FacebookTwitter
mercredi, 17 mai 2017 06:00

L’appropriation culturelle n’existe pas

Le milieu culturel du Canada anglais est en crise. En fait, il serait plus juste d’appeler ça une tempête dans un verre d’eau, mais des gens ont déjà perdu leur job dans cette tempête. Ça s’appelle l’appropriation culturelle. Pour l’instant, ça demeure cantonné au Canada anglais et espérons que cette extrême rectitude culturelle ne contaminera pas le Canada français.

Wikipédia définit l’appropriation culturelle comme étant «un concept universitaire originaire des États-Unis selon lequel l’adoption ou l’utilisation d’éléments d’une culture par les membres d’une culture dominante serait irrespectueuse et constituerait une forme d’oppression et de spoliation». Au Canada, le concept est maintenant repris par certains artistes et activistes autochtones.

Comme le sujet touche la question autochtone, il est important d’affirmer ici que nous comprenons très bien les revendications des autochtones et les frustrations qu’ils peuvent ressentir face au racisme avec lequel nous les avons souvent traités. Le Canada peut et doit faire mieux pour promouvoir et apprendre des valeurs de ces peuples. Mais dans le domaine de l’art, de la fiction, de l’imaginaire, personne n’a le monopole de la culture. D’affirmer le contraire ne fait que miner la réconciliation entre les peuples pourtant tellement nécessaire pour l’avenir du Canada.

La question a récemment fait les manchettes lorsque, face aux critiques d’activistes autochtones, une galerie torontoise a annulé l’exposition d’une jeune artiste, Amanda PL, qui peint dans le style autochtone de Norval Morrisseau. Cependant, le concept a déjà été utilisé pour dénigrer d’autres artistes. La chanteuse acadienne Natasha St-Pier avait été critiquée il y a quelque années parce qu’elle portait une coiffe à plumes de style autochtone dans son clip Tous les Acadiens. Et des auteurs canadiens-anglais ont subi le même sort parce qu’ils osent décrire des situations impliquant des communautés ou personnages autochtones.

Ces critiques sont déplorables et ridicules. Imaginons pour un instant que le concept d’appropriation culturelle ait eu cours au siècle dernier. Imaginons que les babyboumeurs canadiens-français n’aient jamais lu Agaguk de Yves Thériault à l’école. Ce n’est pas un grand roman et ce n’est certainement pas le livre définitif sur la culture autochtone, mais il a probablement ouvert les yeux à plusieurs.

Imaginons que les musiciens Blancs n’aient pu jouer du jazz ou du blues sous prétexte que c’est une musique inventée par des Afro-Américains. Poussé à l’extrême, le concept d’appropriation culturelle voudrait dire qu’on ne devrait pas traduire de livres écrits par des auteurs venant d’une culture minoritaire. Quelle foutaise!

Nous, Franco-Ontariens, sommes minoritaires, mais il semble évident que nos auteurs, disons Jean-Marc Dalpé ou Daniel Poliquin, ne renâcleraient pas si leurs œuvres étaient traduites et devenaient des hits planétaires. Pourquoi? D’abord parce que ça les / nous ferait connaitre. Et aussi parce qu’il y a du cash à la clé.

Alors ne nous leurrons pas. Toute cette histoire est une histoire de sous. Certains artistes veulent garder le monopole des subventions et des ventes liées à leurs œuvres minoritaires. Mais, ce faisant, ils limitent la compréhension et l’ouverture des autres aux valeurs et à la vie des leurs.

Lu 6222 fois Dernière modification le mardi, 16 mai 2017 14:27
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Un nouveau nom pour une école secondaire de Sturgeon Falls
    Un nouveau nom pour une école secondaire de Sturgeon Falls Nipissing Ouest — Les dirigeants du Conseil scolaire public du Nord-Est de l’Ontario (CSPNE) ont dévoilé aujourd'hui le nouveau nom de l’école secondaire publique qui dessert les familles francophones et francophiles de Sturgeon Falls et des environs. Le nom de…
    Ecrit le vendredi, 14 juin 2019 17:10
  • Mérite Horace-Viau 2019 : Monique Beaudoin, Chlöé Madore-Bouffard et Gabriel Grenier
    Mérite Horace-Viau 2019 : Monique Beaudoin, Chlöé Madore-Bouffard et Gabriel Grenier Voici des entrevues réalisées avec les trois récipiendaires du Mérite Horace-Viau, remis par les Clubs Richelieu du Grand Sudbury. Ces articles ont paru dans le cahier spécial sur la St-Jean de Sudbury 2019. La passion des arts et des autres…
    Ecrit le vendredi, 14 juin 2019 10:00
  • Nouvelle acquisition pour le Musée des jumelles Dionne
    Nouvelle acquisition pour le Musée des jumelles Dionne North Bay — Le Conseil du patrimoine des Quintuplets Dionne rouvrira bientôt les portes de la maison de naissance des jumelles vers la fin du mois de juin et, pendant quelques mois, le grand public aura une opportunité d’observer les…
    Ecrit le jeudi, 13 juin 2019 10:07
  • Le bon voisinage interprovincial
    Le bon voisinage interprovincial Nord ontarien et Abitibi-Témiscamingue — Les résidents du Nord de l’Ontario qui vivent dans des communautés près de la frontière entre le Québec et l’Ontario ont une relation particulière avec leurs voisins de l’autre province. Les villes et villages situés…
    Ecrit le mercredi, 12 juin 2019 15:45
  • Après Kashechewan, Pikangikum envoie ses résidents à Kapuskasing
    Après Kashechewan, Pikangikum envoie ses résidents à Kapuskasing Kapuskasing — L’incendie forestier Red Lake 14 brille toujours de mille feux dans le Nord-Ouest de l’Ontario, forçant ainsi l’évacuation d’urgence de la Première Nation de Pikangikum. Brulant tout sur son passage depuis le mercredi 29 mai, le feu s’étend maintenant sur…
    Ecrit le mercredi, 05 juin 2019 10:40
  • Un nouveau centre de la petite enfance à Odyssée
    Un nouveau centre de la petite enfance à Odyssée North Bay — Le Centre de développement de la petite enfance de l’Ontario On y va a récemment inauguré son deuxième point de service destiné aux familles francophones de la région de North Bay. Le jeudi 23 mai, le personnel d’On…
    Ecrit le vendredi, 31 mai 2019 15:53
  • Fonce.ca : Un premier rassemblement des ressources de formations pour les adultes
    Fonce.ca : Un premier rassemblement des ressources de formations pour les adultes Sudbury — Fonce.ca est un projet pilote unique au Nord de l’Ontario qui aiguille les adultes francophones désireux de terminer ou de parfaire leur éducation. L’objectif est de faciliter la recherche du meilleur parcours de formation pour l’individu. Il s’agit…
    Ecrit le mercredi, 29 mai 2019 15:44

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login