FacebookTwitter
mercredi, 08 mars 2017 14:38

Les personnes âgées dans la ligne de mire des arnaqueurs

Écrit par 
Les personnes âgées dans la ligne de mire des arnaqueurs Photo : iStock
Sudbury — Le mois de mars est le mois de la prévention de la fraude. L’histoire de Gertrude, une Sudburoise qui a été victime en février d’une arnaque qui lui a fait perdre près de 10 000 $, est un bon exemple de la démarche stratégique des arnaqueurs, qui s’en prennent souvent aux personnes âgées.

Dans le cas de la Sudburoise de 76 ans, dont Le Voyageur a eu vent, l’arnaque a été initiée au téléphone. Gertrude, qui admet ne jamais avoir entendu parler d’une fraude commise par cette voie auparavant, indique que son manque de suspicion au départ a encouragé davantage ses arnaqueurs. «Leur stratégie, c’est d’établir un lien affectif avec la victime et, une fois que la confiance est gagnée, ils exécutent leur plan», dit-elle. La Sudburoise explique que les fraudeurs au bout du fil arrivaient à apaiser les doutes qu’elle manifestait par moments en se servant des informations sur sa vie personnelle, qu’elle leur avait fournies délibérément lors des premiers contacts.

Gertrude ajoute que les arnaqueurs l’appelaient nuit et jour pour s’assurer du statut des transactions financières qu’ils lui suggéraient de faire et lui rappeler les instructions à suivre, qu’elle n’était censée divulguer à personne.

Après s’être rendue à l’évidence, la victime exhorte surtout ses congénères à s’informer davantage des divers cas de fraude perpétrés actuellement. L’isolement dans lequel se tiennent ses pairs, à l’écart des nouvelles, les rend, comme l’affirme Gertrude, plus susceptibles de se faire prendre.

Des plaintes timides

L’enquêteur auprès des Services de police du Grand Sudbury (SPGS), Dan Zembrycki, appelle les personnes âgées à redoubler de vigilance. Selon lui, les victimes, qui éprouvent souvent un sentiment de honte après avoir découvert l’aspect frauduleux des transactions commises sciemment, sont réticentes à faire appel à la police, ce qui rend difficile l’arrestation des malfaiteurs. «Nous essayons d’encourager les gens à ne pas avoir peur et ne portons pas de jugement», indique-t-il.

L’agent Zembrycki conseille aux personnes âgées de faire preuve de prudence dans la rédaction de leur procuration. «La personne que l’on désigne pour prendre des décisions financières à notre place devrait être une personne en qui l’on a pleinement confiance. C’est notre bienêtre qui en dépend», avance-t-il.

Des sessions d’information sont menées régulièrement par les SPGS dans des établissements pour personnes âgées afin de conscientiser les résidents aux risques d’arnaque qu’ils pourraient rencontrer.

Les SPGS ont enregistré 460 cas de fraude de tous types confondus pendant l’année 2016, une hausse de 46 % par rapport aux 314 cas de l’année précédente.

Pour le directeur du Centre de formation et de perfectionnement du Grand Sudbury, Serge Ducharme, l’éducation et l’initiation formelle à l’autonomie sont d’une grande importance. «Ce qui arrive souvent, c’est que [certaines personnes âgées] font facilement confiance à tout le monde. Il ne faut pas encourager la méfiance générale non plus, mais les choses ont beaucoup changé avec le temps», déclare-t-il.

L’établissement qu’il dirige incorpore des modules de cybersécurité à son programme de formation destiné à rendre les personnes âgées plus autonomes.
Lu 1714 fois Dernière modification le mercredi, 08 mars 2017 14:44
Bienvenu Senga

Journaliste

Sudbury

705-673-3377, poste 6210

bienvenu.senga@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login