FacebookTwitter
jeudi, 04 mai 2017 15:35

L’héritage de Shannen Koostachin rappelé aux jeunes par L’écho d’un peuple

Écrit par 
Andrea Goulais a présenté la danse du châle en l’honneur de Shannen Koostachin Andrea Goulais a présenté la danse du châle en l’honneur de Shannen Koostachin Photos : Courtoisie
Temiskaming Shores — Elle a inspiré la super héroïne Equinox à l’illustrateur ontarien Jeff Lemire dans Justice League (DC Comics). Le sculpteur Tyler Fauvelle l’a immortalisée exécutant la danse du châle devant le lac Témiscamingue. Elle s’est hissée à la liste des 150 grands Canadiens du 150e anniversaire de la Confédération aux côtés de Terry Fox, Wayne Gretzky et Louis Riel.

Pourtant, jusqu’à la semaine dernière, Shannen Koostachin demeurait méconnue des gens du Témiscamingue, chez qui elle a séjourné de 2008 jusqu’à sa mort dans un accident de voiture à Temagami le 31 mai 2010. Elle avait 15 ans.

Son parcours inspirant a convaincu Félix Saint-Denis et la troupe de L’écho d’un peuple, qui présentait un spectacle régional la semaine dernière à Temiskaming Shores, à intégrer son histoire au spectacle.

L’héritage Koostachin

Shannen Koostachin fréquentait l’école élémentaire JR Nakogee d’Attawapiskat, aménagée dans des portatives depuis 2000. Les installations étant en piètre état, la communauté réclamait sans succès une nouvelle école.

En 8e année, ses camarades et elle ont sacrifié leur voyage de fin d’année à Niagara Falls pour envoyer trois élèves au Parlement canadien pour rencontrer le ministre des Affaires indiennes et du nord canadien.

Au cours de cette rencontre de juin 2008, Chuck Strahl a à nouveau rejeté leur demande. La déléguée de 13 ans lui a répondu qu’elle n’acceptait pas sa réponse et que tous les enfants autochtones du pays méritaient de vraies écoles, à l’instar des autres Canadiens. Ç’a été le début d’un des plus importants mouvements jeunesse au Canada.

L’année suivante, Shannen Koostachin a quitté sa communauté pour poursuivre des études secondaires à New Liskeard. Le ministre Strahl a promis une nouvelle école pour Attawapiskat [qui a ouvert en 2014] et la jeune militante a été finaliste au prix international de la paix pour les enfants.

En 2010, à la suite de son décès, la campagne New School qu’elle avait lancée a pris le nom de Shannen’s Dream.

Message inspirant

Pendant les répétitions de L’écho d’un peuple au pays des Témiscamingues et en ouverture des trois représentations du spectacle, on a rappelé le parcours de la jeune fille. En sa mémoire, des Métis francophones dont Christian Pilon d'Azilda ont ensuite entonné le chant d’honneur micmac.

L’expérience a été particulièrement marquante pour Andrea Goulais, une élève de 15 ans de l’École secondaire publique Northern de Sturgeon Falls. Fille d’une Algonquine franco-ontarienne et d’un Ojibwé, elle a présenté la danse du châle pendant ce chant d’honneur.


Andrea Goulais

Cette danse, qu’elle présente souvent dans les pow-wow et dans les écoles, a pris une nouvelle dimension. Andrea Goulais la fera dorénavant en mémoire de la jeune femme qui aspirait à devenir avocate. Elle a été émue de découvrir qu’une personne à peine plus jeune qu’elle a été contrainte à quitter sa famille et sa communauté pour poursuivre des études secondaires. «Elle [savait qu’elle] avait besoin d’une éducation», dit-elle.

L’animatrice culturelle et pastorale de l’École secondaire catholique Sainte-Marie, Anne Gadoury-Patenaude, croit que l’hommage livré a permis une prise de conscience, de faire connaitre Shannen Koostachin et de constater sa détermination à défendre les droits de la personne. «Ce message à lui seul a été une inspiration pour les nombreux élèves qui en entendaient parler pour la première fois : peu importe ton âge, tu peux faire une différence si tu y crois vraiment», témoigne-t-elle.

Comme bien d’autres jeunes, la semaine dernière, Andrea Goulais s’est découvert un nouveau modèle. «J’aimerais faire comme elle», a-t-elle dit au Voyageur. Elle cite, parmi les défis de sa communauté, la pauvreté et l’alcoolisme. Elle aimerait continuer ses études en architecture ou en ingénierie «pour rebâtir les maisons et faire un milieu plus sécuritaire, chaud l’hiver», en particulier à Garden Village, où elle habite.

C’était l’objectif de la troupe, en présentant le chant d’honneur : présenter un hommage, certes, mais aussi un modèle fort, autochtone de surcroit, aux jeunes Nord-Ontariens.

Lu 4231 fois Dernière modification le vendredi, 05 mai 2017 07:44
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • L’Ontario francophone dans 10 ans
    L’Ontario francophone dans 10 ans Ontario — Le Commissariat aux services en français de l’Ontario (CSF) a choisi de regarder vers l’avenir pour son Rapport annuel 2017-2018. La première partie du rapport fait l’analyse de la population francophone de l’Ontario par le biais des plus…
    Ecrit le mercredi, 18 juillet 2018 17:01
  • À la recherche de gens qui désirent sortir de la pauvreté
    À la recherche de gens qui désirent sortir de la pauvreté Sudbury — Le programme Cercles est à la recherche de bénévoles et des leadeurs pour l’avancement de ses projets communautaires. Lancé en février 2018 dans le Grand Sudbury, le programme a pour objectif d’aider les personnes à sortir de la…
    Ecrit le mercredi, 18 juillet 2018 13:54
  • Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée
    Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée North Bay — Kiku Ng, bientôt une élève de la 12e année de l’École secondaire catholique Algonquin, a décidé de combiner sa passion pour les bonbons et sa culture en démarrant son propre commerce. Avec l’aide d’une bourse de 3000 $ du…
    Ecrit le vendredi, 13 juillet 2018 16:10
  • Si vous allez à l’urgence, apportez une collation
    Si vous allez à l’urgence, apportez une collation Sudbury — Les médecins Hospitalistes — spécialistes des interventions d’urgence et des patients orphelins — sont inquiets du manque d’intérêt et d’empathie de la direction d’Horizon Santé Nord (HSN) par rapport à leur travail et leurs patients. Malgré les fonds…
    Ecrit le mercredi, 11 juillet 2018 16:13
  • Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux
    Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux Sudbury — Jenny Migneault dénonce depuis plusieurs années le manque d’appui du gouvernement canadien pour les aidants naturels des anciens combattants souffrant d’un syndrome de stress posttraumatique (SSPT). Avec son conjoint, Orlando Fantini, elle parcourt présentement l’ouest du Canada afin…
    Ecrit le mardi, 10 juillet 2018 15:42
  • 20 ans de popote
    20 ans de popote Sudbury — Les trois dames qui préparaient les bons repas du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis plusieurs années, Cécile Levac, Irène McLaughlin et Roxanne Blais, ont décidé de prendre leur retraite en même temps. Le diner…
    Ecrit le vendredi, 06 juillet 2018 16:38
  • La communauté semble favorable à une COOP à Earlton
    La communauté semble favorable à une COOP à Earlton Sudbury — Les premières réactions des participants à une rencontre d’information semblent favorables à la création d’une coopérative alimentaire à Earlton après la fermeture il y a deux semaines de la seule épicerie, Earlton Grocery King, qui desservait toute cette…
    Ecrit le vendredi, 29 juin 2018 11:39

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login