FacebookTwitter
mercredi, 14 septembre 2016 06:00

Comment accoucher d’une souris

Tout ça pour ça? Voilà la question qui se pose au lendemain du discours du Trône dévoilé lundi par la lieutenant-gouverneure de l’Ontario, Elizabeth Dowdeswell. Ce n’est pas la faute de l’honorable Dowdeswell, mais plutôt celle du gouvernement de Kathleen Wynne qui a accouché d’une souris. Et même pas d’une crotte de souris pour les Franco-Ontariens.

Le tout a commencé jeudi dernier, lorsque la première ministre Kathleen Wynne a demandé à la lieutenant-gouverneure de proroger la législature ontarienne. Cela lui permettait de mettre fin à la première session de la 41e législature de l’Ontario et de redémarrer son agenda politique en présentant de nouvelles initiatives dans un discours du Trône. Mais cela faisait aussi mourir tous les projets de loi qui faisaient leur petit bonhomme de chemin devant nos parlementaires. Entre autres, un projet de loi privé de la députée néodémocrate de Nickel Belt, France Gélinas, sur la création d’une université franco-ontarienne.

Or, le discours du Trône ne comporte pas grand-chose qui frappe l’imaginaire des Ontariens. Il y a bien sûr les choses auxquelles on s’attendait : l’élimination de la taxe provinciale (8 % ou 130 $ par année en moyenne) sur nos factures d’électricité; une diminution encore plus importante (40 % ou 540 $ par année en moyenne) des couts d’électricité pour les résidents ruraux; 100 000 nouvelles places en garderie d’ici cinq ans; en éducation, un effort pour rehausser les scores de nos élèves en mathématiques et le développement de nouveaux programmes de métiers; finalement, en santé, la réduction du temps d’attente pour voir un spécialiste.

La souris est bien petite. Mais ce qui est encore plus important, c’est ce qu’il n’y a pas dans ce discours : absolument rien, nada, niet, nothing pour les Franco-Ontariens. Bien sûr, nous bénéficierons des mêmes avantages que tous les autres Ontariens — wow, une économie de 130 $, je cours réserver mes vacances d’hiver dans le sud. Peut-être pourrais-je même réduire le chauffage pendant que je serai parti pour épargner quelques sous de plus. J’espère que mon spécialiste ne me «bookera» pas un rendez-vous cette semaine-là.

Les Franco-Ontariens ont pourtant des demandes bien précises pour ce gouvernement : la création d’une université franco-ontarienne et la refonte de la Loi sur les Services en français. Deux sujets qui pourraient augmenter notre participation active à l’économie et à la société ontarienne. Mais non, le gouvernement Wynne nous présente un plan purement électoraliste qui tente d’éliminer quelques doléances qui pourraient lui nuire lors de la prochaine élection. Il ne lui est jamais venu à l’esprit que les Ontariens veulent un gouvernement innovateur, qui pense aux générations futures.

La seule note positive dans tout ce brouhaha est que la députée Gélinas a promis de faire son possible pour représenter son projet de loi sur la création d’une université franco-ontarienne d’ici le 25 septembre, Journée des Franco-Ontariens. Go, France, go!

Lu 2508 fois Dernière modification le mardi, 13 septembre 2016 14:17
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Fermeture de la paroisse de L’Annonciation
    Fermeture de la paroisse de L’Annonciation Sudbury — Certains paroissiens de L’Annonciation sont toujours indécis quant à la paroisse qu’ils fréquenteront après la fermeture de leur paroisse le 29 juillet. Le 3 juin, le diocèse de Sault-Ste-Marie annonçait l’intégration de cette paroisse créée en 1953 à la paroisse…
    Ecrit le mercredi, 17 juillet 2019 09:40
  • Départ des Filles de la Sagesse
    Départ des Filles de la Sagesse Sudbury — La congrégation religieuse des Filles de la Sagesse a définitivement quitté le diocèse de Sault-Ste-Marie en juin. Les deux sœurs membres qui demeuraient à Sudbury ont pris leur retraite et ont maintenant élu résidence à la maison mère…
    Ecrit le mardi, 16 juillet 2019 10:29
  • Bientôt à la recherche de pouces verts
    Bientôt à la recherche de pouces verts Opasatika — Une nouvelle ferme agricole hydroponique commence à prendre de la verdure dans les anciens locaux de la ferme Curé Noël à Opasatika. Le projet du propriétaire de Truly Northern, Stéphane Lanteigne, et son partenaire, Jeremy Gillanders, pourrait ouvrir…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:34
  • La communauté répond à l’appel du CIFS
    La communauté répond à l’appel du CIFS Sudbury — Le Contact interculturel francophone de Sudbury (CIFS) continue sa reconstruction et le niveau d’optimisme de ses dirigeants semble être à son plus haut niveau depuis plusieurs années. Des démarches ont entre autres déjà été entreprises auprès du gouvernement…
    Ecrit le jeudi, 11 juillet 2019 10:11
  • Un affrontement amical pour le bien des enfants
    Un affrontement amical pour le bien des enfants Sudbury — Le quatrième affrontement entre les joueurs de la Ligue nationale de hockey (LNH) et les médecins du Grand Sudbury aura lieu le 11 aout à 14 h à l’aréna de Sudbury. Les profits du match seront remis à la Fondation…
    Ecrit le mercredi, 10 juillet 2019 17:09
  • 22e Semaine de la Fierté
    22e Semaine de la Fierté Sudbury — La 22e Semaine de la Fierté de Sudbury aura lieu du 8 au 14 juillet. Encore cette année, le nombre d’activités semble s’être multiplié avec des discussions, des ateliers d’art, des spectacles, du yoga, un match de roller derby et…
    Ecrit le jeudi, 04 juillet 2019 09:54
  • Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie
    Une année historique pour l’École secondaire catholique Ste-Marie New Liskeard — L’École secondaire catholique Ste-Marie de New Liskeard fêtera bientôt sa cinquantième année d’existence. Du 2 au 4 aout, les anciens Apollos vont se rassembler à l’école et ailleurs dans la communauté pour prendre part aux célébrations du…
    Ecrit le mercredi, 03 juillet 2019 14:05

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login