FacebookTwitter
vendredi, 05 mai 2017 09:08

Daniel Bédard honoré aux Trille Or

Écrit par 
Daniel Bédard honoré aux Trille Or Photo : Michel Galipeau
Sudbury — Le musicien sudburois Daniel Bédard a reçu, le 4 mai à Ottawa, le Prix Hommage lors de la Soirée industrie de l’Association des professionnels de la chanson et de la musique (APCM). L’évènement faisait partie des festivités de la 9e semaine annuelle Trille Or.

L’annonce du récipiendaire du prix faite le 7 mars par l’APCM n’a pas laissé M. Bédard — dont la carrière s’échelonne sur plus de 35 ans — indifférent. «C’est toujours un peu bizarre ce genre de prix quand on n’est pas mort, mais c’est quand même le fun d’être reconnu par ses pairs», confie-t-il au Voyageur.

«C’est un prix pour ce que tu as accompli dans la vie et dans mon cas, ç’a l’air comme si c’est une longue liste, mais ça fait aussi longtemps que je fais ça. Il y a beaucoup d’autres personnes qui font autant de choses», ajoute-t-il humblement.

L’avant et l’arrière-scène

Bien qu’il ait déjà démontré son talent de bassiste, notamment aux côtés d’artistes tels que Stef Paquette et Mauricio Montecinos, M. Bédard indique préférer l’arrière-scène aux planches. «Il y a des gens qui sont des bêtes de scène et ça fait partie de leur personnalité. Moi je suis plutôt un gars qui peut travailler de manière isolée pendant longtemps. J’aime bien jouer aussi, mais pas nécessairement comme front man», avance-t-il.

Le réalisateur sudburois a assuré la direction musicale de nombreux évènements, dont La Nuit sur l’étang, Ontario Pop et les Northern Ontario Music and Film Awards. Il a également conçu la trame sonore de plusieurs pièces de théâtre ainsi que l’environnement sonore de multiples albums de musique et de poésie.

Dans un article publié dans le numéro 130 (hiver 2005-2006) de la revue Liaison, le défunt poète Michel Dallaire, dont trois des albums de poésie ont été conçus grâce au concours de M. Bédard, écrivait : «[M. Bédard] aborde chaque projet avec la curiosité d’un enfant et la rigueur de celui qui est constamment à la recherche d’expressions / de formes nouvelles qui participent au message que véhiculent les vers d’un poète, les paroles d’un interprète, la toile d’un peintre, la vision d’un dramaturge ou les images d’un cinéaste».

Former la relève artistique

À l’Université Laurentienne, où il a œuvré pendant 21 ans, M. Bédard a conçu le curriculum de musique électronique et enseigné la théorie et la composition musicales. Il a aussi offert à plusieurs reprises des ateliers de basse et de conception sonore aux festivals Quand ça nous chante, La Brunante et au Festival Théâtre Action en milieu scolaire.

«Enseigner, c’est la partie favorite de ma carrière», déclare le musicien. «C’est très symbiotique comme activité. Il y a un transfert d’informations qui se crée. Les étudiants te transfèrent aussi leur énergie et leur désir d’apprendre. Quand je donne une leçon de guitare, par exemple, je trouve que je ressens moi-même le désir de pratiquer pour deux heures de temps», explique-t-il.

Le dessin en ligne de mire

Bien que le compositeur semble déjà avoir plusieurs cordes à son arc, M. Bédard, toujours en quête de renouveau, espère pouvoir plus tard apprendre à faire du dessin. «Dans la famille de ma mère, il y avait plein de sculpteurs, mais je n’ai rien hérité de cela. Chaque fois que je vois quelque chose de beau, je me dis que j’aimerais être capable de l’interpréter de manière visuelle», révèle-t-il.

Il indique en riant avoir raté sa part du marché «leçons de guitare contre leçons de dessin», qu’il avait conclu avec son défunt ami, l’artiste-peintre sudburois Michel Galipeau. «Mais ce n’est pas fini. J’apprendrai un jour», affirme-t-il.

L’importance de l’apprentissage

Le perpétuel désir d’apprentissage qui l’anime, M. Bédard s’efforce d’ailleurs de le transmettre tant à ses étudiants qu’aux artistes professionnels qu’il côtoie. «L’art, ce n’est pas comme être mécanicien, où il y a une manière de faire les choses», note-t-il. «On a tendance à vouloir rester dans le familier, mais pour grandir, il faut toujours apprendre quelque chose de nouveau, un nouvel accord, une nouvelle gamme, un nouveau style, lire un nouveau livre. Sans ça, on se perd», fait-il remarquer.

Lu 1504 fois Dernière modification le dimanche, 28 mai 2017 13:01
Bienvenu Senga

Journaliste

Sudbury

705-673-3377, poste 6210

bienvenu.senga@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • TNO 2018-2019 : « Vous êtes ici »
    TNO 2018-2019 : « Vous êtes ici » Sudbury — Le dévoilement de la programmation 2018-2019 du Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) a bien failli être gâché par une panne d’électricité. Heureusement, le courant est revenu 20 minutes avant l’heure prévue pour les annonces. Dévoilée à travers une série d’installations…
    Ecrit le jeudi, 17 mai 2018 18:37
  • L’art urbain en mouvement
    L’art urbain en mouvement Sudbury — Un groupe d’artistes visuelles montréalaises sont de passage à Sudbury cette semaine. Habituellement confinées au même terrain vague dans la métropole québécoise, les huit artistes d’Auto-workshop ont décidé de quitter leur enclave et de prendre la route pour…
    Ecrit le jeudi, 17 mai 2018 16:36
  • De la République tchèque à l’Ontario français
    De la République tchèque à l’Ontario français Sudbury — Qu’est-ce qui peut bien attirer une étudiante de Prague, en République tchèque, à venir étudier en Ontario? Rien de moins que la culture franco-ontarienne. Alice Luňáková étudie l’enseignement des langues aux enfants à l’Université Masaryk, dans la ville…
    Ecrit le mercredi, 25 avril 2018 14:00
  • Candidate pour Miss North Ontario malgré une encéphalite
    Candidate pour Miss North Ontario malgré une encéphalite Timmins et Sudbury — Pour des raisons médicales, Keisha Corbeil a dû mettre sur la glace un projet qui lui tenait à cœur. Après avoir surmonté une difficile épreuve, elle a décidé de persévérer et de mener à bien un…
    Ecrit le vendredi, 20 avril 2018 16:24
  • Distinction provinciale pour Gaëtane Pharand
    Distinction provinciale pour Gaëtane Pharand Sudbury — La directrice générale du Centre Victoria pour femmes (CVF), Gaëtane Pharand, et l’une des 19 personnes qui ont reçu ce matin le Prix de distinction du procureur général pour les services aux victimes. Ce prix reconnait le travail exceptionnel…
    Ecrit le jeudi, 12 avril 2018 13:45
  • Une autre expérience réussie pour Rochelle Larivière
    Une autre expérience réussie pour Rochelle Larivière Sudbury — Pour une deuxième année consécutive, Rochelle Larivière, de l’École St-Paul de Lively, se rendra à l’Expo-sciences pancanadienne. Rochelle est la seule francophone qui a remporté l’une des six places disponibles, décernées lors de l’Expo-sciences régionale de Sudbury dimanche…
    Ecrit le mercredi, 11 avril 2018 21:57
  • Caricature du 11 avril : Nous y avons vu une critique des médias
    Bonjour à tous, La caricature publiée cette semaine dans Le Voyageur provoque de fortes réactions. Nous tenons tout d’abord à vous assurer que nous avons, nous aussi, été attristés par l’accident tragique qui a eu lieu en Saskatchewan. Qui plus…
    Ecrit le mercredi, 11 avril 2018 21:38

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login