FacebookTwitter
jeudi, 02 février 2017 17:05

Une greffe en vue pour Marie-Ève Chainey?

Écrit par 
Marie-Ève Chainey en compétition lorsqu’elle était étudiante. Marie-Ève Chainey en compétition lorsqu’elle était étudiante. Photo : Archives d'Andréanne Joly
Ottawa — Marie-Ève Chainey avait une bonne nouvelle à partager avec ses proches le matin de Noël : la province finance pendant six mois les médicaments qui lui permettent de penser à une éventuelle greffe du rein qui la débarrassera du syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa). Autre chance : 48 heures après la prise de la première dose, elle ne ressentait aucun effet secondaire majeur.

Depuis que la maladie génétique s’est manifestée il y a 15 ans, la jeune femme originaire de Val Rita a traversé bien des épreuves et il lui a fallu plus d’un mois pour digérer la nouvelle de cette possibilité de greffe et la partager à ses proches.

«C’est un processus», dit-elle. Depuis des années, on lui laissait miroiter les possibilités de transplantation rénale et, même si elle travaillait à remplir les critères, elles tombaient à l’eau. «Je ne suis plus capable d’avoir ces nouvelles… Chaque fois, il faut expliquer. C’est jouer avec mes émotions et celles de ma famille.»

Depuis un an, son néphrologue lui conseillait même d’entreprendre des démarches pour trouver un donneur et elle hésitait à avancer. Cette fois, même si elle a une lettre du médecin en main, elle ne nourrit pas de faux espoirs.

Le médicament qu’elle a commencé à prendre la semaine dernière et qui coute 750 000 $ par année lui permet de préparer son système à recevoir un nouveau rein sans qu’il soit possiblement infecté à son tour par le SHUa. La subvention prévoit six mois de traitement, et Mme Chainey espère que le greffe aura lieu d’ici là, mais pas trop tôt, non plus.

En fait, elle a hâte de voyager sans être contrainte par la dialyse, mais elle sait qu’elle changera les symptômes du SHUa pour différentes contraintes. Elle troquera le sport pour le fromage et les voyages, qui lui manquent énormément. «Je vais me trouver un autre sport, mais je veux faire une dernière compétition.»

L’athlète a d’ailleurs trois choses à réaliser avant de penser à la greffe : «Avec le nouveau rein, je vais toujours avoir une bosse sur l’abdomen. Je veux faire une séance de photos, parce que je n’aurai plus jamais d’abdominaux», explique-t-elle. «Je veux faire une dernière compétition de saut en hauteur parce qu’il est possible que je ne sois plus capable de sauter après. Et je veux faire la course Alive for Strive pour avoir des bourses pour les participants pour l’année.»

La course Vivre ses défis lui a permis de remettre plus de 200 bourses à des personnes atteintes de maladies rénales et certains participants ont reçu des greffes depuis la première édition. Cette initiative qu’elle a lancée en 2011 se déroulera le 30 avril cette année.

Rappelons qu’il y a 15 ans, en plein séjour d’études et d’athlétisme, Marie-Ève Chainey était hospitalisée en Espagne. Son séjour en milieu hospitalier espagnol dura un mois, après quoi elle rentrait au Canada. En 2004, confinée à un fauteuil roulant, elle commençait la dialyse de nuit, qui lui a redonné la force nécessaire pour reprendre l’entrainement et même de participer à des compétitions provinciales et nationales de saut en hauteur. En 2013, après sept ans, elle obtenait un baccalauréat. 2017 sera-t-elle une autre année charnière?


Marie-Ève Chainey a reçu le Prix bâtisseur de la Ville d’Ottawa en mai 2015 pour ses efforts avec Alive for Strive.

Lu 1375 fois
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Drapeau franco-ontarien ou canadien devant les écoles?
    Drapeau franco-ontarien ou canadien devant les écoles? North Bay — Un homme de North Bay se dit mal à l’aise que l’école que fréquentent ses enfants, l’École Saints-Anges du Conseil scolaire catholique Franco-Nord (CSCFN) à North Bay, affiche seulement le drapeau franco-ontarien et non le drapeau canadien.…
    Ecrit le lundi, 15 janvier 2018 14:43
  • L’un des pères du drapeau franco-ontarien est décédé
    L’un des pères du drapeau franco-ontarien est décédé North Bay — La communauté francophone de l’Ontario est en deuil. Michel Dupuis, un des cocréateurs du drapeau franco-ontarien, s’est éteint à l’âge de 62 ans le 11 janvier. Depuis plus d’une quarantaine d’années, la communauté franco-ontarienne a adopté le symbole développé…
    Ecrit le vendredi, 12 janvier 2018 08:06
  • Bisson choisit Timmins
    Bisson choisit Timmins Kapuskasing — Gilles Bisson a choisi de mener sa 8e campagne électorale à Timmins. Il en a fait l’annonce jeudi matin à Kapuskasing. Puisqu’il a déjà remporté l’investiture néodémocrate de Timmins-Baie-James, la division de la circonscription lui permet de demeurer le…
    Ecrit le jeudi, 11 janvier 2018 14:31
  • Les femmes en province dominent le Palmarès Francopresse des personnalités influentes
    Francophonie canadienne —Les jurés ont fait leur choix : sept des dix lauréats sont des femmes, la plupart ayant marqué la vie française de leur province ou territoire en 2017. Ce 3e palmarès des personnalités influentes de la francophonie canadienne se…
    Ecrit le mercredi, 03 janvier 2018 14:08
  • Décès d’une ancienne conseillère du Grand Sudbury
    Décès d’une ancienne conseillère du Grand Sudbury Grand Sudbury — La femme d’affaires et politicienne Louise Portelance est décédée le 29 décembre à l’âge de 57 ans. Mme Portelance a été conseillère municipale et mairesse adjointe pendant de nombreuses années pour Vallée Est et le Grand Sudbury. Elle avait…
    Ecrit le mercredi, 03 janvier 2018 10:29
  • Le Corridor du Nord prêt pour la motoneige
    Le Corridor du Nord prêt pour la motoneige Nord de l'Ontario — Les motoneigistes du Corridor du Nord peuvent se réjouir : la saison est commencée depuis le début de la semaine. Pour l’association de motoneige régionale, on parle de 40 % des sentiers qui sont accessibles et le chiffre…
    Ecrit le vendredi, 22 décembre 2017 10:37
  • Il faudra attendre 2019 pour un nouvel édifice de La Ronde
    Il faudra attendre 2019 pour un nouvel édifice de La Ronde Timmins — Le conseil d’administration du Centre culturel La Ronde a pris la décision de mettre le projet de construction d’un nouveau centre sur la glace pour une période d’un an. Cette décision a été prise le 13 décembre afin de…
    Ecrit le mercredi, 20 décembre 2017 07:00

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login