FacebookTwitter
jeudi, 22 décembre 2016 15:45

La Ronde : Démolition repoussée en raison de l’amiante

Écrit par 
Le Centre culturel La Ronde au 42, rue Moutjoy Nord Le Centre culturel La Ronde au 42, rue Moutjoy Nord Photo : Emilie Deschênes
Timmins — Une étude environnementale, exécutée à la demande du ministère de l’Environnement, a révélé que de l’amiante se trouve encore dans l’édifice du Centre Culture La Ronde. Cette découverte a retardé la démolition que les responsables prévoyaient commencer avant le temps des Fêtes.

Quatre entrepreneurs locaux avaient présenté une soumission et le processus allait bon train, mais l’étude démontrerait bien que la substance nocive n’aurait pas complètement été retirée au printemps dernier.

«Les entrepreneurs n’ont qu’à retirer l’amiante qui reste. L’amiante avait déjà été enlevé, mais il en restait encore. Alors, les devis vont changer», indique Ludger Cloutier, consultant pour la démolition et la construction de l’édifice du Centre. «On peut donc compter trois ou quatre jours de plus [pour la démolition]», indique M. Cloutier.

Les entrepreneurs ont été appelés à faire l’examen de l’étude environnementale, à analyser l’ampleur des travaux et à ajuster leur devis en conséquence.

«Il y a deux semaines, les entrepreneurs ont reçu l’étude finale concernant l’amiante. On voudrait avoir les prix complets avant la fin de l’année pour pouvoir prendre une décision, probablement le 3 ou le 4 janvier 2017, si tout va bien», souligne M. Cloutier.

Dès que les devis seront reçus, on procèdera à la sélection d’un candidat et le feu vert sera donné. «Présentement, l’édifice est vide. Il ne reste plus rien à part le recyclage», précise M. Cloutier. Une fois le contrat accordé, c’est l’entrepreneur qui prendra les devants. Pour la démolition, une somme se situant entre 150 000 et 250 000 $ est à prévoir.

«J’ai déjà parlé avec l’inspecteur de l’édifice et aussitôt qu’on sait avec quel entrepreneur on fera affaires, on ouvrira le permis. Parce qu’un plan des ingénieurs sera nécessaire pour montrer à la Ville de quelle façon ils vont le détruire. Ça, ça ne prend pas de temps. S’ils ont les plans, ils vont nous donner un permis le lendemain», explique le consultant. «Pour la fermeture des rues, ce sera fait auprès du service d’ingénierie de la Ville», poursuit-il. «On trouve que c’est long; on pensait que ça irait beaucoup plus vite. Mais quand le ministère s’implique, on n’a pas le choix de suivre les règlements.»

Selon Ludger Cloutier, en janvier 2017, les projets de démolition devraient s’enclencher pour ensuite se concentrer sur la nouvelle construction.

Lu 2318 fois Dernière modification le jeudi, 22 décembre 2016 15:45
Émilie Deschênes

Correspondante

Timmins

emilie@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login