FacebookTwitter
mercredi, 15 mars 2017 06:00

L’anglais, la langue de la réussite?

À l’automne et en janvier, les professeurs de l’Université Laurentienne Julie Boissonneault et Simon Laflamme révélaient les grandes lignes de leur étude qui tentait de saisir les raisons derrière la décision de jeunes francophones de quitter les écoles de langue française et de s’enrôler dans celles de langue anglaise.

Ils ont constaté que plusieurs éléments pouvaient influencer cette décision, comme les amis, la relation avec les parents, avec le personnel scolaire, leur utilisation du français dans leurs communications...

Par contre, ce que moi j’ai trouvé le plus intéressant, et qui mérite une action immédiate et à long terme, c’est leur constatation que beaucoup de ces jeunes avaient une perception erronée de la place du français dans le monde. Des perceptions sans fondements qu’ils «autorenforcent» à coup de stéréotypes. Ces idées préconçues sont de l’ordre de «je ne peux pas perdre mon français», «il n’y a pas d’argent à faire en français», «la science dans le monde évolue en anglais», etc.

«Quand tu as la vérité de ton côté, ça ne va pas si mal», avait déclaré M. Laflamme pendant la présentation d’octobre, en insistant qu’il était possible de briser ces idées inventées avec la vérité. L’autofiction semble cependant rattraper la vérité.

Comme pour donner raison aux résultats de Mme Boissonneault et M. Laflamme, j’entends parler d’étudiants de programmes francophones de l’Université Laurentienne qui font le choix d’écrire leur thèse en anglais afin d’améliorer leurs chances d’être publiés.

Dans le cadre de la Semaine de la recherche de l’Université Laurentienne au début mars, il y avait également le Symposium des études supérieures, pendant lequel des étudiants à la maitrise et au doctorat présentent leur projet de recherche. Dans l’horaire, on pouvait constater que deux étudiantes francophones — avec des recherches touchant la langue française — préparent et présentent leur recherche en anglais.

Radio-Canada et TFO nous rapportent depuis 2015 qu’une très large majorité des finissants francophones des programmes de sciences infirmières en français au Canada choisissent de réaliser l’examen d’accès à la pratique en anglais. En Ontario en 2016, sur 120 étudiants francophones répartis entre l’Université Laurentienne et l’Université d’Ottawa, seulement 16 — et seulement d’Ottawa — l’on fait en français.

Les raisons données par les étudiants qui ont choisi de faire l’examen en anglais vont de la mauvaise qualité de la traduction de l’examen au manque de ressources en français pour s’y préparer. L’une d’entre elles dit même regretter son choix d’avoir étudié en français.

On a eu le gout de les pardonner lorsqu’on a appris, il y a une semaine, que le taux de réussite de 2016 de ceux qui ont complété l’examen en français en Ontario est de 37,5 %, contre 84,6 % pour les francophones qui l’ont fait en anglais.

Nous ne sommes plus au niveau secondaire, étudié par les deux professeurs de la Laurentienne, mais les stigmates semblent être les mêmes. Ce qui est plus alarmant, c’est que les résultats à l’examen en français pourraient nous faire croire que ce n’est plus une fausse perception : le français les a fait échouer!

On a le droit de se demander si le français de l’examen est vraiment pourri, comme le soutiennent des traducteurs qui l’ont lu ou même si c’est le niveau de français des étudiants qui a fait défaut. Il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une défaillance du système d’éducation qui devient une preuve sur laquelle pourraient s’accrocher des jeunes francophones indécis. C’est exactement le genre de choses auxquelles il faut s’attaquer pour éviter «l’exode langagière» des jeunes francophones.

Et le manque de ressources, pourquoi n’y a-t-il rien en français alors qu’on est voisin d’une province qui compte huit-millions de francophones? Ils ont des infirmières aussi! Ah... Le Québec n’a pas suivi le reste du Canada en 2015 dans l’implantation du nouveau test provenant des États-Unis. Ils ont fait leur propre truc, comme d’habitude.

C’est un peu comme se faire abandonner par son grand frère dans le milieu du magasin de jouets. Aucune aide du seul qui peut comprendre le piège dans lequel on se retrouve, entourés que nous sommes par tout ce qui veut abuser de notre curiosité enfantine.

Lu 1545 fois Dernière modification le mardi, 14 mars 2017 12:42
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Idées cadeaux du Nord 2017
    Nord de l’Ontario — À l’heure où le magasinage en ligne et l’achat local s’ancrent dans les habitudes des consommateurs et où la tendance de la déconsommation et le pouvoir d’achat se côtoient, comment s’en tirer indemne, dans le temps…
    Ecrit le vendredi, 08 décembre 2017 16:46
  • Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier
    Le Moulin à Fleur perdra sa caisse populaire de quartier Sudbury — La Caisse populaire Voyageurs a décidé de déménager son siège social situé dans le Moulin à Fleur, et d’autres services, vers le centre-ville de Sudbury. La conséquence : le centre de service Saint-Jean-de-Brébeuf sur l’avenue Notre-Dame fermera ses portes.…
    Ecrit le mercredi, 06 décembre 2017 12:36
  • Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord
    Pas d’inquiétudes pour les radios communautaires du Nord Hearst et Kapuskasing — L’annonce de la fermeture d’une radio communautaire en Alberta, la semaine dernière, est reçue avec empathie. Cependant, la réalité des deux radios communautaires du Nord ontarien ne s’apparente en rien à celle des neuf stations communautaires…
    Ecrit le jeudi, 30 novembre 2017 15:05
  • Earlton pourrait se retrouver sans épicerie
    Earlton pourrait se retrouver sans épicerie Earlton —Le Canton d’Armstrong pourrait se retrouver sans épicerie d’ici l’an prochain. Il y a quelques semaines, le propriétaire de l’épicerie Grocery King d’Earlton, Michel Maurice, a dévoilé son intention de vendre son entreprise, ce qui pourrait mener à la…
    Ecrit le mercredi, 29 novembre 2017 14:30
  • Mise en valeur des villes et villages francophones
    Mise en valeur des villes et villages francophones Ontario — L’Association française des municipalités de l’Ontario (AFMO) a récemment complété un répertoire des communautés franco-ontariennes à l’échelle de la province. Intitulé Notre Place, histoire de découvrir la francophonie en Ontario, le document a pour objectif de mettre en…
    Ecrit le vendredi, 24 novembre 2017 11:39
  • Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne
    Val Rita-Harty : La population devra s’engager pour qu'une coop fonctionne Val Rita-Harty — La population de Val Rita-Harty — et celle d’Opasatika — aimerait pouvoir se procurer des produits de base, des fruits et légumes, de la viande et des produits locaux dans sa communauté. Grande utilisatrice du seul supermarché…
    Ecrit le jeudi, 23 novembre 2017 13:53
  • «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte»
    «Je sens que le futur de tous les étudiants n’a pas été pris en compte» Ontario — Après cinq semaines de grève dans les collèges ontariens, le gouvernement de l’Ontario a adopté une loi dimanche pour le retour au travail des professeurs et le retour en classe des étudiants. Les cours ont repris mardi. La…
    Ecrit le mercredi, 22 novembre 2017 14:06

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login