FacebookTwitter
mercredi, 18 janvier 2017 06:00

Même après 30 ans...

Il faut que je vous raconte une histoire à dormir debout qui m’est arrivée en 2017, en Ontario. D’habitude, je n’écris pas d’éditoriaux commentant quelque chose qui me touche personnellement, mais cette histoire m’a tellement estomaqué qu’il faut que je vous la raconte. Et d’ailleurs, ça pourrait arriver à d’autres. En fait, ça arrive probablement plus souvent qu’on pense.

Vendredi dernier, un membre de la Commission des affaires municipales de l’Ontario m’a empêché de faire une présentation en français lors d’audiences de la Commission. David L. Lanthier (nom sur les documents de la Commission) a exigé que je fasse ma présentation en anglais sous prétexte qu’il ne comprend pas le français. Je ne suis peut-être pas un spécialiste des affaires municipales, mais je sais quand je me fais «enfirwaper» par une espèce de commissaire-juge malappris qui ne connait même pas les lois de l’Ontario. Loi sur les services en français, monsieur Lanthier?

Un peu de background. Je fais partie d’un groupe de citoyens opposés à un gros développement commercial dans notre quartier résidentiel. Le projet a été refusé par le comité de planification et par le conseil municipal du Grand Sudbury. Le promoteur en a donc appelé de cette décision devant la Commission des affaires municipales. Un membre de la Commission a tenu des audiences à ce sujet la semaine dernière, à Sudbury.

Comme j’ai manifesté mon opposition à ce projet dès le début de cette saga, j’étais habilité, selon la loi, à faire une présentation lors de ces audiences. Lors d’une préaudience, j’ai indiqué au groupe de citoyens que je prévoyais faire ma présentation en français. C’est ainsi que, sur les documents que j’ai par la suite reçus de la Commission — en anglais seulement —, on indiquait «Requires a French interpreter». La Commission nous demandait de lui soumettre un synopsis écrit de notre présentation avant les audiences. J’ai envoyé ce document en français. Jusqu’ici, pas de problème.

Je me suis donc présenté à la Commission vendredi matin ne prévoyant aucune difficulté. Après tout, il y a une Loi sur les services en français depuis 30 ans en Ontario. J’imaginais que le monsieur Lanthier en question comprenait peut-être le français ou, qu’au pis aller, il y aurait un interprète. Ben non. Le commissaire a refusé de me faire prêter serment comme c’est la coutume et d’entendre ma présentation. Lorsque je lui ai dit que son propre bureau avait inscrit que je voulais un interprète, il a juste répondu qu’il n’y en avait pas.

J’ai évidemment déposé une plainte au Commissariat aux services en français, mais je ne sais vraiment pas ce que ça va donner. Sauf que je sais ce qui devrait arriver. La Commission devrait me faire des excuses. Elle devrait me permettre de faire ma présentation en français, quitte à retarder le processus. Et elle devrait surtout déposer une note disciplinaire au dossier de Lanthier et ne jamais l’affecter à tenir des audiences dans une région désignée selon la Loi sur les services en français.

Lu 3435 fois Dernière modification le mardi, 17 janvier 2017 16:52
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Une nouvelle mairesse qui a ça dans le sang
    Une nouvelle mairesse qui a ça dans le sang East Ferris — Pauline Rochefort, conseillère et mairesse adjointe actuelle de la municipalité d’East Ferris, a remporté le poste de la mairie par acclamation. Le maire Bill Vrebosch a décidé de briguer un poste de conseiller municipal à North Bay…
    Ecrit le vendredi, 17 août 2018 15:39
  • La Place Richelieu est à vendre
    La Place Richelieu est à vendre Grand Sudbury — La Place Richelieu, un lieu de rassemblement pour les francophones depuis 1974, est à vendre. Le Club Richelieu Sudbury, propriétaire du terrain sur la route Vermillon Lake, a pris la décision de vendre lors de l’AGA d’avril…
    Ecrit le mercredi, 15 août 2018 14:39
  • Une utilisation trop facile de l'isolement pousse les prisonniers au bord du gouffre
    Une utilisation trop facile de l'isolement pousse les prisonniers au bord du gouffre Sudbury – Plusieurs problèmes persistent dans les prisons canadiennes, comme le trop petit nombre de gardiens, l’absence d’aide psychologique, le surpeuplement, etc. Chaque 10 aout, Jour de justice pour les prisonniers, la Société John Howard de Sudbury (SJHS) s’attaque spécifiquement à…
    Ecrit le mardi, 14 août 2018 14:46
  • Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche
    Échange culturel : Du Nord de l’Ontario à l’Autriche Ville — Jany Scherer, une élève de 12e année de l’École secondaire publique Écho du Nord de Kapuskasing, a été choisie pour participer au programme d’échange étudiant du Club Rotary pour la session d’été. Après avoir vécu avec une famille d’accueil…
    Ecrit le vendredi, 10 août 2018 15:39
  • Tout le monde est prêt, au cas où…
    Tout le monde est prêt, au cas où… Rivière des Français — L’alerte d’évacuation est toujours en vigueur pour une partie de la communauté d’Alban, et ce, malgré les progrès des pompiers forestiers qui ont presque terminé le périmètre de confinement du feu Parry Sound 33. Cet incendie…
    Ecrit le jeudi, 09 août 2018 10:33
  • Embellissement de Primeauville
    Embellissement de Primeauville Sudbury — Une murale peinte par des résidents du petit quartier de Sudbury connu sous le nom de Primeauville a été dévoilée le jeudi 26 juillet. Cette œuvre fait partie des efforts d’embellissement qui sont en cours dans cette section…
    Ecrit le vendredi, 03 août 2018 13:49
  • Claude Bouffard retire sa candidature à la mairie de la Rivière des Français
    Claude Bouffard retire sa candidature à la mairie de la Rivière des Français Rivière des Français — Celui qui a été maire de la Rivière des Français pendant 11 ans, Claude Bouffard, a décidé de ne pas solliciter un quatrième mandat. Après avoir d’abord déposé sa candidature, il a décidé de la retirer à…
    Ecrit le mercredi, 01 août 2018 14:00

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login