FacebookTwitter
vendredi, 17 février 2017 15:55

Chloé Thériault : une jeune humoriste émergente

Écrit par 
Chloé Thériault : une jeune humoriste émergente Photo : Courtoisie
Sudbury — L’étudiante en théâtre à l’Université Laurentienne, Chloé Thériault, présentera son spectacle humoristique, Le sac d’école, au Gala des rendez-vous de la francophonie à Toronto le 18 mars.

Le spectacle, deuxième création de Mme Thériault, relate l’expérience d’une jeune élève à l’école franco-ontarienne. «En réalité aujourd’hui, les élèves en ont ras-le-bol du discours de fierté de la langue française et c’est cela dont je parle dans mon spectacle», affirme la jeune humoriste. «Je veux aussi montrer qu’on ne doit pas arrêter de s’exprimer en français juste parce qu’on ne parle pas un français parfait», poursuit-elle.

À l’âge de sept ans, elle jouait au clown dans une compagnie de cirque familial. «C’est comme ça que j’ai vu que faire rire le monde, ça m’amusait beaucoup et que c’était cela que je voulais faire», explique-t-elle. Elle a ainsi commencé à prendre part aux pièces de théâtre de son école et aux spectacles communautaires dans la région de Barrie.

Aujourd’hui, à 20 ans, l’étudiante en théâtre, originaire d’Alliston dans le comté de Simcoe, compte à son actif deux spectacles qu’elle a entièrement écrits, mis en scène et interprétés. L’innocente, son premier monologue, décrit les aventures quotidiennes de Julianne Boivin, une jeune fille qui découvre timidement l’adolescence. Le spectacle a déjà été primé au Festival de Théâtre Sears de l’Ontario et au Southern Ontario Youth Theatre Festival en mai 2015.

Le sac d’école, qui était au départ une commande du Congrès de l’Association canadienne d’éducation de langue française (ACELF) de septembre 2015, a toutefois été retravaillé grâce à l’appui de professeurs et de conseillers dramaturgiques. «Je me suis décensurée et j’y ai ajouté beaucoup plus d’humour pour mieux faire passer mon message», confie Mme Thériault.

Même si la jeune humoriste déclare être motivée par les défis que pose la prestation solitaire sur scène, elle apprécie tout autant la convivialité du jeu collectif, une expérience qu’elle vient d’ailleurs de vivre lors de la 37e pièce communautaire du Théâtre du Nouvel-Ontario. «Les deux ont des aspects positifs. Je crois que j’aimerais trouver un juste milieu entre les deux», indique-t-elle.

Mme Thériault prévoit bientôt revisiter le personnage de Julianne Boivin dans le cadre de la conception d’un troisième spectacle. «Je veux cette fois-ci garder ça comique, mais la rendre plus critique de la société dans laquelle nous vivons et plus précisément du rôle qu’y occupe la femme», fait savoir la jeune comédienne.

Sans dévoiler de projets à long terme auxquels elle compte prendre part, Mme Thériault avance tout de même qu’elle aimerait emboiter le pas d’humoristes telles que Katherine Levac et «être reconnue comme femme franco-ontarienne qui a réussi à faire carrière en humour».

Le sac d’école sera aussi présenté le 17 février à Vancouver en marge du Rond-Point 2017, un rassemblement des partenaires en éducation de langue française de la Colombie-Britannique.

Lu 5347 fois Dernière modification le vendredi, 17 février 2017 15:58
Bienvenu Senga

Journaliste

Sudbury

705-673-3377, poste 6210

bienvenu.senga@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login