FacebookTwitter
jeudi, 17 novembre 2016 17:25

Te... Ti... Témisc... kaming... gue ?

Écrit par 
Témiskaming — Lorsqu’une personne cherche le nom d’une ville ou d’une région dans son moteur de recherche préféré, elle n’a qu’à se souvenir comment épeler le nom de l’endroit en question. Par contre, si la région concernée longe la rivière des Outaouais, est entourées par plusieurs communautés sur le rivage d’un gros lac situé entre deux juridictions (l’Ontario et le Québec), le chercheur va vite constater que les gens ont différentes épellations pour définir ce même coin de pays. Les résidents ont cinq façons d’écrire le mot «Témiscaming».

Le nom Témiskaming provient de langue algonquine, soit du mot Temi (profond) et Kami (une étendue d’eau libre).


Témiscaming : ville de 2 385 résidents au Québec
Témiscamingue : municipalité régionale de comté et circonscription électorale au Québec
Temiskaming Shores : ville de 10 400 résidents en Ontario
Témiskaming : épellation qu’empruntent certains organismes francophones en Ontario
Timiskaming : district et circonscription électorale en Ontario et nom d’une Première Nation au Québec


L’agent de développement communautaire de l’Association canadienne-française de l’Ontario (ACFO) du Témiskaming, Jean-Claude Carrière, explique que les premiers explorateurs français se sont servis d’une épellation plutôt unique pour identifier la région. «Le premier français a épelé Thémiskamingue — avec un H après le T, un K et GUE à la fin. Cette personne aurait visité la région dans les années 1600. Rappelons aussi que dans la langue algonquine, on peut prononcer le nom de deux façons, soit avec le TEM ou le TIM.»

Jusqu’au début du XXe siècle, les résidents de cette région nord-ontarienne ont écrit ce nom avec un TE, peu importe la langue parlée. À l’époque, certaines sociétés de la couronne, dont la Temiskaming & Northern Ontario Railway (le prédécesseur de la Commission de transport Ontario Northland), ont emprunté cette épellation traditionnelle. Mais avec diverses interprétations du nom de la région, une erreur administrative s’est produite au sein du gouvernement provincial pendant les années 1920, ce qui a mené au changement involontaire de l’épellation.

«Il y a eu une controverse [dans la région] lorsqu’une personne qui travaillait au gouvernement a écrit [par erreur] le nom avec un TI», souligne une entrepreneure de la région, Nicole Guertin. «Depuis ce temps, on réfère à Timiskaming (avec un I) lors des élections ou pour identifier les comtés. Plusieurs agences gouvernementales comme le bureau de santé de Timiskaming se servent aussi de cette épellation», révèle-t-elle.

Plusieurs journaux locaux ont rapporté en 2010 que le député provincial de Timiskaming-Cochrane à l’époque, David Ramsey, a proposé un référendum par la poste aux résidents de sa circonscription pour déterminer leur intérêt à corriger le nom officiel dans le registre de la province. Selon le journal Northern News du 3 mars de cette même année, 82 % des répondants, soit un peu plus de 2 800, ont tranché en faveur du retour du nom Temiskaming. Par contre, aucune action a été prise depuis.

Entre temps, les nouveaux arrivants dans le Témiskaming ontarien apprennent comment identifier laquelle des épellations ils doivent utiliser pour bien s’intégrer dans la communauté.

Mme Guertin, propriétaire d’un gite touristique, précise qu’elle a vécu des maux de tête lorsqu’elle a voulu préparer des dépliants. «Quand on est arrivé dans la région, on voulait faire de la promotion [pour notre entreprise]. Nous avons imprimé quelque chose et j’ai écrit le nom Temiskaming, avec un E. Je me suis dirigé vers l’imprimeur et en passant, je vois Timiskaming avec un I. Je me suis dit “ah non! j’ai fait une erreur”. Je suis revenue chez l’imprimeur avec un I dans ce nom. Il y a alors quelqu’un qui m’a signalé que ce n’était pas de cette façon qu’on devait l’écrire», raconte-t-elle. «Alors, ce n’est vraiment pas évident pour quelqu’un qui arrive dans le coin ou au niveau touristique.»

Lu 2524 fois Dernière modification le jeudi, 17 novembre 2016 17:37
Éric Boutilier

Correspondant

North Bay et Nipissing

Sports

eric.boutilier@levoyageur.ca

Actualité du Nord

  • L’Ontario francophone dans 10 ans
    L’Ontario francophone dans 10 ans Ontario — Le Commissariat aux services en français de l’Ontario (CSF) a choisi de regarder vers l’avenir pour son Rapport annuel 2017-2018. La première partie du rapport fait l’analyse de la population francophone de l’Ontario par le biais des plus…
    Ecrit le mercredi, 18 juillet 2018 17:01
  • À la recherche de gens qui désirent sortir de la pauvreté
    À la recherche de gens qui désirent sortir de la pauvreté Sudbury — Le programme Cercles est à la recherche de bénévoles et des leadeurs pour l’avancement de ses projets communautaires. Lancé en février 2018 dans le Grand Sudbury, le programme a pour objectif d’aider les personnes à sortir de la…
    Ecrit le mercredi, 18 juillet 2018 13:54
  • Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée
    Satisfaire sa curiosité et sa dent sucrée North Bay — Kiku Ng, bientôt une élève de la 12e année de l’École secondaire catholique Algonquin, a décidé de combiner sa passion pour les bonbons et sa culture en démarrant son propre commerce. Avec l’aide d’une bourse de 3000 $ du…
    Ecrit le vendredi, 13 juillet 2018 16:10
  • Si vous allez à l’urgence, apportez une collation
    Si vous allez à l’urgence, apportez une collation Sudbury — Les médecins Hospitalistes — spécialistes des interventions d’urgence et des patients orphelins — sont inquiets du manque d’intérêt et d’empathie de la direction d’Horizon Santé Nord (HSN) par rapport à leur travail et leurs patients. Malgré les fonds…
    Ecrit le mercredi, 11 juillet 2018 16:13
  • Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux
    Les aidants naturels des anciens combattants ne sont pas tous égaux Sudbury — Jenny Migneault dénonce depuis plusieurs années le manque d’appui du gouvernement canadien pour les aidants naturels des anciens combattants souffrant d’un syndrome de stress posttraumatique (SSPT). Avec son conjoint, Orlando Fantini, elle parcourt présentement l’ouest du Canada afin…
    Ecrit le mardi, 10 juillet 2018 15:42
  • 20 ans de popote
    20 ans de popote Sudbury — Les trois dames qui préparaient les bons repas du Centre de santé communautaire du Grand Sudbury (CSCGS) depuis plusieurs années, Cécile Levac, Irène McLaughlin et Roxanne Blais, ont décidé de prendre leur retraite en même temps. Le diner…
    Ecrit le vendredi, 06 juillet 2018 16:38
  • La communauté semble favorable à une COOP à Earlton
    La communauté semble favorable à une COOP à Earlton Sudbury — Les premières réactions des participants à une rencontre d’information semblent favorables à la création d’une coopérative alimentaire à Earlton après la fermeture il y a deux semaines de la seule épicerie, Earlton Grocery King, qui desservait toute cette…
    Ecrit le vendredi, 29 juin 2018 11:39

RokStories

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login