FacebookTwitter
mardi, 11 octobre 2016 15:00

Les émotions qui font voyager : Rearview au TNO

Écrit par 
Ryan Demers Ryan Demers Photo et vidéo : Priscilla Pilon
Sudbury — La pièce Rearview est l’occasion de plusieurs premières. Premier gros rôle pour le comédien sudburois Ryan Demers et son premier spectacle solo, première coproduction entre le Théâtre du Nouvel-Ontario (TNO) et le Sudbury Theater Center (STC) à l’occasion de leur 45e anniversaire respectif et première fois que cette pièce sera montée en anglais.

Rearview suit le road-trip de Guy, un homme de 27 ans de Montréal, qui se sauve en voiture lorsqu’il a l’impression d’avoir perdu le contrôle de sa vie. «Il bat un gars qui le regardait comme s’il était un loser, parce que ce regard le rongeait en dedans, il l’a juste battu, embarqué dans son char et il a black-out», explique Ryan Demers. On retrouve Guy à Pembroke, où il essaie de comprendre ce qu’il a fait et pourquoi en poursuivant sa route vers Sudbury, destination du pouceux qu’il a embarqué.

La directrice artistique du TNO, Geneviève Pineault, souligne que même si plusieurs scènes sont censées se passer dans la voiture, ils ont plutôt voulu illustrer le voyage émotif de Guy. Le décor est inspiré par la chambre de motel où il arrête pour dormir, «mais tout le décor est fait de différentes teintes de noir, parce que même le personnage ne sait pas vraiment où il est et où il s’en va et il conduit la nuit, on n’est pas trop ancré dans le réalisme de la chambre de motel», décrit-elle.

«On voit plus le trajet émotionnel du personnage au lieu du trajet physique. Le texte est tellement beau et on lui fait confiance pour faire passer les images et l’histoire», renchérit M. Demers.

Mme Pineault croit que la formation de clown de M. Demers lui donne un avantage pour imager physiquement le voyage de Guy en utilisant le décor. Ils ont fait appel à une chorégraphe de Sudbury, Lauren Foy, pour donner un coup de main avec les mouvements.

«Après un bloc de répétition, j’ai mal, parce que c’est très physique, mais c’est aussi demandant du côté cérébral. Je me sens comme si je m’entrainais pour un sport», ajoute M. Demers. De plus, il a déjà commencé à apprendre la version anglaise de la pièce pour le STC.

«Je n’ai jamais vraiment connu une rage comme ça, mais je connais c’est quoi avoir une crise identitaire et choisir d’être soi-même», avance le comédien pour expliquer sa proximité avec le personnage. «Tout le monde peut vivre ou avoir vécu le genre de questionnement de Guy, pour sa carrière, sa famille, etc. Je pense que ce thème là va résonner auprès des gens», poursuit-il.



Le bon moment

La directrice artistique raconte que la première fois que la pièce a été créée par la Troupe du Jour à Saskatoon, leur directeur artistique, Denis Rouleau, avait approché le TNO pour la coproduire. «Je lui avais dit “j’adore la pièce, mais c’est votre bébé, gardez-le”», se rappelle-t-elle. Ce n’est qu’en discutant de la possibilité de faire un projet commun avec le STC que Mme Pineault s’est souvenue de Rearview. «En plus, Gilles [Poulin-Denis] venait de me dire qu’il travaillait à traduire la pièce», mentionne-t-elle.

Rearview a été écrit par Gilles Poulin-Denis et la direction artistique est assurée par Genviève Pineault et Caleb Marshall du STC. La pièce sera au TNO du 13 au 22 octobre et en version anglaise au STC du 3 au 9 novembre.

Lu 2372 fois Dernière modification le mardi, 11 octobre 2016 15:25
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca

Actualité du Nord

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login