FacebookTwitter
mercredi, 25 janvier 2017 16:00

Les «maudites» assurances…

Écrit par 


Les «maudites» assurances…


L’achat d’un forfait voyage, qu’il soit ou non tout inclus, est pour la plupart des gens l’une des grosses dépenses de l’année. Malgré tout, plusieurs personnes prennent encore la décision de partir sans assurance.

Le mot «assurance» rime avec «méfiance» pour beaucoup d’entre nous. Dans le cas de l’assurance voyage, je ne connais aucun professionnel du voyage digne de ce nom qui vous recommanderait de partir sans. En fait, selon la loi en Ontario, l’agent de voyage ou le grossiste avec lequel vous faites affaire est obligé de vous offrir une couverture d’assurance annulation et médicale au moment de l’achat de votre forfait.

Frais médicaux

Un grand nombre de personnes pensent, à tort, que l’assurance médicale provinciale (OHIP) fonctionne à l’étranger. Même s’il est vrai que vous pourriez vous faire rembourser une partie des dépenses, vous devrez payer à votre sortie de l’hôpital et ensuite entamer les procédures pour vous faire rembourser. Et quand on doit se faire soigner à l’étranger, on apprécie encore plus notre système de santé. Dans certains pays, comme à Cuba, on peut vous demander, lors de votre arrivée au pays, de montrer votre preuve d’assurance. Votre carte OHIP n’est pas considérée comme une preuve.

Aussi, si vous êtes du genre à aimer la plongée sous-marine, l’escalade, le ski ou des sports qui pourraient être considérés comme extrêmes, assurez-vous que votre police d’assurance vous couvre en cas d’accident.

Annulation

Vous partez dans deux jours et subitement, votre enfant tombe malade, votre mère décède ou vous vous cassez la jambe? Si vous n’avez pas d’assurance annulation ou une protection contre l’annulation quelconque, vous risquez de perdre gros.

Selon le transporteur, des changements sont possibles entre 20 à 7 jours avant le départ. Ensuite, votre voyage devient 100 % non remboursable, non échangeable. Aussi, si vous désirez que quelqu’un d’autre prenne votre place, la plupart des grossistes et transporteurs n’acceptent plus de changer le nom d’un passager. Prendre note que pour tout changement à tout moment, les transporteurs/grossistes peuvent aussi charger des frais.

Interruption de voyage

Vous êtes à destination et votre enfant que vous avez laissé aux bons soins de grand-maman est hospitalisé… Si vous n’avez pas l’assurance Interruption de voyage, vous allez devoir payer de votre poche votre billet d’avion de retour. Le représentant à destination pourra vous aider à faire vos réservations, mais la compagnie aérienne ou le grossiste ne vous paiera pas ce billet d’avion.

On se dit souvent que ça n’arrive qu’aux autres, mais malheureusement, personne n’est à l’abri. Les transporteurs et les grossistes reçoivent des centaines d’appels par jour (je n’exagère pas) de gens qui n’ont pas d’assurance et qui sont dans une situation qu’ils n’ont pas prévu. Ils pleurent, ils crient, ils menacent, ils hurlent, mais ça ne change pas le fait que c’est la responsabilité du voyageur et non du voyagiste d’avoir une police d’assurance valide.

À la semaine prochaine!

PS : Les assurances voyage de cartes de crédit ne couvrent souvent que le détenteur de la carte, je vous conseille de vérifier les conditions générales de votre carte à ce propos.

Lu 2322 fois Dernière modification le mercredi, 25 janvier 2017 16:13

Actualité du Nord

  • Le jour du Souvenir vu par une ancienne militaire
    Le jour du Souvenir vu par une ancienne militaire Le Voyageur propose une rencontre avec Johanne Baril. Aujourd’hui résidante et mairesse de Val Rita, près de Kapuskasing, elle a été dans les Forces armées canadiennes pendant 12 ans. Pour elle, c’est un devoir de souligner le jour du Souvenir. Non…
    Ecrit le dimanche, 11 novembre 2018 10:11
  • Institut franco-ontarien : Un vent de renouveau
    Institut franco-ontarien : Un vent de renouveau Sudbury — Après un «creux» en raison d’un manque de financement, l’Institut franco-ontarien (IFO) reprend tranquillement et de façon plus soutenue ses activités de promotion de la recherche sur la francophonie ontarienne. Une nouvelle génération commence aussi à prendre sa…
    Ecrit le vendredi, 09 novembre 2018 15:00
  • Semaine de l'immigration francophone : Récit d’une intégration réussie
    Semaine de l'immigration francophone : Récit d’une intégration réussie Antoine Tine et l’intégration par la vie communautaire Hearst — Antoine Tine est arrivé à Kapuskasing en aout 2015, en pleine nuit. «J’avais hâte de voir la ville», se souvient-il. «Quand je me suis réveillé, je suis tout de suite…
    Ecrit le mercredi, 07 novembre 2018 15:01
  • Deux nouvelles initiatives à Sudbury pour l’immigration francophone
    Deux nouvelles initiatives à Sudbury pour l’immigration francophone Grand Sudbury — Deux nouveaux programmes pour améliorer l’accueil des immigrants francophones dans le Grand Sudbury ont été annoncés lors de la proclamation de la 6e Semaine de l’immigration francophone le vendredi 2 novembre. Il s’agit d’un projet pilote pour…
    Ecrit le mardi, 06 novembre 2018 16:02
  • Venir en aide aux Haïtiens, deux chaussures à la fois
    Venir en aide aux Haïtiens, deux chaussures à la fois North Bay — Une podo-orthésiste agréée de North Bay, Crystal Kaufman, tente pour une deuxième année consécutive de convaincre les résidents de sa communauté de donner leurs chaussures usagées au programme Soles4Souls. Cette initiative donne des souliers et des vêtements…
    Ecrit le jeudi, 01 novembre 2018 15:01
  • Le français en Louisiane : lu, vu, mais moins entendu
    Le français en Louisiane : lu, vu, mais moins entendu Louisiane — La langue et la culture française ont été des composantes importantes de l’histoire de l’état américain de la Louisiane. Cependant, tout comme les Franco-Ontariens, les francophones de cette région ont fait face à plusieurs défis qui les ont…
    Ecrit le vendredi, 26 octobre 2018 14:47
  • Que diriez-vous d’un assistant en santé mentale littéralement à portée de main?
    Que diriez-vous d’un assistant en santé mentale littéralement à portée de main? Sudbury — Deux francophones de Sudbury tentent de créer une intelligence artificielle qui pourra reconnaitre des problèmes de santé mentale et donner des conseils à son utilisateur. Randy Battochio et Yves Gervais ont fondé l’entreprise Mindgoat afin de mener à…
    Ecrit le mercredi, 24 octobre 2018 15:35

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login