Imprimer cette page
mardi, 27 septembre 2016 14:39

La programmation est le super pouvoir de notre époque

Écrit par 


La programmation est le super pouvoir de notre époque


Sudbury — Angel Charette croit que la programmation informatique est un domaine qui peut plaire aux femmes, même si elles y sont présentement largement minoritaires. Le temps où on les décourageait d’entreprendre une carrière en programmation est révolu, grâce en parti à Ladies Learning to Code (LLC), qui tante justement de renverser cette tendance.

Ceux qui connaissent les histoires de harcèlement visant les femmes qui travaillent dans le domaine du jeu vidéo savent que les mentalités doivent changer.

Mme Charette était l’une des mentors de l’atelier tenu par Ladies Learning to Code le 24 septembre. Cette graphiste franco-ontarienne a une passion pour la programmation. Elle dit avoir eu la piqure au début de son secondaire. «On faisait du HTML sur Notepad. Il fallait tout connaitre par cœur. Mais j’ai su tout de suite que c’est quelque chose que je voulais faire».

Elle a depuis appris les langages HTML, CSS et JavaScript, tous associés à la programmation web. En l’écoutant parler de la beauté du code CSS et de ce qu’il permet d’accomplir sur le web avec de la joie dans la voix, on comprend vite qu’elle a trouvé ce qui l’allume.


Angel Charette (debout) donne quelques conseils à Holly Robin pendant l’atelier Ladies Learning to Code.

Montée des femmes et des jeunes

Mme Charette concède que la programmation est un univers occupé principalement par des hommes, mais que ce n’est pas aussi homogène qu’on pourrait le croire. «Avant Ladies Learning Code, je connaissais peut-être une ou deux femmes qui faisaient de la programmation, mais en seulement un an de bénévolat avec eux, c’est incroyable le nombre de femmes que je découvre qui savent programmer», lance-t-elle.

Elle ne croit pas que les femmes sont moins intéressées par la programmation. Son expérience tend plutôt à démontrer qu’on les a, par le passé, découragées de suivre cette voie. «Quand j’ai commencé [au secondaire], on était deux filles dans une classe de 30 et on s’est fait dire qu’on ne pourrait pas avoir une carrière dans ce domaine, que ce n’était pas pour nous», se rappelle-t-elle.

«C’est ce que j’aime avec Ladies Learning Code, ils contribuent à briser ce découragement. C’est pour tout le monde, pas juste pour les hommes. Ça ne devrait même pas être une compétition», poursuit-elle.

«La programmation est l’un des super pouvoirs de notre époque, nous devrions tous y avoir accès également», illustre la programmeuse. Elle appuie LLC parce qu’elles croient que les compétences techniques sont un outil de développement personnel.

Son engagement au sein de l’organisme lui a aussi permis de constater que les jeunes s’intéressent de plus en plus à la programmation. «C’est comme leur donner du chocolat, ils sont excités, ils s’amusent et ils veulent en savoir plus», dit-elle, en précisant que c’est le cas autant chez les filles que chez les garçons.

Elle est également heureuse de constater que la mentalité semble déjà différente pour ses deux filles qui fréquentent l’École publique Jean-Éthier-Blais. «L’informatique est de plus en plus normale à l’école et ils [n’associent plus un sexe avec une profession]», constate Mme Charette.

La nouvelle norme

«De nos jours, il y a beaucoup d’applications et de jeux, et tout ça a besoin d’être programmé par quelqu’un pour que ça fonctionne correctement», commence-t-elle. Elle croit que la croissance des technologies va se poursuivre et que le besoin de programmeurs continuera de grandir. Elle est également heureuse de constater que l’école suit également cette tendance. «Ils montrent déjà que la technologie est un ami, que ce n’est pas quelque chose de méchant, tout en mettant la sécurité en priorité.»

Mme Charette est responsable de la conception graphique et des médias sociaux à la Chambre de commerce du Grand Sudbury. Elle et son époux, Patrick, ont également une entreprise de design graphique basée à Capréol, Charette Design Studio. C’est elle qui est responsable de la programmation des sites internet qu’ils conçoivent ou modifient.

Lu 1690 fois
Julien Cayouette

Directeur de l'information

705-673-3377, poste 6209 ou sans frais : 1-866-926-3997

levoyageur@levoyageur.ca