FacebookTwitter
mercredi, 01 juin 2016 06:00

Immersion et pays bilingue

Le Canada a deux langues officielles depuis bientôt 50 ans, mais la plupart de ses habitants n’en ont qu’une. Or, depuis quelques années, certains conseils scolaires veulent perpétuer cet état de choses en freinant l’essor des écoles d’immersion. Tout ça pour protéger le droit à l’éducation unilingue de parents-têtes-de-pioche qui n’ont pas encore compris l’avantage de posséder plus d’une langue.

La seule façon d’avoir un vrai pays bilingue, c’est d’avoir une population majoritairement bilingue. Et la seule façon d’avoir une population bilingue, c’est de s’assurer que tous les diplômés de nos écoles primaires et secondaires comprennent et parlent l’anglais et le français. Pourtant, jusqu’à présent, aucun gouvernement n’a eu l’instinct visionnaire d’imposer cet objectif à son système d’éducation. La seule solution dont disposent actuellement les parents et les conseils scolaires qui veulent «bilinguiser» leurs enfants, c’est l’école d’immersion. Mais voilà que même cette arme d’instruction non massive est maintenant en péril.

En fait, c’est le succès de ces écoles qui fait peur. En Ontario, les inscriptions aux écoles d’immersion ont connu une hausse de 32 % depuis cinq ans. En Colombie-Britannique, c’est 18 % et en Alberta 12 %. Dans plusieurs conseils scolaires, il y a des listes d’attente pour y inscrire ses enfants et des conseils de la région de Toronto ont dû transformer plusieurs écoles anglaises en écoles d’immersion.

Selon un article du Globe and Mail, près de 25 % des élèves inscrits au conseil scolaire d’Halton sont en immersion. On y rapporte qu’une douzaine d’écoles ont 15 inscriptions ou moins dans les classes de 1re année uniquement anglaise. Une école de Burlington a seulement un élève en 1re année en anglais, mais 53 élèves en 1re année d’immersion. Résultat : les parents qui veulent que leurs enfants ne parlent qu’anglais doivent les inscrire dans des écoles souvent éloignées de leur maison. Ils ne sont pas heureux et ne se gênent pas pour faire pression sur leur conseil scolaire et le ministère de l’Éducation.

Ces pressions semblent donner des résultats. Le conseil d’Halton limite maintenant les inscriptions en immersion à 25 % et utilise un système de loterie pour choisir qui aura accès à ces écoles. Le conseil de Peel envisage de repousser l’entrée en immersion à la 2e année plutôt qu’en maternelle. Le Conseil scolaire d’Ottawa-Carleton propose un enseignement 50 % anglais et 50 % français en maternelle et 40 % anglais et 60 % français en 1re année. Des solutions qui vont pourtant à l’encontre de toutes les recherches qui indiquent que l’apprentissage d’une deuxième langue doit commencer en bas âge.

Jusqu’à présent, il manque quelques voix dans ce débat, les gouvernements provincial et fédéral. Il me semble que les décisions des quelques conseils cités ici manquent d’imagination et surtout ne répondent pas aux aspirations des contribuables. Le ministère de l’Éducation devrait lancer des campagnes pour convaincre les parents de l’utilité des deux langues officielles plutôt que de regarder le débat sans bouger. Quant au fédéral, qui finance une grande partie du système d’immersion, il me semble qu’il est de son ressort de favoriser une éducation qui, seule, fera du Canada un pays où l’anglais et le français sont à égalité. Comme disait Charlebois dans une de ses chansons : «Trudeau speak up»!

Lu 2040 fois Dernière modification le mardi, 31 mai 2016 14:25
Réjean Grenier

Éditorialiste

Sudbury

Actualité du Nord

  • Billochet du jongleur 2017 remis à Jean-Pierre Pichette
    Billochet du jongleur 2017 remis à Jean-Pierre Pichette Sudbury — Le professeur à la retraite Jean-Pierre Pichette est le 16e récipiendaire du Billochet du jongleur, prix remis annuellement par le Centre franco-ontarien de folklore (CFOF). M. Pichette a été professeur au département de folklore et ethnologie de l’Université de…
    Ecrit le mardi, 20 février 2018 14:39
  • Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple
    Pénurie d’enseignants francophones : Limite de la formation et concurrence multiple Ontario —La pénurie d’enseignants francophones a gagné le Nord de la province. Le gouvernement a commencé à mettre en place des stratégies de promotion et de recrutement, mais les intervenants en éducation soulignent que les deux années nécessaires à l’obtention…
    Ecrit le mercredi, 14 février 2018 14:59
  • Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan
    Francophonie et Premières Nations à l'avant-plan Sudbury — Les questions francophones et autochtones ont pris pratiquement toute la place lors d'une discussion ouverte entre la première ministre de l'Ontario, Kathleen Wynne, et les étudiants de l'Université Laurentienne lundi dernier. On a pu entre autres entendre la…
    Ecrit le lundi, 12 février 2018 15:57
  • Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février
    Kathleen Wynne à Sudbury le 12 février Mise à jour Sudbury — L’horaire du passage à Sudbury de la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, est maintenant connu. Accompagnée par le député de Sudbury et ministre de l’Énergie, Glenn Thibault, elle visitera les trois institutions postsecondaires du…
    Ecrit le dimanche, 11 février 2018 16:00
  • Un toit pour la patinoire de Field
    Un toit pour la patinoire de Field Field — Dans le cadre de l’ouverture officielle du Carnaval de Field jeudi, les dirigeants de la Caisse populaire Alliance et la Municipalité de Nipissing Ouest ont conjointement annoncé un financement d'un projet de construction d’un toit pour la patinoire…
    Ecrit le vendredi, 09 février 2018 09:32
  • Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale
    Les effets de la hausse du salaire minimum dépassent la question salariale Ontario — Le 1er janvier 2018, le salaire minimum a bondi de 11,60 $ de l’heure à 14 $. Alors que certains petits commerces sont déjà touchés négativement par cette hausse, des organismes appréhendent plutôt la hausse à 15 $ le 1er janvier 2019. Le Voyageur…
    Ecrit le lundi, 05 février 2018 14:30
  • Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada
    Destination la Suède pour l’ambassadrice D.A.R.E. du Canada TimminsAlexya Racicot, élève de 12e année de l’École secondaire catholique Thériault, est la seule ambassadrice du Youth Advisory Board (YAB) de D.A.R.E. America au Canada depuis 2017. Le projet qu’elle a conçu après une conférence à Hawaï en mars est l’un…
    Ecrit le mercredi, 31 janvier 2018 22:30

RokStories

Éditorial de la semaine

Calendrier du Nord

Twitter

Member Login