FacebookTwitter
vendredi, 26 mai 2017 16:43

Nomination du commissaire aux langues officielles : les échos du Nord

Écrit par 
Nord-Est de l'Ontario — Le choix du gouvernement de sélectionner l'ancienne députée libérale provinciale Madeleine Meilleur pour le poste de commissaire aux langues officielles du Canada plait à certains tandis que d'autres décrivent le choix comme une nomination partisane. Le Voyageur a voulu connaitre le point de vue de députés du Nord de l'Ontario.

Le député libéral de Sudbury, Paul Lefebvre, n'a pas participé au processus de nomination pour le poste du commissaire et ne peut donc pas se prononcer sur celui-ci. Il est cependant membre du Comité permanent des langues officielles de la Chambre des communes, dont l'un des rôles est de réviser le choix du gouvernement, processus qui a été lancé le 18 mai.

Le comité a par contre uniquement le mandat d'évaluer ses compétences pour le poste. «On n’a pas le pouvoir de dire “oui” ou “non”. On peut seulement dire si elle a les compétences et les connaissances pour remplir le poste. On donne notre opinion puis on rapporte ceci à la Chambre des communes», affirme M. Lefebvre.

«Du côté des libéraux, on croit qu’elle a la capacité et les connaissances nécessaires», poursuit-il.

Pour le député du Nouveau parti démocratique (NPD) pour Timmins-Baie James, Charlie Angus — également candidat à la chefferie du NPD fédéral, ce n'est plus une question de compétences. «Il est essentiel pour la commissaire d'avoir le respect de tout le monde et d'avoir l'habileté de [confronter] les décisions du gouvernement. [Le processus de nomination] a sapé la crédibilité de Mme Meilleur pour défendre les intérêts des minorités linguistiques. Mme Meilleur n'aurait pas la confiance des Canadiens ou du parlement», avance-t-il.

Indépendance

L'indépendance du commissaire aux langues officielles est en fait au cœur des contestations de la nomination de Mme Meilleur. Le dévoilement du processus de sélection par le gouvernement et les allégations d'un candidat — à qui on aurait dit qu'il devrait parler à des chefs de file du parti libéral — sèment de plus en plus de doutes sur l'indépendance de Mme Meilleur.

M. Angus n'est pas convaincu que cette candidate pourrait conserver son indépendance. «Le public doit faire confiance au rôle du commissaire et croire à son indépendance. Je suis très perturbé par le processus de nomination de Mme Meilleur, parce qu'il y a des allégations de conflit d'intérêt et d'interférence partisane par le gouvernement de M. Trudeau», soulève M. Angus.

Pour M. Lefebvre, il faudrait lui laisser le temps de prouver son indépendance. «Il faut regarder ce qu’elle a accompli, ce qu’elle a fait pour l’Ontario. Elle a donné l’indépendance au commissaire aux services en français de l’Ontario, elle a joué un grand rôle dans la séparation de TVO et TFO, également pour la défense de l’Hôpital Montfort. Ce sont toutes des choses qu’elle n’était pas obligée de faire, c’était au-delà de la partisanerie. Il y avait une citation de France Gélinas (député NPD provincial de Nickel Belt) l’année passée dans Le Droit où elle disait que [Mme Meilleur] “était francophone avant d’être libérale”».

Opposition

Les chefs des partis d'opposition se sont plaints la semaine dernière de ne pas avoir été consultés pour cette nomination. Pourtant, le député de Sudbury a dit avoir reçu des informations contraires. «L’information qui m’a été donnée, c’est que les critiques et les chefs des partis d’oppositions ont été consultés et que tout le monde était sur la même longueur d’onde : elle a les compétences», note-t-il.

M. Angus reste campé dans le rejet de la candidature. «Mme Meilleur devrait retirer sa nomination pour l'intégrité de ce poste», croit le député Angus, en ajoutant que son parti allait s'opposer à la nomination.

Pas de consensus chez les organismes francophones

La Fédération des communautés francophones et acadiennes (FCFA) a tenu une réunion téléphonique avec ses membres le 25 mai en soirée pour discuter de la situation. Les médias nationaux rapportent qu'ils n'ont pas obtenu de consensus sur la position à prendre face à la nomination et la controverse. Les deux préoccupations principales des organismes concernent le processus, mais aussi la crainte de se mettre à dos le gouvernement fédéral et une future commissaire. Une situation difficile lorsqu'il est votre principale source de financement.

Rejoint par téléphone, la directrice de l'ACFO du grand Sudbury, Joanne Gervais, note être dans une position similaire et que l'organisme n'a pas pris position pour le moment.

Lu 2030 fois Dernière modification le vendredi, 26 mai 2017 17:07
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Un projet de poterie pour venir en aide aux Africains
    Un projet de poterie pour venir en aide aux Africains North Bay — La Guilde de potiers de North Bay tente de relever le défi de fabriquer plus d’une centaine de bols en seulement quelques mois afin d’appuyer un projet humanitaire sur le continent africain. Une initiative parrainée par le…
    Ecrit le vendredi, 21 septembre 2018 13:36
  • Élections Nipissing Ouest : Économie et bilinguisme
    Élections Nipissing Ouest : Économie et bilinguisme Nipissing Ouest — Les candidats à la mairie et aux postes de conseillers de Nipissing Ouest ont participé à deux débats la semaine dernière afin de présenter les enjeux qu’ils croyaient plus importants et ceux qui seraient leurs priorités si…
    Ecrit le jeudi, 20 septembre 2018 09:24
  • Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie
    Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie Sault-Ste-Marie — Le Centre francophone de Sault-Ste-Marie (CFSSM) veut remettre l’accent sur la langue française dans cette ville de 75 000 résidents et tenter de rehausser la fierté de s’afficher parmi la communauté franco-ontarienne. L’organisme s’est fixé des objectifs clairs…
    Ecrit le mercredi, 19 septembre 2018 13:08
  • Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren
    Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren Markstay-Warren — Les électeurs de Markstay-Warren devront choisir entre deux candidats expérimentés le mois prochain pour choisir leur nouveau maire. Le maire sortant, Steve Salonin, veut privilégier la remise à neuf de plusieurs infrastructures routières de sa communauté tandis que…
    Ecrit le jeudi, 13 septembre 2018 16:16
  • Quand la maladie devient le centre d’une vie
    Quand la maladie devient le centre d’une vie Sudbury — Même si l’objectif a été atteint dans la campagne GoFundMe à son nom, Véronique Charbonneau n’en est pas à la fin de son combat contre la douleur chronique. Nous avons eu la chance de la contacter lors d’une…
    Ecrit le mercredi, 12 septembre 2018 13:00
  • Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron
    Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron Papineau-Cameron — Le maire du Canton de Papineau-Cameron, Robert Corriveau, tentera de convaincre les électeurs de lui confier un huitième et dernier mandat à la tête de cette communauté à la porte d’entrée du Nord de l’Ontario. Une seule autre…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 18:31
  • Créer son emploi d’été
    Créer son emploi d’été Sudbury — Quatre jeunes francophones ont reçu l’aide du Centre régional des affaires (CRA) de Sudbury afin de démarrer et exploiter une petite entreprise au cours de l’été par l’entremise du programme Entreprise d’été de l’Ontario. Chacun a reçu une…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 15:19

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login