FacebookTwitter
mercredi, 15 mars 2017 06:00

L’anglais, la langue de la réussite?

À l’automne et en janvier, les professeurs de l’Université Laurentienne Julie Boissonneault et Simon Laflamme révélaient les grandes lignes de leur étude qui tentait de saisir les raisons derrière la décision de jeunes francophones de quitter les écoles de langue française et de s’enrôler dans celles de langue anglaise.

Ils ont constaté que plusieurs éléments pouvaient influencer cette décision, comme les amis, la relation avec les parents, avec le personnel scolaire, leur utilisation du français dans leurs communications...

Par contre, ce que moi j’ai trouvé le plus intéressant, et qui mérite une action immédiate et à long terme, c’est leur constatation que beaucoup de ces jeunes avaient une perception erronée de la place du français dans le monde. Des perceptions sans fondements qu’ils «autorenforcent» à coup de stéréotypes. Ces idées préconçues sont de l’ordre de «je ne peux pas perdre mon français», «il n’y a pas d’argent à faire en français», «la science dans le monde évolue en anglais», etc.

«Quand tu as la vérité de ton côté, ça ne va pas si mal», avait déclaré M. Laflamme pendant la présentation d’octobre, en insistant qu’il était possible de briser ces idées inventées avec la vérité. L’autofiction semble cependant rattraper la vérité.

Comme pour donner raison aux résultats de Mme Boissonneault et M. Laflamme, j’entends parler d’étudiants de programmes francophones de l’Université Laurentienne qui font le choix d’écrire leur thèse en anglais afin d’améliorer leurs chances d’être publiés.

Dans le cadre de la Semaine de la recherche de l’Université Laurentienne au début mars, il y avait également le Symposium des études supérieures, pendant lequel des étudiants à la maitrise et au doctorat présentent leur projet de recherche. Dans l’horaire, on pouvait constater que deux étudiantes francophones — avec des recherches touchant la langue française — préparent et présentent leur recherche en anglais.

Radio-Canada et TFO nous rapportent depuis 2015 qu’une très large majorité des finissants francophones des programmes de sciences infirmières en français au Canada choisissent de réaliser l’examen d’accès à la pratique en anglais. En Ontario en 2016, sur 120 étudiants francophones répartis entre l’Université Laurentienne et l’Université d’Ottawa, seulement 16 — et seulement d’Ottawa — l’on fait en français.

Les raisons données par les étudiants qui ont choisi de faire l’examen en anglais vont de la mauvaise qualité de la traduction de l’examen au manque de ressources en français pour s’y préparer. L’une d’entre elles dit même regretter son choix d’avoir étudié en français.

On a eu le gout de les pardonner lorsqu’on a appris, il y a une semaine, que le taux de réussite de 2016 de ceux qui ont complété l’examen en français en Ontario est de 37,5 %, contre 84,6 % pour les francophones qui l’ont fait en anglais.

Nous ne sommes plus au niveau secondaire, étudié par les deux professeurs de la Laurentienne, mais les stigmates semblent être les mêmes. Ce qui est plus alarmant, c’est que les résultats à l’examen en français pourraient nous faire croire que ce n’est plus une fausse perception : le français les a fait échouer!

On a le droit de se demander si le français de l’examen est vraiment pourri, comme le soutiennent des traducteurs qui l’ont lu ou même si c’est le niveau de français des étudiants qui a fait défaut. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une défaillance du système d’éducation qui devient une preuve sur laquelle pourraient s’accrocher des jeunes francophones indécis. C’est exactement le genre de choses auxquelles il faut s’attaquer pour éviter «l’exode langagière» des jeunes francophones.

Et le manque de ressources, pourquoi n’y a-t-il rien en français alors qu’on est voisin d’une province qui compte huit-millions de francophones? Ils ont des infirmières aussi! Ah... Le Québec n’a pas suivi le reste du Canada en 2015 dans l’implantation du nouveau test provenant des États-Unis. Ils ont fait leur propre truc, comme d’habitude.

C’est un peu comme se faire abandonner par son grand frère dans le milieu du magasin de jouets. Aucune aide du seul qui peut comprendre le piège dans lequel on se retrouve, entourés que nous sommes par tout ce qui veut abuser de notre curiosité enfantine.

Lu 1381 fois Dernière modification le mardi, 14 mars 2017 12:42
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Des dons pour des êtres sociaux
    Des dons pour des êtres sociaux Grand Sudbury — Sarah Lemieux et Imran Bagha ont organisé de leur propre chef une collecte de produits hygiéniques pour la Clinique du coin du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury. Les boites de collectes seront en place jusqu’au…
    Ecrit le mardi, 15 août 2017 13:43
  • Déménager le musée, mais où?
    Déménager le musée, mais où? Sudbury — Le musée du Moulin à Fleur ne reçoit pas de visiteurs cet été puisqu’il est fermé pour des rénovations. Selon le gestionnaire des Ressources documentaires et du patrimoine du Grand Sudbury, Brian Harding, il est évident depuis plusieurs…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 10:48
  • Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères
    Une application pour mettre fin à l’isolement des jeunes mères Sudbury — Après avoir elle-même connu les méfaits de l’isolement que vivent plusieurs jeunes mamans, la résidente de Shefford au Québec, Audrey Poulin, a décidé de lancer l’application mobile Social.mom, qui crée des réseaux entre mères de famille d’une même…
    Ecrit le mercredi, 09 août 2017 09:49
  • Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing
    Un rassemblement des cultures fondatrices au bord du lac Nipissing North Bay — Les diverses communautés culturelles du Nipissing se sont rassemblées à la maison mère (Motherhouse) Saint-Joseph de North Bay lundi pour assister à une cérémonie de réconciliation avec les Premières Nations. Dans le cadre du Pèlerinage canadien en…
    Ecrit le jeudi, 03 août 2017 19:25
  • Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue
    Recensement 2016 : le Canada est plus bilingue Ottawa — Le taux de bilinguisme a atteint un nouveau sommet au Canada, passant de 17,5 à 18 % à l'échelle nationale entre 2011 et 2016, selon les données du recensement 2016 de Statistique Canada. Pendant ce temps, l'anglais a gagné…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:58
  • Une première coopérative jeunesse de services
    Une première coopérative jeunesse de services Temiskaming Shores — La première Coopérative jeunesse de services dans la province, Jeunes en action, a été inauguré jeudi dernier au bureau de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming. Le regroupement de jeunes coopérants de la 7e et 8e année…
    Ecrit le mercredi, 02 août 2017 11:20
  • Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé
    Commissaire aux langues officielles : l’avis de recherche est relancé Ottawa — On efface et on recommence. Après avoir échoué au premier essai, le gouvernement de Justin Trudeau réenclenche le processus de nomination afin de pourvoir le poste de commissaire aux langues officielles. Le poste a été affiché vendredi midi…
    Ecrit le vendredi, 28 juillet 2017 17:34

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login