FacebookTwitter
vendredi, 26 mai 2017 16:43

Nomination du commissaire aux langues officielles : les échos du Nord

Écrit par 
Nord-Est de l'Ontario — Le choix du gouvernement de sélectionner l'ancienne députée libérale provinciale Madeleine Meilleur pour le poste de commissaire aux langues officielles du Canada plait à certains tandis que d'autres décrivent le choix comme une nomination partisane. Le Voyageur a voulu connaitre le point de vue de députés du Nord de l'Ontario.

Le député libéral de Sudbury, Paul Lefebvre, n'a pas participé au processus de nomination pour le poste du commissaire et ne peut donc pas se prononcer sur celui-ci. Il est cependant membre du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, dont l'un des rôles est de réviser le choix du gouvernement, processus qui a été lancé le 18 mai.

Le comité a par contre uniquement le mandat d'évaluer ses compétences pour le poste. «On n’a pas le pouvoir de dire “oui” ou “non”. On peut seulement dire si elle a les compétences et les connaissances pour remplir le poste. On donne notre opinion puis on rapporte ceci à la Chambre des communes», affirme M. Lefebvre.

«Du côté des libéraux, on croit qu’elle a la capacité et les connaissances nécessaires», poursuit-il.

Pour le député du Nouveau parti démocratique (NPD) pour Timmins-Baie James, Charlie Angus — également candidat à la chefferie du NPD fédéral, ce n'est plus une question de compétences. «Il est essentiel pour la commissaire d'avoir le respect de tout le monde et d'avoir l'habileté de [confronter] les décisions du gouvernement. [Le processus de nomination] a sapé la crédibilité de Mme Meilleur pour défendre les intérêts des minorités linguistiques. Mme Meilleur n'aurait pas la confiance des Canadiens ou du parlement», avance-t-il.

Indépendance

L'indépendance du commissaire aux langues officielles est en fait au cœur des contestations de la nomination de Mme Meilleur. Le dévoilement du processus de sélection par le gouvernement et les allégations d'un candidat — à qui on aurait dit qu'il devrait parler à des chefs de file du parti libéral — sèment de plus en plus de doutes sur l'indépendance de Mme Meilleur.

M. Angus n'est pas convaincu que cette candidate pourrait conserver son indépendance. «Le public doit faire confiance au rôle du commissaire et croire à son indépendance. Je suis très perturbé par le processus de nomination de Mme Meilleur, parce qu'il y a des allégations de conflit d'intérêt et d'interférence partisane par le gouvernement de M. Trudeau», soulève M. Angus.

Pour M. Lefebvre, il faudrait lui laisser le temps de prouver son indépendance. «Il faut regarder ce qu’elle a accompli, ce qu’elle a fait pour l’Ontario. Elle a donné l’indépendance au commissaire aux services en français de l’Ontario, elle a joué un grand rôle dans la séparation de TVO et TFO, également pour la défense de l’Hôpital Montfort. Ce sont toutes des choses qu’elle n’était pas obligée de faire, c’était au-delà de la partisanerie. Il y avait une citation de France Gélinas (député NPD provincial de Nickel Belt) l’année passée dans Le Droit où elle disait que [Mme Meilleur] “était francophone avant d’être libérale”».

Opposition

Les chefs des partis d'opposition se sont plaints la semaine dernière de ne pas avoir été consultés pour cette nomination. Pourtant, le député de Sudbury a dit avoir reçu des informations contraires. «L’information qui m’a été donnée, c’est que les critiques et les chefs des partis d’oppositions ont été consultés et que tout le monde était sur la même longueur d’onde : elle a les compétences», note-t-il.

M. Angus reste campé dans le rejet de la candidature. «Mme Meilleur devrait retirer sa nomination pour l'intégrité de ce poste», croit le député Angus, en ajoutant que son parti allait s'opposer à la nomination.

Pas de consensus chez les organismes francophones

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) a tenu une réunion téléphonique avec ses membres le 25 mai en soirée pour discuter de la situation. Les médias nationaux rapportent qu'ils n'ont pas obtenu de consensus sur la position à prendre face à la nomination et la controverse. Les deux préoccupations principales des organismes concernent le processus, mais aussi la crainte de se mettre à dos le gouvernement fédéral et une future commissaire. Une situation difficile lorsqu'il est votre principale source de financement.

Rejoint par téléphone, la directrice de l'ACFO du grand Sudbury, Joanne Gervais, note être dans une position similaire et que l'organisme n'a pas pris position pour le moment.

Lu 2574 fois Dernière modification le vendredi, 26 mai 2017 17:07
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Un nouveau nom pour une école secondaire de Sturgeon Falls
    Un nouveau nom pour une école secondaire de Sturgeon Falls Nipissing Ouest — Les dirigeants du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario (CSPNE) ont dévoilé aujourd'hui le nouveau nom de l’école secondaire publique qui dessert les familles francophones et francophiles de Sturgeon Falls et des environs. Le nom de…
    Ecrit le vendredi, 14 juin 2019 17:10
  • Mérite Horace-Viau 2019 : Monique Beaudoin, Chlöé Madore-Bouffard et Gabriel Grenier
    Mérite Horace-Viau 2019 : Monique Beaudoin, Chlöé Madore-Bouffard et Gabriel Grenier Voici des entrevues réalisées avec les trois récipiendaires du Mérite Horace-Viau, remis par les Clubs Richelieu du Grand Sudbury. Ces articles ont paru dans le cahier spécial sur la St-Jean de Sudbury 2019. La passion des arts et des autres…
    Ecrit le vendredi, 14 juin 2019 10:00
  • Nouvelle acquisition pour le Musée des jumelles Dionne
    Nouvelle acquisition pour le Musée des jumelles Dionne North Bay — Le Conseil du patrimoine des Quintuplets Dionne rouvrira bientôt les portes de la maison de naissance des jumelles vers la fin du mois de juin et, pendant quelques mois, le grand public aura une opportunité d’observer les…
    Ecrit le jeudi, 13 juin 2019 10:07
  • Le bon voisinage interprovincial
    Le bon voisinage interprovincial Nord ontarien et Abitibi-Témiscamingue — Les résidents du Nord de l’Ontario qui vivent dans des communautés près de la frontière entre le Québec et l’Ontario ont une relation particulière avec leurs voisins de l’autre province. Les villes et villages situés…
    Ecrit le mercredi, 12 juin 2019 15:45
  • Après Kashechewan, Pikangikum envoie ses résidents à Kapuskasing
    Après Kashechewan, Pikangikum envoie ses résidents à Kapuskasing Kapuskasing — L’incendie forestier Red Lake 14 brille toujours de mille feux dans le Nord-Ouest de l’Ontario, forçant ainsi l’évacuation d’urgence de la Première Nation de Pikangikum. Brulant tout sur son passage depuis le mercredi 29 mai, le feu s’étend maintenant sur…
    Ecrit le mercredi, 05 juin 2019 10:40
  • Un nouveau centre de la petite enfance à Odyssée
    Un nouveau centre de la petite enfance à Odyssée North Bay — Le Centre de développement de la petite enfance de l’Ontario On y va a récemment inauguré son deuxième point de service destiné aux familles francophones de la région de North Bay. Le jeudi 23 mai, le personnel d’On…
    Ecrit le vendredi, 31 mai 2019 15:53
  • Fonce.ca : Un premier rassemblement des ressources de formations pour les adultes
    Fonce.ca : Un premier rassemblement des ressources de formations pour les adultes Sudbury — Fonce.ca est un projet pilote unique au Nord de l’Ontario qui aiguille les adultes francophones désireux de terminer ou de parfaire leur éducation. L’objectif est de faciliter la recherche du meilleur parcours de formation pour l’individu. Il s’agit…
    Ecrit le mercredi, 29 mai 2019 15:44

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login