FacebookTwitter
mercredi, 31 août 2016 06:00

H2O

De tout temps, l’eau a été une pomme de discorde pour l’être humain. L’histoire regorge de guerres déclenchées pour sécuriser un accès à de l’eau. Avec les changements climatiques que nous vivons, l’eau deviendra encore plus recherchée et alimentera encore plus d’escarmouches. Une récente nouvelle émanant du Sud de l’Ontario démontre bien que le Canada est déjà impliqué dans de telles batailles et que nos gouvernements doivent défendre nos intérêts.

Le Canada est un des pays les plus riches en eau potable. Non seulement jouissons-nous de nombreux lacs, ruisseaux, étangs et rivières, mais nous avons aussi beaucoup d’eau sous la surface. C’est cette eau contenue dans la nappe phréatique qui est en cause dans la région de Aberfoyle, dans le Sud de la province. Et la guerre des résidents n’est pas avec un pays étranger, mais avec une multinationale de l’eau et de l’agroalimentaire, Nestlé, et avec le gouvernement ontarien. Oui, oui, vous avez bien lu, avec un gouvernement qui est censé protéger nos avoirs.

L’histoire d’Aberfoyle est assez simple. Nestlé y a construit une grosse usine d’embouteillage près d’un puits local et a un permis du gouvernement ontarien pour en extraire l’eau. Le site web du gouvernement indique que Nestlé a neuf permis en Ontario lui permettant de pomper 20 millions de litres d’eau par jour. Le permis de Nestlé à Aberfoyle est échu depuis le 31 juillet, mais le ministère de l’Environnement a décidé, sans consultation, de le prolonger. Les résidents, aux prises avec une sècheresse, veulent que le gouvernement réduise la prise d’eau de Nestlé.

Mais ce n’est pas cette histoire commune de résidents versus une grosse entreprise qui est le plus important, c’est ce qu’elle nous apprend. On apprend, par exemple, qu’un permis ontarien coute 700 $, mais que si l’exploitation d’embouteillage peut causer des dommages environnementaux, une compagnie peut en obtenir un quand même en payant 3 000 $. On apprend aussi que Nestlé ne paye qu’une redevance gouvernementale ridicule de 3,71 $ pour chaque million de litres d’eau qu’elle extrait.

En Colombie-Britannique, c’est encore pire. Les sociétés d’embouteillage ne payent que 2,25 $ par million de litres. On apprend qu’à part Nestlé, trois autres grandes sociétés d’embouteillage extraient quelque 16,5 millions de litres d’eau à tous les jours en Ontario. Et qu’en tout, la province gère 6 000 permis d’eau pour extraire plus d’un billion et demi de litres d’eau par jour. En passant, en français un billion c’est «one trillion» en anglais.

De ces 6 000 permis, plusieurs ont été émis à des petits embouteilleurs, des municipalités ou des agriculteurs. Ce n’est pas les petits embouteilleurs comme Jennica Springs ou French River Springs dans la région de Sudbury qui me causent problème. Ni les municipalités qui fournissent de l’eau à des millions de résidents, ni les agriculteurs qui nous nourrissent. Mais quand des multinationales aux profits faramineux ne payent que 3,71 $ pour embouteiller et nous revendre un million de litres de NOTRE eau, je considère ça du vol. Pur et simple.

Et quand nos gouvernements adoptent des politiques qui permettent aux sociétés de faire ça, je considère ça de la complicité criminelle. Voilà!

Lu 1336 fois Dernière modification le mardi, 30 août 2016 14:49
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Billochet du jongleur 2017 remis à Jean-Pierre Pichette
    Billochet du jongleur 2017 remis à Jean-Pierre Pichette Sudbury — Le professeur à la retraite Jean-Pierre Pichette est le 16e récipiendaire du Billochet du jongleur, prix remis annuellement par le Centre franco-ontarien de folklore (CFOF). M. Pichette a été professeur au département de folklore et ethnologie de l’Université de…
    Ecrit le mardi, 20 février 2018 14:39
  • Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple
    Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple Ontario —La pénurie d’enseignants francophones a gagné le Nord de la province. Le gouvernement a commencé à mettre en place des stratégies de promotion et de recrutement, mais les intervenants en éducation soulignent que les deux années nécessaires à l’obtention…
    Ecrit le mercredi, 14 février 2018 14:59
  • Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan
    Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan Sudbury — Les questions francophones et autochtones ont pris pratiquement toute la place lors d'une discussion ouverte entre la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, et les étudiants de l'Université Laurentienne lundi dernier. On a pu entre autres entendre la…
    Ecrit le lundi, 12 février 2018 15:57
  • Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février
    Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février Mise à jour Sudbury — L’horaire du passage à Sudbury de la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, est maintenant connu. Accompagnée par le député de Sudbury et ministre de l’Énergie, Glenn Thibault, elle visitera les trois institutions postsecondaires du…
    Ecrit le dimanche, 11 février 2018 16:00
  • Un toit pour la patinoire de Field
    Un toit pour la patinoire de Field Field — Dans le cadre de l’ouverture officielle du Carnaval de Field jeudi, les dirigeants de la Caisse populaire Alliance et la Municipalité de Nipissing Ouest ont conjointement annoncé un financement d'un projet de construction d’un toit pour la patinoire…
    Ecrit le vendredi, 09 février 2018 09:32
  • Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale
    Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale Ontario — Le 1er janvier 2018, le salaire minimum a bondi de 11,60 $ de l’heure à 14 $. Alors que certains petits commerces sont déjà touchés négativement par cette hausse, des organismes appréhendent plutôt la hausse à 15 $ le 1er janvier 2019. Le Voyageur…
    Ecrit le lundi, 05 février 2018 14:30
  • Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada
    Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada TimminsAlexya Racicot, élève de 12e année de l’École secondaire catholique Thériault, est la seule ambassadrice du Youth Advisory Board (YAB) de D.A.R.E. America au Canada depuis 2017. Le projet qu’elle a conçu après une conférence à Hawaï en mars est l’un…
    Ecrit le mercredi, 31 janvier 2018 22:30

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login