciale soulignant le 150  anniversaire de la première session du Sénat canadien. À l’occasion de cet anniversaire, chaque sénateur et sénatrice devait choisir 12 Canadiens…
    Ecrit le jeudi, 16 novembre 2017 14:32
  • Place des Arts : Francophone jusque dans ses plans
    Place des Arts : Francophone jusque dans ses plans Sudbury — Le consortium Yallowega Bélanger Salach Architecture + Moriyama & Teshima (YBSA+MTA) a été sélectionné par l’équipe de la Place des Arts pour concevoir la version finale des plans de l’édifice qui accueillera les huit organismes membres du Regroupement…
    Ecrit le mardi, 14 novembre 2017 13:22
  • Société St-Vincent-de-Paul : Augmentation de la demande à North Bay
    Société St-Vincent-de-Paul : Augmentation de la demande à North Bay Nord ontarien — La Société de Saint-Vincent-de-Paul de North Bay a constaté au cours de la dernière année une augmentation de sa clientèle de 255 personnes. Avec le cout de vie qui ne cesse de grimper et un revenu qui ne couvre…
    Ecrit le jeudi, 09 novembre 2017 13:46
  • Amérique : #BalanceTonTrump
    Amérique : #BalanceTonTrump Le 8 novembre marque le 1er anniversaire de la présidence invraisemblable de Donald Trump. Quelque 63 % des Américains seraient insatisfaits de son bilan : le chef a raté ses décrets sur l’immigration, ses réformes d’Obamacare et son projet de mur à la…
    Ecrit le jeudi, 09 novembre 2017 13:31
  • La fusion ira de l’avant
    La fusion ira de l’avant Nord-Est de l'Ontario — Les membres de l’Alliance des Caisses populaires de l’Ontario ont voté majoritairement en faveur d’une fusion des 12 institutions financières nord-ontariennes. Mercredi soir, les membres de chacune de ces institutions financières, situées dans plusieurs communautés des Districts…
    Ecrit le mercredi, 08 novembre 2017 21:29
  • Importante visibilité pour le Nord à la Foire royale agricole
    Importante visibilité pour le Nord à la Foire royale agricole Toronto — Une cinquantaine d’entreprises nord-ontariennes participent présentement à la 95e Foire royale d’hiver de l’agriculture à Toronto, l’une des foires agricoles les plus importantes au monde. La nouvelle coordonnatrice du Concours international de labour et exposition rurale qui se déroulera…
    Ecrit le mercredi, 08 novembre 2017 14:28

RokStories

Éditorial de la semaine

Blogueurs Voyageur

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login