FacebookTwitter
jeudi, 02 février 2017 17:05

Une greffe en vue pour Marie-Ève Chainey?

Écrit par 
Marie-Ève Chainey en compétition lorsqu’elle était étudiante. Marie-Ève Chainey en compétition lorsqu’elle était étudiante. Photo : Archives d'Andréanne Joly
Ottawa — Marie-Ève Chainey avait une bonne nouvelle à partager avec ses proches le matin de Noël : la province finance pendant six mois les médicaments qui lui permettent de penser à une éventuelle greffe du rein qui la débarrassera du syndrome hémolytique et urémique atypique (SHUa). Autre chance : 48 heures après la prise de la première dose, elle ne ressentait aucun effet secondaire majeur.

Depuis que la maladie génétique s’est manifestée il y a 15 ans, la jeune femme originaire de Val Rita a traversé bien des épreuves et il lui a fallu plus d’un mois pour digérer la nouvelle de cette possibilité de greffe et la partager à ses proches.

«C’est un processus», dit-elle. Depuis des années, on lui laissait miroiter les possibilités de transplantation rénale et, même si elle travaillait à remplir les critères, elles tombaient à l’eau. «Je ne suis plus capable d’avoir ces nouvelles… Chaque fois, il faut expliquer. C’est jouer avec mes émotions et celles de ma famille.»

Depuis un an, son néphrologue lui conseillait même d’entreprendre des démarches pour trouver un donneur et elle hésitait à avancer. Cette fois, même si elle a une lettre du médecin en main, elle ne nourrit pas de faux espoirs.

Le médicament qu’elle a commencé à prendre la semaine dernière et qui coute 750 000 $ par année lui permet de préparer son système à recevoir un nouveau rein sans qu’il soit possiblement infecté à son tour par le SHUa. La subvention prévoit six mois de traitement, et Mme Chainey espère que le greffe aura lieu d’ici là, mais pas trop tôt, non plus.

En fait, elle a hâte de voyager sans être contrainte par la dialyse, mais elle sait qu’elle changera les symptômes du SHUa pour différentes contraintes. Elle troquera le sport pour le fromage et les voyages, qui lui manquent énormément. «Je vais me trouver un autre sport, mais je veux faire une dernière compétition.»

L’athlète a d’ailleurs trois choses à réaliser avant de penser à la greffe : «Avec le nouveau rein, je vais toujours avoir une bosse sur l’abdomen. Je veux faire une séance de photos, parce que je n’aurai plus jamais d’abdominaux», explique-t-elle. «Je veux faire une dernière compétition de saut en hauteur parce qu’il est possible que je ne sois plus capable de sauter après. Et je veux faire la course Alive for Strive pour avoir des bourses pour les participants pour l’année.»

La course Vivre ses défis lui a permis de remettre plus de 200 bourses à des personnes atteintes de maladies rénales et certains participants ont reçu des greffes depuis la première édition. Cette initiative qu’elle a lancée en 2011 se déroulera le 30 avril cette année.

Rappelons qu’il y a 15 ans, en plein séjour d’études et d’athlétisme, Marie-Ève Chainey était hospitalisée en Espagne. Son séjour en milieu hospitalier espagnol dura un mois, après quoi elle rentrait au Canada. En 2004, confinée à un fauteuil roulant, elle commençait la dialyse de nuit, qui lui a redonné la force nécessaire pour reprendre l’entrainement et même de participer à des compétitions provinciales et nationales de saut en hauteur. En 2013, après sept ans, elle obtenait un baccalauréat. 2017 sera-t-elle une autre année charnière?


Marie-Ève Chainey a reçu le Prix bâtisseur de la Ville d’Ottawa en mai 2015 pour ses efforts avec Alive for Strive.

Lu 2074 fois
Andréanne Joly

Correspondante

Kapuskasing

andreanne.joly@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie
    Reconstruire la fierté des francophones de Sault-Ste-Marie Sault-Ste-Marie — Le Centre francophone de Sault-Ste-Marie (CFSSM) veut remettre l’accent sur la langue française dans cette ville de 75 000 résidents et tenter de rehausser la fierté de s’afficher parmi la communauté franco-ontarienne. L’organisme s’est fixé des objectifs clairs…
    Ecrit le mercredi, 19 septembre 2018 13:08
  • Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren
    Deux anciens maires s’affrontent à Markstay-Warren Markstay-Warren — Les électeurs de Markstay-Warren devront choisir entre deux candidats expérimentés le mois prochain pour choisir leur nouveau maire. Le maire sortant, Steve Salonin, veut privilégier la remise à neuf de plusieurs infrastructures routières de sa communauté tandis que…
    Ecrit le jeudi, 13 septembre 2018 16:16
  • Quand la maladie devient le centre d’une vie
    Quand la maladie devient le centre d’une vie Sudbury — Même si l’objectif a été atteint dans la campagne GoFundMe à son nom, Véronique Charbonneau n’en est pas à la fin de son combat contre la douleur chronique. Nous avons eu la chance de la contacter lors d’une…
    Ecrit le mercredi, 12 septembre 2018 13:00
  • Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron
    Élections municipales à Mattawan et Papineau-Cameron Papineau-Cameron — Le maire du Canton de Papineau-Cameron, Robert Corriveau, tentera de convaincre les électeurs de lui confier un huitième et dernier mandat à la tête de cette communauté à la porte d’entrée du Nord de l’Ontario. Une seule autre…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 18:31
  • Créer son emploi d’été
    Créer son emploi d’été Sudbury — Quatre jeunes francophones ont reçu l’aide du Centre régional des affaires (CRA) de Sudbury afin de démarrer et exploiter une petite entreprise au cours de l’été par l’entremise du programme Entreprise d’été de l’Ontario. Chacun a reçu une…
    Ecrit le jeudi, 06 septembre 2018 15:19
  • Changement de nom et dévoilement de la programmation du festival du conte de Sudbury
    Changement de nom et dévoilement de la programmation du festival du conte de Sudbury Sudbury — La deuxième édition du festival de contes de Sudbury portera un nouveau nom inspiré par le titre de la collection de livres publiée par le père Germain Lemieux : le festival Les Vieux m’ont conté. Du 9 au 14 octobre,…
    Ecrit le mercredi, 05 septembre 2018 14:00
  • Une rentrée incertaine à l’Université de Sudbury?
    Une rentrée incertaine à l’Université de Sudbury? Sudbury — Les négociations entre l’Université de Sudbury et l’Association des professeures et professeurs de l’Université Laurentienne (APPUL) sont arrêtées depuis le mois de juillet. Le syndicat rapporte que des progrès importants avaient été réalisés avant l’ajournement pour le mois…
    Ecrit le vendredi, 31 août 2018 12:35

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login