FacebookTwitter
mercredi, 12 juillet 2017 06:00

L'anglais dans nos écoles

Dans une lettre envoyée récemment à trois conseils scolaires du sud de la province, l’ex-conseiller scolaire de Penetanguishene, Basile Dorion, se plaint de la présence accrue d’élèves anglophones dans nos écoles françaises. Il demande aux conseils de restreindre l’accès à nos écoles aux enfants anglophones qui n’y ont pas droit. Voilà une question épineuse qui est souvent soulevée, mais à laquelle il n’y a toujours pas de réponse.

La question est épineuse parce que nous devons être fiers des parents anglophones qui veulent que leurs enfants parlent français, mais parce que nous devons aussi protéger nos enfants francophones de l’assimilation. Trop souvent, nos enfants se retrouvent en minorité dans nos écoles et finissent par ne parler qu’anglais en dehors des salles de classe.

Afin de comprendre la situation, il faut d’abord savoir que la Constitution canadienne dit que des parents ayant fréquenté une école de langue française ont un droit constitutionnel d’envoyer leurs enfants dans une école de langue française, même si les enfants ne parlent pas français lors de l’inscription. C’est souvent le cas dans les familles où un parent est anglophone. Malheureusement, c’est aussi le cas dans certaines familles francophones qui ne parlent qu’anglais à la maison.

Pour ces enfants qu’on appelle des ayants droit, les conseils ne peuvent refuser l’admission. Mais le problème est exacerbé par le fait qu’il n’y a pas assez d’écoles d’immersion dans plusieurs coins de la province et que certains parents anglophones préfèrent une vraie école de langue française. Depuis plusieurs années, ils inscrivent leurs enfants dans nos écoles. Face à cet engouement, certains conseils scolaires ont adopté des politiques d’admission visant à exiger un certain niveau de compréhension du français chez les tout-petits. Mais ces politiques sont quelques fois inefficaces devant l’insistance de certains parents.

Alors, comment les conseils pourront-ils accéder aux demandes de M. Dorion, qui menace de les poursuivre si ils ne le font pas? Il n’y a pas beaucoup de solutions. La première serait de resserrer les critères d’admissibilité, mais dans ce monde où les conseils se livrent une concurrence acharnée pour les élèves, ce n’est que difficilement envisageable.

Les conseils doivent donc imaginer une solution innovatrice. Pourquoi ne pas créer des écoles ou des classes de francisation dans lesquelles on regrouperait les élèves ne sachant pas parler français? Ces écoles ou classes pourraient justement franciser les élèves anglophones jusqu’à ce qu’ils puissent joindre les rangs des élèves francophones. Supposons du jardin jusqu’à la 4e ou 6e année. Ces écoles ou classes fonctionneraient un peu comme des écoles d’immersion, sauf qu’elles seraient gérées par nos conseils, qui pourraient ainsi veiller à ce qu’elles soient vraiment des écoles de langue française.

Cette solution comporte évidemment des problèmes. Que fait-on dans une petite localité où il n’y a qu’une école et que les classes y sont trop petites pour les séparer? Il me semble cependant que nos dirigeants scolaires sont assez débrouillards pour trouver des solutions. Et peut-être que ces écoles ou classes deviendraient-elles assez populaires pour augmenter les effectifs. En tout cas, elles seraient une solution à des écoles françaises qui risquent d’assimiler nos enfants.

Lu 1743 fois Dernière modification le mardi, 11 juillet 2017 15:33
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Perte de vitesse du français dans les foyers du Nord
    Perte de vitesse du français dans les foyers du Nord Nord de l’Ontario — La proportion de francophones qui déclarent parler français à la maison est en baisse dans le Nord de l’Ontario selon une analyse des chiffres du Recensement 2016 de Statistiques Canada, réalisé par l’Institut des politiques du…
    Ecrit le mardi, 19 septembre 2017 15:30
  • Fêter ses 12 ans à dos de taureau
    Fêter ses 12 ans à dos de taureau Timmins — Le rodéo n’est pas une activité exclusive aux adultes. Wil Little de Timmins a pratiquement fait le tour de l’Ontario cet été pour participer à plusieurs compétitions de chevauchée de taureau. L’élève de 7e année de l’École catholique Anicet-Morin…
    Ecrit le jeudi, 14 septembre 2017 15:36
  • Miriam Cusson recevra le prix John Hirsch
    Miriam Cusson recevra le prix John Hirsch Ottawa — L’artiste et metteure en scène sudburoise Miriam Cusson recevra le prix John Hirsch de mise en scène du Conseil des arts de l’Ontario (CAO) le 12 septembre dans le cadre du Festival Zones théâtrales du Centre national des arts à…
    Ecrit le mercredi, 06 septembre 2017 14:36
  • Une ligue féminine de roller derby prend forme dans le Nipissing
    Une ligue féminine de roller derby prend forme dans le Nipissing Nipissing Ouest — Crystal Larose, une nouvelle résidente de Sturgeon Falls, s’ennuie de ne plus pouvoir jouer au roller derby dans sa communauté d’accueil. Ancienne participante de la ligue de roller derby du Grand Sudbury, Mme Larose a récemment décidé de tenter…
    Ecrit le mercredi, 06 septembre 2017 09:05
  • Promotion du mentorat par des apprentis ingénieurs
    Promotion du mentorat par des apprentis ingénieurs Sudbury — Les étudiants en génie de l’Université Laurentienne (UL), Rosalie Bruneau et Harsh Brahmbhatt, ont mis sur pied le projet Let’s Be Genius, un réseau virtuel qui vise la promotion du génie et des professions connexes à l’échelle internationale.…
    Ecrit le jeudi, 31 août 2017 17:06
  • Réal Tanguay investi de l’Ordre du Canada
    Réal Tanguay investi de l’Ordre du Canada Mattice — Le gouverneur général David Johnston a investi de l’Ordre du Canada Réal Tanguay, originaire de Mattice, à Rideau Hall vendredi dernier «pour sa contribution au renforcement et à la promotion du secteur canadien de la construction d’automobile». «On…
    Ecrit le jeudi, 31 août 2017 12:45
  • Le Nord veut avoir son mot à dire sur la gestion de l'UOF
    Le Nord veut avoir son mot à dire sur la gestion de l'UOF Ontario — Lundi, le gouvernement ontarien confirmait son intention de créer une université de langue française à Toronto et rendait public le rapport du Conseil de planification pour une université de langue française, déposé le 30 juin par sa présidente, Dyane…
    Ecrit le mercredi, 30 août 2017 10:38

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login