FacebookTwitter
mercredi, 31 mai 2017 06:00

Pourquoi une nouvelle Loi sur les services en français?

Il y a quelques mois, nous présentions en guise d’éditorial Une histoire de fou. Cette «chronique» personnelle décrivait un incident vécu par notre éditorialiste qui s’était vu refuser le droit de faire une présentation en français devant la Commission des affaires municipales de l’Ontario (CAMO). Ce qui s’est passé ensuite démontre pourquoi la Loi sur les services en français doit être revue.

À la suite de cet incident, notre éditorialiste a évidemment déposé une plainte au bureau du Commissaire aux services en français (CSEF). Il a envoyé toute la documentation reliée à cette affaire, incluant un résumé écrit de sa présentation soumis en français à la CAMO. Il a aussi fait parvenir un document envoyé par la CAMO qui indiquait noir sur blanc qu’il aurait besoin d’un interprète. Or le commissaire qui entendait la cause, et qui ne parlait pas français, n’avait pas assuré les services de traduction et a refusé d’entendre la présentation en français.

Une responsable des plaintes au bureau du CSEF a donc poursuivi le dossier auprès du ministère du Procureur Général, responsable des tribunaux quasi judiciaires, comme la CAMO. Voici le peu que ça a donné.

Dans une réponse on ne peut plus laconique, la section du ministère du Procureur Général responsable de la CAMO s’excuse et blâme toute l’affaire sur une erreur administrative. Elle poursuit en disant que sa pratique est de permettre les présentations dans les deux langues. Et voilà. C’est tout. Tout est beau dans le meilleur des mondes.

Selon l’actuelle Loi sur les services en français, c’est tout ce que le Commissariat peut faire. Ça et peut-être inclure cet incident dans son rapport annuel — qui a été dévoilé hier — à la législature. Mais disons que ce ne sont pas les rapports du Commissaire aux services en français qui font beaucoup de vagues en Chambre lors de la période de questions.

Autrement dit, la loi actuelle ne donne pas beaucoup de pouvoir au Commissaire aux services en français. Il peut soulever une question auprès d’un ministère concerné, mais il ne peut pas remédier à la situation. Il n’a pas le pouvoir, par exemple, d’exiger que la CAMO cédule une autre session de pour entendre la présentation en français d’un citoyen à qui on a refusé ce droit. Même dans le cas d’un ministère ou d’une agence qui serait souvent prise en défaut, il ne peut trainer les récalcitrants devant un tribunal pour obtenir réparation.

Voilà une des choses qu’on doit changer dans la loi actuelle. Le Commissaire doit avoir le droit d’exiger qu’un ministère ou une agence ait non seulement une politique de services en français, mais quelle soit appliquée à la lettre. Et lorsqu’il y a manquement, il doit pouvoir exiger un remède. Cette partie exécutoire de la loi doit s’appliquer à toute la province.

Lu 1583 fois Dernière modification le mardi, 30 mai 2017 15:21
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Élections Kapuskasing : Qui remplacera le maire sortant?
    Élections Kapuskasing : Qui remplacera le maire sortant? Kapuskasing — Avec le départ du maire sortant, Al Spacek, les électeurs de Kapuskasing devront choisir un nouveau maire le 22 octobre parmi quatre candidats pour diriger la ville au cours des quatre prochaines années. Le bulletin de vote de…
    Ecrit le jeudi, 18 octobre 2018 14:35
  • Chapleau : Développement versus prudence fiscale
    Chapleau : Développement versus prudence fiscale Chapleau — Au cours de l’été, deux résidents de Chapleau ont déposé leur candidature pour le poste de maire. Les électeurs iront aux urnes lundi, comme dans toutes les municipalités ontariennes, pour choisir les candidats qui siègeront au conseil municipal…
    Ecrit le jeudi, 18 octobre 2018 09:00
  • Après presque 100 ans, la famille Perron passe le flambeau de l’épicerie d’Astorville
    Après presque 100 ans, la famille Perron passe le flambeau de l’épicerie d’Astorville Astorville — Le 1er octobre a marqué la fin d’une époque pour l’épicerie Perron Freshmart d’Astorville. L’entreprise quasi centenaire, qui a eu quatre générations de la famille Perron à sa barre, a récemment été vendue. Denise Beaupré-Perron et son époux…
    Ecrit le mercredi, 17 octobre 2018 14:00
  • Pelles en terre dans une semaine
    Pelles en terre dans une semaine Sudbury — La Place des Arts a obtenu les permis nécessaires au début des travaux de construction. L’entrepreneur retenu après le processus d’appel d’offres, Bélanger construction, pourra donc commencer la phase 1 des travaux dès le 23 octobre, date officielle…
    Ecrit le lundi, 15 octobre 2018 16:39
  • Élections Timmins : Rencontrez les candidats
    Élections Timmins : Rencontrez les candidats Timmins — Organisé par la Chambre de commerce de Timmins, le débat des candidats à la mairie de Timmins le 4 octobre a permis à des centaines de citoyens d’entendre l’opinion que chacun avait à faire valoir sur les enjeux qui…
    Ecrit le vendredi, 12 octobre 2018 15:26
  • Élections municipales : les enjeux de North Bay
    Élections municipales : les enjeux de North Bay North Bay — Les quatre candidats à la mairie de North Bay ont chacun proposé leurs solutions pour améliorer le secteur West Ferris et pour trouver des économies dans le budget municipal lors d’un débat télédiffusé le 4 octobre, organisé par…
    Ecrit le jeudi, 11 octobre 2018 15:31
  • Campagne grand public en marche
    Campagne grand public en marche Sudbury — La Place des Arts a lancé sa campagne communautaire de financement en présentant les 11 parrains et marraines qui auront la tâche de solliciter des dons et de parler du projet. Cette campagne servira principalement à équiper la…
    Ecrit le vendredi, 05 octobre 2018 19:38

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login